Youtube 1er moteur de recherche devant Google: Acte 2

Étude video

En janvier 2009, j’annonçais que Youtube deviendrait le 1er moteur de recherche devant Google. À peine 8 mois après, le nombre de vidéos visionnées sur Youtube dépasse le nombre de recherche sur Google. La vidéo dans votre stratégie de marketing en ligne, ça vous dit quelque chose ?

La dernière étude de Comscore indique que 10 milliards de vidéos ont été consommés sur Youtube en août 2009 aux États-Unis. À la même période, “seulement” 9 milliards de recherches ont été effectuées sur Google.

Dans le même ordre d’idée, savez-vous que l’audience de la vidéo en ligne est supérieure à celle du dernier Super Bowl, avec 161,1 M de spectateurs pour Youtube et Co. et 151,6 M pour le sport le plus populaire de nos voisins du sud.

Top U.S. Online Video Content Properties* by Unique Viewers August 2009

Je partage avec vous cette orgie de chiffre pour enfoncer une nouvelle fois le clou sur l’urgence d’intégrer la vidéo dans sa stratégie marketing Web. Dans ce cas, je ne parle pas de mettre en ligne de belles publicités TV. Non, je fais référence à la publication et au référencement de contenu vidéo réalisé spécifiquement pour un public Internet.

Debout les amis! En 2009, il serait temps de se mettre à la vidéo. Par expérience, je vous confirme que les résultats sont excellents avec une bonne stratégie de SEO ou médias sociaux. On ‘en reparle 😉

Published by

Laurent Maisonnave

CEO @ Seevibes — leading Provider of Performance Marketing for Social Media Advertising. I'm a geek entrepreneur who lives his passion.

19 thoughts on “Youtube 1er moteur de recherche devant Google: Acte 2”

  1. Tu me permettras de dire que la comparaison entre le Superbowl et Youtube est un peu boîteuse. Ce sont des oranges contre des pommes.

    Ces chiffrent ne disent pas grand chose sur l’expérience de l’Internaute sur Youtube.

    Est-ce qu”ils tiennent compte des vidéos qu’on ouvre et qu’on ferme rapidement? Quelle est la proportion de vidéos privées – famille, party, etc? Quelle est la proportion de vidéos musicales? Qu’est-ce qui est plus regardé versus ce qui est le plus uploadé?

    Bref, quel est le rapport réel que les gens établissent avec un site comme Youtube au niveau de leur consommation et comment articuler ça dans une stratégie de communication ou de markéting webvidéo…

    Si ça te tente de creuser ces idées Laurent, fais moi signe, on pourrait se faire une série de billets croisés sur la question. Comme toi, je suis une grande fan de Youtube, mais le plus important est d’en faire le vrai portrait au delà des chiffres.

  2. Sans vouloir diminuer l’importance de l’utilisation de la vidéo dans une stratégie web, ton titre porte à confusion. Je serais curieux de connaître le nombre de recherche sur Youtube, mais on est sûrement loin des chiffres de Google.

    Sans aucun chiffre pour me backer mais selon mon expérience, dans 90% des cas on atterrit sur Youtube après un lien par Twitter, FaceBook, un blog ou … Google.

    Évidemment, Google perd de l’importance comme source d’informations aux profits d’une myriade de plateforme, youtube inclu.

    PS: À regarder les commentaires sur ce billet, on est à se demander [encore] si Twitter a pas tué la conversation sur les blogues.

  3. @Marie-Louise: La comparaison avec le Super Bowl est osée, limite provocatrice, mais elle ne diminue aucunement l’impact de la vidéo. Sur les 151,6 M de spectateurs qui ont officiellement regardé le Super Bowl, combien étaient à surfer sur Internet ou à discuter dans le jardin au même moment?

    Cet article n’avait pas pour but de détailler une stratégie marketing autour de la vidéo en ligne. L’objectif est de marquer les esprits avec des chiffres forts. À voir l’intérêt des personnes sur Twitter, la mission est assez réussie.

    Pour avoir plus d’infos sur les bonnes pratiques marketing de la vidéo sur Internet, il faut tout d’abord relire les centaines d’articles que j’ai écrits à ce sujet. Ensuite, il est possible de m’engager pour avoir mes conseils. C’est ce que font mes clients pour avoir de bons résultats.

  4. @PhilGo20: En réalité, comme moteur de recherche, Youtube est bon second avec 3,6 milliards de requêtes envoyés, alors que Google en a près de 9,4 milliards (étude Comscore). Par contre, en terme de consommation, Youtube est le premier. Pour être totalement honnête, Google reste bien évidemment le N°1 de la recherche.

    Les médias sociaux, Twitter et Facebook en tête, prennent de plus en plus de place dans la dissémination de la vidéo en ligne. Le «embed» fait le succès de la vidéo en ligne, avec les blogues et sites Web qui restent les premiers vecteurs de diffusion.

    Je te confirme que Twitter ET Facebook font diminuer le nombre de commentaires sur les blogues. L’ami Benoit Descary a fait le même constat. C’est pour ça qu’il m’a conseillé d’utiliser le plugin WordPress Backtype pour agréger les commentaires d’un article sur Twitter. Hélas, je n’ai pas trouvé de solution pour récupérer les commentaires sur Facebook qui sont aussi très pertinent.

  5. C’est pertinent de réveiller les gens qui ne réalisent pas l’impact que les nouveaux médias peuvent avoir mais je pense qu’il faut faire attention au contexte. Une fois réveillées, beaucoup se lancent seuls – car malheureusement tous ne réalisent pas qu’ils ont effectivement besoin de t’engager – dans des campagnes coûteuses et inefficaces parce que justement ils n’ont pas compris la complexité et les subtilités de Youtube et du web en général. Ça crée un backlash.

    100% derrière toi pour dire qu’il temps que les compagnies dépassent l’intérêt marginal qu’elles ont pour la webvidéo et réalisent que Youtube n’est pas une affaire à négliger. Seulement, soyons clair qu’une stratégie webvidéo ne se fait pas en criant lapin et que sans expertise, ils vont tomber dans des pièges.

  6. Salut Laurent ! Chouette nouveau site soit dit en passant. J’ai envie de me lancer dans la refonte de mon blogue moi aussi !

    Un de tes passages m’interpelle, car je connais déjà la puissance de YouTube.

    “Dans ce cas, je ne parle pas de mettre en ligne de belles publicités TV. Non, je fais référence à la publication et au référencement de contenu vidéo réalisé spécifiquement pour un public Internet.”

    Tu décries le fait de mettre en ligne des vidéos conçus pour la TV sur le Web ou tu veux surtout signifier que les publicités en ligne ne doivent pas être “aussi léchées” qu’une publicité TV ? Je suis d’accord avec la première option, mais moins pour la 2e, car tout dépend de l’objectif. Comme tu le dis, la vidéo doit posséder “un contenu réalisé spécifiquement pour un public Internet” et ne doit pas seulement être déposée sur Youtube après avoir été pensée pour un autre médium et un autre public (du moins, ça en diminue son impact). Je crois aussi que si on décide d’inclure la diffusion de vidéo dans son mix marketing, il faut aussi penser à inclure une stratégie qui fera la promotion de la-dite vidéo. Rares sont les vidéos qui sont virales d’elles-mêmes; il faut la faire connaître.

  7. @SophieLabelle Je me permets de répondre à ton commentaire. Pis ça va faire plaisir à Laurent qu’on discute dans sa section commentaire de son blogue relooké :o) C’est vrai que c’est triste que ça se perde au profit de Twitter.

    Selon moi, le seul réel intérêt markéting à ce stade de la webvidéo est viral – y a pe le webcasting qui a son créneau aussi, mais pas à aussi grande échelle. La qualité d’une vidéo n’a absolument aucune incidence sur son potentiel viral. La qualité est importante pour d’autres raisons bien sûr. Si on a une stratégie de branding, c’est pas une mauvaise idée d’en mettre plein la vue comme dans cette vidéo pour promouvoir Philips (http://www.youtube.com/watch?v=2YFkcwtpGZo). Mais ce n’est pas un absolu.

    Le viral est déterminé de manière tout à fait indépendante de la qualité. Ce n’est pas un genre. Ce n’est pas un style. Le viral est un effet. Il y a souvent une confusion pour les gens qui apprécient les vidéos de qualité – j’en suis – entre l’attachement à l’esthétique et la pulsion de partager une vidéo. J’ai abondamment partagé la vidéo du bébé panda qui éternue sans me soucier de la qualité du cadrage. Il faut donc abandonner l’apriori sur la qualité quand on fait du viral car on peut se faire prendre au piège d’une mauvaise logique, une logique télévisuelle.

    Donc créer pour le médium Internet implique peut-être (je mets un bémol mais c’est parce que je veux avoir l’air gentille) d’abandonner le soucis de la qualité comme garante d’un certain succès. La vidéo de qualité diffusée ad nauséam à la télévision réussit à positionner son message même si elle ennuie. La vidéo de qualité qui n’a aucune traction virale est un échec retentissant, surtout qu’elle aura coûté très chère.

    Note que je parle en fonction de l’état actuel de la webvidéo. Dans le futur, il y aura d’autres stratégie selon les évolutions des habitudes des Internautes.

    C’était mon humble opinion… bah, pas si humble que ça! ;o)

  8. @Sophie et Marie-Louise: Tout d’abord, ça me fait plaisir de vous recevoir chez moi (ici) pour jaser entre filles.

    Plus sérieusement, je vais reprendre mon discours de marketing: Internet est davantage un média qui s’adresse à des marchés de niches (les passionnés du tricot). La télévision est majoritairement un média qui attaque les marchés de masse (yaourt, shampoing).

    Pour des questions d’Économie, il est évident que l’on n’investit pas autant dans la production d’une vidéo qui sera vue par 1 M de personnes (TV), que par une vidéo qui peut potentiellement toucher 100 000 personnes (Internet).

    De plus, notre relation avec la TV est bien différente de celle que l’on a avec notre ordinateur, plus proche et personnel. Par conséquent, on adresse pas de la même manière ces deux publics, même si foncièrement ça peut-être la même personne derrière.

    Marie-Louise, je sais que tu adores le viral et l’esthétisme, mais je ne pense pas que ça soit le but ultime de toutes vidéos diffusées sur le Web. Pour une question d’ego, je peux me féliciter que ma production fasse le tour de la terre. Mais pour mon client, la seule question importante est de savoir si ça cible à bien reçu le message qui lui a été envoyé.

    Comme je m’amuse à le dire souvent à mes clients qui veulent du «viral», c’est facile: vous n’avez qu’à vous mettre à courir en habit d’Adam sur la rue Sainte-Catherine en brandissant votre produit. C’est certain que tout le monde va en parler. Par contre, je ne suis pas sûr que ça soit bon pour l’image de la compagnie et pour les ventes du produit.

    Bref, il faut profiter des avantages du Web: marché de niche, réactif et interactif. Ensuite, il faut bien cibler sa campagne: quelles communautés? Et à la toute fin, il faut produire le contenu adapté, les fameuses vidéos qui font mouche.

    Je pense que la vidéo a un impact important dans une campagne marketing Web. Par contre, j’affirme que ce n’est qu’un outil au service de la stratégie.

  9. Bonjour vous tous, je suis contente de lire un bel échange sur ce sujet passionnant dans un fil de commentaire de blogue. Et au-delà de votre conversation sur la vidéo virale/ marketing viral, YouTube et Google, c’est la réflexion que tout cet échange apporte que j’apprécie. Je prends conscience que Twitter et Facebook ont morcelé la conversation. J’espère vous voir tous et toutes à Webcamp la semaine prochaine pour poursuivre ces échanges en chair et en os!

  10. @Yannick: Je suis content de te voir également ici. Comme tu le dis, ça fait du bien d’avoir une conversation de plus de 140 caractères qui se retrouve en un même lieu. Merci à Marie-Louise d’avoir fait de rabattage 😉

    C’est certain qu’on se voit au Webcamp. J’ai réservé toute ma journée pour d’intenses discussions. On pourra notamment jaser de vidéo en ligne.

  11. Me voilà une rabatteuse pour le blogue de Zelaurent, wow. Génial!!! Attention à qui je peux ramener, j’ai de mauvaises fréquentations… ;o)

    Je veux juste faire une parenthèse sur le mot viral. Pour moi un succès viral n’est pas un succès de nombre. Viral c’est une manière de diffusion. J’abonde dans le même sens que toi Laurent sur l’importance des niches sur le web. Justement, pour qu’un viral fonctionne dans une niche, il doit être distribué par les membres de la niche, pénétrer toute la niche via cette distribution. Il y a de nombreux exemples de vidéos qui n’ont que 10 000 hits sur youtube mais qui sont de gros succès car elles ont réussi à atteindre la niche ciblée.

    T’as aussi raison que le viral est très tricky – pour moi c’est ce qui le rend fascinant – au niveau de l’image qu’il peut transmettre. On joue sur 2 tableaux, le message et le moyen de le transmettre. Donc, si on ne fait que miser sur le moyen – cad atteindre un succès viral – on perd tout le bénéfice recherché. Pensons à la vidéo virale de la glissade commandité par MS Office. Personne n’associe la vidéo à la marque beaucoup trop discrète et totalement décontextualisée. Aussi, bien des mauvaises publicités virales nous font remettent en question l’adage qui dit que “There is no such thing as bad publicity” tellement on sent qu’elles blessent l’image de la marque.

    Après ça, est-ce que la vidéo qui n’a pas une ambition virale – c’est à dire conçue pour une autre fin – a une pertinence? Ben, je suis peut-être trop catégorique de n’accorder du crédit qu’à une diffusion virale. Je ne cracherais pas sur les bannières qui s’apparente à la publicité classique – qui a quand même fait ses preuves. Seulement, ce qui m’irrite ce sont les nombreuses vidéos format télévision mise en ligne sur Youtube sans aucun effort de cohérence avec la culture web. C’est du dumping.

    Chaque contexte est différent. Un vlog qui n’a pas un succès viral, peut servir une stratégie markéting plus axée dans le long terme. Une vidéo corporative faite pour une communication interne peut se transformer en “enjoliveur” pertinent pour un site web.

    Ceci dit, je pense que les tactiques virales sont pour l’instant celles dont les résultats sont les plus quantifiables.

    Ah oui, j’aimerais bien aller au webcamp moi aussi. Faut-il être inscrit à webcom? Je regarde ça parce que si on parle de webvidéo, ça me tente encore plus.

  12. Eh bien ça bouge ici ! Je serai au Webcom moi aussi, donc au Webcamp également. Au plaisir d’échanger avec vous tous de vive voix sur la vidéo et tout autre sujet (ma curiosité est sans bornes !).

Comments are closed.