Google TV ne va pas tuer la télévision de ma grand-mère

Comme nombre de mes amis, je me réjouis de l’arrivée de Google TV, qui fera enfin de la TV Connecté une réalité. Si Google TV n’est qu’une set-top box avec du Android dedans, le fait que Google soit derrière avec son contenu Youtube et sa force de frappe va grandement aider la bête à percer le marché de la TV Internet.

Contrairement à ce que certains pensent, je ne serais pas définitif sur la suppression de la grille horaire, telle que nous la connaissons à la TV. Si je suis un adepte de la consommation vidéo à la demande — ou je veux quand je veux —, je crois encore en la persistance des grands rendez-vous de la télévision.

Les zappeurs fous du Net

Il y a un fantasme à croire que nous sommes tous des zappeurs invétérés. Si c’est le cas des plus jeunes, l’effet Ritalin de l’âge nous rend plus sages devant la consommation audiovisuelle.

En rentrant du travail, les gens n’ont pas forcément envie de passer du temps à rechercher longuement ce qu’ils vont regarder. Une grille horaire bien établie — que l’on retrouve en allumant son poste de télévision — répond à un besoin de se laisser porter par les programmes que l’on nous sert, tout en ayant l’assurance que ça répond à nos centres d’intérêt.

De plus, il y a quelque chose de rassurant, de retrouver ses programmes TV à heures précises. Comme dis ma grand-mère, elle a son petit “train train” quotidien: série TV, divertissement, information, film et au lit!

Les trois directs de la TV Internet

Internet amène évidemment de nouvelles formes de consommation de la télévision. Pour moi, aux côté de la vidéo à la demande, la notion de diffusion en direct sera aussi importante en IP que sur la TV de ma grand-mère.

1. Le direct “live” des grands moments

Que ce soit pour un concert ou le discours d’accession au pouvoir de Barack Obama, rien ne pourra remplacer l’émotion de partager un moment important ensemble et en direct. Ce type de diffusion rassemble les plus fortes audiences.

2. Le direct TV en flux organisé

Il s’agit typiquement de la télévision telle que nous le connaissons depuis 60 ans. Des programmes vidéo s’enchaînent à heures précises. Les émissions ne sont pas toujours en direct, mais sont organisées en flux ininterrompu.
Comme ce fut le cas avec l’arrivée du câble et satellite, Internet va apporter une thématisation de plus en plus pointue des programmes. Nous pouvons comparer cette ascension au service de Web radio comme Deezer. Nous aurons une chaîne de télévision pour chaque envie. Ex. : Séries d’action allemande.

3. Le direct social: TV intelligente en temps réel

Le direct télévisuel, qui a le plus d’espérance en ce moment, est sans nul doute celui relié à nos réseaux sociaux. Imaginons une TV intelligente qui se crée en temps réel à partir de la consommation vidéo de ma communauté. Avec une petite molette, je peux donner à ce direct social une saveur plus sportive ou divertissement. Me voilà projeté dans une télévision idéale, qui pourrait quasiment devancer mes envies.

Opportunité pour la WebTV TV Internet

Les chaînes de télévision actuelles ont l’avantage de posséder un média puissant pour soutenir leur conquête de l’Internet. Tou.tv en est le meilleur exemple. Alors que les WebTV de ce monde ne peuvent jouer qu’avec les outils que leur offre Internet: site de partage vidéo et réseaux sociaux.

Pour développer leur public et rencontrer un vrai succès d’audience, je pense que les WebTV doivent tout d’abord se penser TV Internet, c’est-à-dire multiplateforme.

Les WebTV Québécoises ont tendance à penser leur contenu pour la diffusion à la TV. D’ailleurs, ses protagonistes sont souvent issus du milieu de la petite lucarne. Si tel est leur objectif, elles doivent jouer à armes égales avec la télévision, et donc intégrer l’ensemble des directs — live, organisé et social —, ce qui est techniquement accessible sur Internet.

Première Table Ronde iTVm: 20 janvier 2010

Première Table Ronde iTVm: 20 janvier 2010

J’ai le plaisir de vous annoncer que la première Table Ronde iTVm (professionnels de l’Internet TV à Montréal) se tiendra le 20 janvier 2010 à 18h00 dans le superbe lounge des bureaux d’Uranium Interactive à Montréal. Le comité organisateur de ces soirées privées est constitué du guru de la TV Internet et du live streaming, Manuel Angelini, du fondateur de l’agence Uranium InteractiveJean-Michel Ghoussoub et de moi-même.

Inspiré des Beet.TV Onlive Video Roundtable et des rendez-vous Longboard, ces soirées iTVm seront également une occasion de rencontrer et de partager avec des gens reliés de près ou de loin à l’industrie de la vidéo sur IP.

Un thème par Table Ronde orientera les discussions et le tout débutera avec une présentation par un conférencier. Le thème et l’invité de la première soirée vous seront annoncés au cours du mois de décembre.

Si vous êtes intéressé à y participer, veuillez me communiquer rapidement votre présence, les places étant extrêmement limitées. Pour ceux qui ne pourront y assister, faute de place ou de temps, vous pourrez suivre en direct la présentation et les discussions via notre chaîne Livestream qui sera créée à cette fin.

Plus d’informations suivront prochainement. Restez à l’écoute ici et dans le groupe Linkedin iTVm.

 

FiOS TV : Twitter passe à la télévision et Verizon passe à côté de la vidéo Internet

Le mois dernier, Twitter publiait un communiqué pour expliquer qu’ils ne préparaient pas une émission de télévision. La rumeur fut lancée par Verizon qui lance un nouveau service de Web-video-TV. Le service FiOS TV de Verizon permet de regarder sur son écran de télévision des vidéos en provenance de Dailymotion, Veoh et Blip.TV. Comme un Media Center, FiOS TV peut également lire les vidéos enregistrés sur son ordinateur. Enfin, Verizon teste l’ajout de Widgets Facebook et Twitter qui offriraient une interaction avec ses réseaux sociaux à même sa TV.

FiOS TVAvec FiOS TV, l’objectif de Verizon est de créer le chênon manquant entre Web et télévision. Dans la réalité, il ne s’agit que de fonctions “intelligentes” ajoutées à sa boîte de réception de télévision par câble, et qui n’offrent rien de plus qu’une Apple TV ou une Xbox 360.

Je vois dans FiOS TV une tentative désespérée d’un câblo opérateur pour ramener la Web vidéo dans ses services payants. Il vous coûtera en effet 47,99 $ (US) pour profiter des joies de la vidéo Internet sur votre petit écran. J’ai un peu l’impression que quelqu’un cherche à m’avoir en me vendant une seconde fois la voiture que j’ai achetée la veille.

Internet va définitivement arriver sur notre téléviseur. C’est déjà le cas pour une minorité d’amateurs de technologies qui n’ont pas peur de brancher Apple TV, Xbox, Boxee ou d’autres set top box. Tout ce qui ira dans le sens d’une simplification de la connexion est une bonne chose.

En tant que consommateur, je n’admettrais pas que l’on me charge un abonnement supplémentaire. En tant que professionnel du Web et de la vidéo, je conseillerais aux fournisseurs d’accès Internet de se réjouir que les clients restent encore chez eux.

Un petit regard outre-Atlantique nous montre qu’il est possible d’offrir plus pour le même prix, tout en gagnant plus d’argent. La compagnie Free le fait depuis 10 ans avec son abonnement à 29,99 € et sa Freebox survitaminée aux services multimédias. Pourquoi ne serait-ce pas possible en Amérique du Nord ?


Verizon FiOS TV: Widgets

Le retour de VideoPress pour un video blogue facile

Logo VideoPress

Je vous annonce que VideoPress revient sur le Web. Pour ceux qui connaissent l’histoire de mon association avec Christian Aubry, je vous dis tout de suite que ça n’a aucun rapport. Automatic, la compagnie à l’origine de WordPress, vient de sortir un service de vidéo blogue ultra simple et tout inclus. VideoPress est une option de WordPress.com qui offre l’hébergement de vidéos et un lecteur vidéo Flash pour 5$/mois.

Mettre en ligne un blogue vidéo devient aussi simple que d’intégrer une photo dans un article. Les vidéos sont gérés directement dans la librairie multimédia de son blogue WordPress, à hauteur de 2 GB par fichier ! Attention, il ne s’agit pour l’instant que d’un service disponible uniquement sur la plateforme hébergée de WordPress.com.

Il y a deux aspects que je trouve particulièrement intéressants dans VideoPress. Tout d’abord, le lecteur vidéo Flash gère 3 niveaux de qualité de vidéo qu’il transforme en fichier MP4 h.264 : standard (400 px à 796 kb/sec.), DVD (640 px à 1528 kb/sec.) et HD (1280 px à 3128 kb/sec.). Il dispose aussi d’une fonction export (code embed).

Enfin, VideoPress créé automatiquement un feed Media RSS que l’on peut soumettre à des diffuseurs de vidéo podcast comme iTunes et Miro.

Si je devais donner un conseil (gratuit) pour un futur vidéo blogueur, ou même une WebTV en herbe, ce serait de prendre le service VideoPress de WordPress.com avec un nom de domaine personnalisé. Pour un montant ridicule, vous avez toute l’infrastructure pour promouvoir simplement et efficacement votre contenu.

Enfin un modèle d’affaires payant pour la vidéo Internet ?

Internet TVAlors que les câblodistributeurs défendent bec et ongle leur poule aux d’or, le Web grignote inexorablement des parts de marché à la télévision conventionnelle. Si les consommateurs du petit écran sont prêts à débourser mensuellement plusieurs dizaines de dollars pour leur programmes favoris, auront-ils le même réflexe payant pour regarder de la vidéo par Internet ? Une récente étude de The Diffusion Group tend à dire que oui.

Avant tout, il faut préciser que je parle de contenu vidéo que l’on retrouve habituellement à la TV, séries, émissions ou films, en opposition au contenu généré par l’utilisateur (UGC) qui représente plus de 90% du Web.

Selon l’étude de TDG, les résultats sont plus que probants :

* 48% sont prêts à dépenser jusqu’à 10$ en plus de leur abonnement TV mensuel
* 12% payeraient jusqu’à 15$ par mois
* 7% dépenseraient 20$ et plus par mois.

TDG estime que 29% des abonnées à Internet par le câble sont prêts à dépenser 10$ en plus par mois pour avoir le plaisir de regarder la TV sur leur ordinateur. Pour Comcast, qui a 4,35 millions d’abonnés Internet et qui est très intéressait par le sujet, ça représente plus d’un demi-milliard de dollars de revenu supplémentaire par an.

Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants, que l’étude portait uniquement sur l’écoute de vidéo par Internet sur un PC. Imaginez si l’on précisait que la TV sur Inernet peut-être regardé sur son téléviseur dans le confort du salon. Ce qui est déjà le cas avec les “set-top box” comme l’AppleTV, XBox et SlingBox, et devrait être généralisé avec l’arrivée de TV connectée à Internet.

Nous avons finalement la réponse à la fameuse question du modèle d’affaires de la vidéo en ligne que tant de personnes se posaient lors de la conférence Montréal Web Vidéo et lors de la rencontre de l’Alliance Internet. Jean-Martin Desmarais l’avait dit à la blague, ou pas, lors du panel de discussion «Je demanderais ma propre licence de distributeur sur le Net pour ChezJules.tv».

Mais, une licence a-t-elle vraiment du sens ? La toile n’a pas de frontière, et mis à part la mise en place d’un Internet à deux vitesses, je ne vois pas qui pourrait nous empêcher de créer notre propre réseau de distribution. Il n’est pas si loin le temps où chacun pourra créer son SuperClubVideotron.TV.

Montréal Web Vidéo 2009: Gagnez les 2 derniers billets

La conférence Montréal Web Vidéo 2009 se tiendra le jeudi 2 avril à l’ETS de Montréal. Je vous propose de gagner 2 places, qui sont peut-être les dernières disponibles, pour assister à une journée de conférence intense sur les enjeux de la vidéo Internet, son évolution et les modèles d’affaires qui se dessinent.

Comme j’avais eu le plaisir d’offrir 2 billets d’entrée pour le dernier Webcom Montréal, je vous propose de participer au plus simple des jeux pour gagner votre place pour assister à la conférence Montréal Web Vidéo 2009. Dites-moi simplement ce que vous aimeriez retrouver comme sujets et conférenciers sur le vaste thème de la vidéo Internet.

Pour avoir discuté avec les organisateurs, Éric Giguère et Guy-Charle Pelletier, ils ont une réelle envie d’améliorer la formule et de répondre aux interrogations des acteurs du secteur. C’est pour ça qu’ils sont venus me voir pour les aider à faire le lien avec vous pour préparer les prochaines éditions.

J’ai déjà eu des commentaires sur la programmation de cette 2e édition de Montréal Web Vidéo. Certains souhaitent par exemple voir davantage de producteurs de contenus. D’autres aimeraient que la WebTV prenne plus de place.

C’est le moment d’exprimer ce que vous avez sur le coeur, de dire ce qui vous motiverait à passer une journée entière à parler de vidéo en ligne. L’espace commentaire vous est grand ouvert. N’hésitez pas à utiliser la fonction vidéo commentaire de Seesmic. L’insciption est facile et gratuite. Je ferais un tirage au sort lundi prochain, 30 mars, pour connaître les 2 heureux élus.


Presentation de Montréal Web Vidéo 2009 par Eric Giguere

Je vous invite également à laisser un commentaire vidéo sur le blogue de l’ami Sylvain Carle qui animera le VideoCamp, “une session générée par les utilisateurs“, à la fin de Montréal Web Vidéo.

Pour ceux qui veulent mettre toutes les chances de leur côté, Manuel Angelini met également en jeu 2 billets pour la conférence. Mais, ne le répétez à personne 😉