WebTV au Québec : Dominic Arpin se pose des questions au Yulblog

Depuis un peu plus d’un an, les participants du Yulblog (rencontre des blogueurs de la région de Montréal) doivent répondre à une “question vidéo”. Pour l’édition de février, le fameux blogueur vedette Dominic Arpin faisait son “come back” (grand retour dans la blogosphère oblige) et c’est lui qui a interrogé les blogueurs sur l’avenir de la WebTV au Québec.

Premier constat, soit les blogueurs sont complètement à la ramasse, soit le concept de WebTV est peu connu, ou plutôt difficilement compréhensible. Le concept est d’autant plus difficile à déterminer, que certains s’amusent à brouiller les cartes et à affirmer qu’ils ne font pas de la WebTV !

Pour reprendre une référence de Wikipédia, “On désigne généralement par webTV tout site Internet dont les contenus sont à dominante vidéo“. Les vidéo-blogues, vlog ou vidéo podcast rentrent donc dans cette catégorie.

Pourquoi Dominc Arpin s’intéresse-t-il à la WebTV ? Tout d’abord, c’est un adepte inconditionnel de l’Internet. Ensuite, il travaille pour un groupe de média avec qui il a tenté l’aventure télévisuelle. Enfin, il a une bonne vision de ce que sera la TV de demain.

Je ne serais peut-être pas aussi sévère que Long qui pense que “c’est pas fort la WebTV au Québec“. Il existe plusieurs productions audacieuses, telles Prenez Garde Aux Chiens, Le Cas Roberge, Galacticast, Intruders.TV (!), 33mag, P45 et même les Tête à claques.

Si nous bénéficions de plusieurs “portails vidéo” dans la Belle Province, il faut reconnaître que peu se démarquent par leur originalité et leur intuitivité. Il ne suffit pas de mettre de la vidéo dans un site Internet pour en faire un chef d’oeuvre de la WebTV.

Sans tous les citer (j’épargne les amis), Canoë.TV a particulièrement déçu à sa sortie, Les Affaires TV est sobre (un peu trop), Montreal.TV original mais un peu trop “flashy” et MNS vidéo se distingue tant au niveau du contenu que de l’interface.

J’ai déjà discuté avec plusieurs “geeks” de concepts intéressants d’émissions pour le Web. Je suis tenté d’en réaliser quelques-uns. Finalement, ce n’est pas la créativité qui manque au Québec, mais plutôt le manque de perspective et de courage de certains médias québécois pour soutenir ces projets.

Vidéo disponible sur : YouTube, Metacafe, DailyMotion, Blip.tv, Google Video, MySpace, Veoh, TonTuyeau, TonClip et Espace Canoë (pas de jaloux).

M.A.J : Domic Arpin reparle de la WebTV au Québec sur son blogue

101 ressources sur la Web vidéo : tech, business, marketing, vlog, WebTV, médias, journalisme, logiciel…

Retrouvez les meilleurs sites et blogues qui traitent de l’actualité de la Web vidéo. Du marketing vidéo aux différentes techniques, en passant par les vlog et les Web TV, nous avons regroupé en quatre catégories les liens que nous utilisons pour notre veille quotidienne.

Parce que ni Christian ni moi n’avons pas la science infuse, nous épions quotidiennement le Net à la recherche d’informations pertinentes sur notre métier. Nous nous servons de l’actualité, d’études de marché, de comparatifs et d’articles de journalistes et de blogueurs pour enrichir autant notre propre réflexion, que nos compétences professionnelles.

Logo feed RSSVoici une sélection de 101 sites et blogues sur la Web vidéo répartie dans quatre catégories :

Comme il est difficile de suivre 101 sites en même temps, je vous conseille d’utiliser un agrégateur de flux RSS, soit en ligne, avec des services gratuits comme Google Reader ou Netvibes, soit sur son ordinateur, avec Vienna (Mac) ou FeedReader (PC).

Cette sélection n’est pas gravée dans le marbre et évoluera évidemment au fil des découvertes. À ce sujet, avez-vous des références complémentaires dans ce domaine ? Si oui, merci de les partager avec nous 😉

Joyeux Noël en Vidéo : Lipdub de Noël offert par Actu24

L’un des plus grands phénomènes de mode du Web de ces derniers mois est certainement le lipdub, des vidéos chantés en playback par des agences de pub et compagnies en mal de buzz. C’est au tour du site belge d’information Actu24 de nous faire danser pour Noël.

OfficeLipdub : du lipdub video, du buzz et de la pubLe lipdub a été mis au goût du jour par l’agence de communication Heaven. Comme son nom l’indique, elle est originaire de la France. Le site OfficeLipDub.com a servi de base pour présenter des productions des quatre coins de la planète.

Dans son émission Vlog, Dominic Arpin avait essayé de faire prendre le lipdub au Québec en lançant un grand concours sur la chanson Dégénération du groupe Mes Aïeux. On ne peut pas dire que la greffe a pris.

Toujours au Québec, dans un de ses derniers articles, le copain Martin Lessard notait le dynamique lipdub de GymGlish. Cela m’a fait plaisir de revoir un autre copain, Antoine Brenner, avec qui j’avais participé à une mission en Chine en 2006. La tenue de sport lui va bien : )

Présentes sur un grand nombre de plateformes de partage de vidéos (Youtube, Dailymotion, Vimeo, etc.), ces comédies musicales corporatives ont été visionnées des millions de fois sur la toile. On se rend compte que la vidéo sur Internet peut avoir un effet de bruit (buzz) considérable, pour peu que l’on choisisse le bon axe de communication.

Dans les productions de Noël, il faut absolument voir le lipdub original de la quincaillerie Legallais. Brisant les règles du genre, ils ont écrit de toutes pièces une chanson en l’honneur de leurs clients. C’est un grand moment d’émotion et de kitch.

En provenance directe de Belgique, où règne un imbroglio politique encore jamais vu, voici le lipdub d’Actu24, le site de nouvelles qui représente les Éditions l’Avenir. Nos cousins belges nous font danser avec La fille du Père Noël de Jacques Dutronc.

[youtube width=”500″ height=”400″]http://www.youtube.com/watch?v=yu0r0jg0BdU[/youtube]
Actu24 – LipDub carte de Noël des Editions de l’Avenir

TV, ordinateur, iPod et cellulaire… je veux de la vidéo partout !

TVPeut-on espérer que les téléspectateurs restent encore longtemps devant leur télévision à attendre qu’on leur serve leur dose de distraction quotidienne ? Si la vidéo s’étend sur l’ordinateur, Internet et le téléphone cellulaire, c’est que les modes de consommation ont changé. L’entreprise devra s’adapter, sous peine de perdre la communication avec ses clients.

Le New York Times parle d’une abondance de petits écrans dans son article d’aujourd’hui sur l’évolution de la télévision. La technologie permet à tout à chacun de consommer de la vidéo où bon lui semble et surtout quand il en a envie. Pour quoi se priverait-on ?

D’après Kip McClanahan, PDG et cofondateur de ON Networks, un diffuseur de séries vidéo en ligne, “You can’t expect to control consumers and force them to come to prime time at 7 p.m. on a Monday night. If the consumer wants it on their phone at 3 p.m. while they’re on the golf course, then that’s where we have to deliver it

Canoe.TVLes médias traditionnels sont dépassés par la montée en puissance de productions indépendantes sur le Web. L’annonce de la Web-TV de Cyberpresse et Quebecor prouve néanmoins qu’il y a une prise de conscience du secteur.

Les producteurs de comédies, d’entrevues et de reportages vidéo fleurissent sur le Net. Ils bénéficient d’une vitrine et une influence qu’ils n’auraient jamais put rêver 10 ans auparavant. La qualité et la pertinence de certaines créations peuvent être critiquées, mais nous sommes dans “la longue queue” de la vidéo où tout le monde trouve finalement son bonheur.

La technologie permet de diffuser simplement sur une audience étendue ces productions de nouvelle génération. Des solutions comme Blip.TV permettent de démultiplier les canaux en diffusant en un seul clic une vidéo sur les plateformes de partage (Youtube, Yaoo!Vidéo, AOL Vidéo), les médias sociaux (Facebook, MySpace, Twitter), le Blip.TVpeer-to-peer (Pando), les lecteurs terminaux mobiles grâce à iTunes, et même la télévision avec Akimbo.

Dans une entrevue accordée à Beet.TV, Mike Hudack, PDG et cofondateur de Blip.tv, explique comment il répond simplement aux besoins des utilisateurs en leur donnant le choix de regarder des vidéos sur n’importe qu’elle plateforme. Répondre aux besoins de ses consommateurs, quelle idée étrange !

Successful Online Video Publishing is Multi-Platform Distribution, Mike Hudack of Blip.tv

iPhone : Quel impact sur la communication vidéo sur téléphone mobile ?

iPhone AppleEn plus d’être un formidable bijou esthétique et technologie, l’iPhone d’Apple permet à la vidéo d’accéder réellement au téléphone mobile. La vidéo sur cellulaire pourrait maintenant être intégrée dans une stratégie de communication d’entreprise.

L’iPhone ajoute aujourd’hui un pays sur son tableau de chasse. Après les États-Unis, l’Angleterre et l’Allemagne, c’est au tour de la France de goûter officiellement au joies du dernier gadget tendance d’Apple. Le marketing viral de la pomme avait fait son travail, et ce sont des milliers de français qui ont patienté dans le froid devant les boutiques de l’opérateur téléphonique Orange.

L’iPhone n’est évidemment pas le premier téléphone mobile à lire des vidéos. Les terminaux de toutes les grandes marques du secteur proposent cette fonction depuis quelques mois. La différence est dans l’utilisation qui rend réellement accessible la vidéo à l’utilisateur moyen.

Si l’iPod détient 75% du marché des lecteurs musicaux portables, ce n’est pas dû à sa beauté, mais bien à son efficacité et à la synergie qu’Apple a su trouver avec le logiciel iTunes. Le secret de l’iPhone réside dans la taille de son écran, son aspect compact et son interface qui permettent d’avoir une consultation aisée de vidéos en situation de mobilité.

Comme l’iPod avait “boosté” la consultation de podcast audio, l’iPhone devrait engendrer la même chose pour les vlog, vidéos de qualité par rapport à Youtube. Ce n’est pas innocent si Intruders.TV propose un abonnement podcast (MP4) et mobile (3GP) de ses entrevues et tests vidéo. iPhone video YoutubeSans regarder dans une boule de cristal, il est facile de deviner que le marché de la vidéo pour plateforme mobile devrait exploser dans les mois à venir.

L’avènement des réseaux mobiles de 3e génération, le haut débit du mobile, devrait finir d’encrer la vidéo sur nos cellulaires. En 2008, la seconde version de l’iPhone intégrera justement la technologie 3G.

Après la communication vidéo sur Internet, les entreprises peuvent déjà préparer la vidéo sur les téléphones mobiles dans leur stratégie de communication. Le contenu grand public est déjà présent sur la toile. Il ne reste qu’à sauter le pas pour que les compagnies produisent du contenu professionnel. Le format doit être adapté, mais les technologies sont présentent pour pousser la vidéo sur les cellulaires.

Et de votre côté, regardez-vous des vidéos sur votre téléphone cellulaire ? Pourquoi : pas pratique, pas de qualité, pas d’iPhone ?

IPhone – Champs Elysées – Attente 1 – Vidéo envoyée par www-iphon-fr

Enjeux les Échos virtuel : Univers 3D, audio et vidéo au service d’un magazine

À l’heure où les groupes de médias recherchent la convergence à tout prix, le mensuel “Enjeux les Échos” propose à ses lecteurs une expérience unique avec la mise en ligne d’un univers virtuel mêlant texte, photos, audio et vidéo.

Enjeux les Échos VirtuelImaginez un loft virtuel où vous pouvez rencontrer les personnes interviewées dans un magazine que vous venez d’acheter chez votre libraire. Vous êtes acteur de ce monde 3D où les internautes présents peuvent discuter entre eux des sujets qu’ils découvrent.

Développé par la société I-Maginer, ce monde virtuel à la Second Life nécessite le téléchargement d’un petit logiciel (3,1 Mo) et forcément une connexion haute vitesse (supérieure à 512kb).

En projetant ses lecteurs dans un univers 3D en ligne, “Enjeux les Échos” cré une nouvelle expérience de consultation de l’actualité, qui reste complémentaire de son édition papier : pour l’achat d’un magazine vous gagnez un voyage virtuel en plus.

Dans cet exemple, l’audio et la vidéo jouent un rôle primordial pour aider l’internaute à s’immerger dans l’univers des reportages du magazine. La qualité des films n’est certainement pas à la hauteur de la chaine National Geographic, mais ils suffisent amplement pour rendre le discours plus vivant.

Au pays, Quebecor possède des médias presse, radio, TV et sites Web. Le géant québécois s’essaye parfois à la convergence avec plus ou moins de succès : la télé-réalité Occupation Double sur TVA fait la une des journaux du groupe, se retrouve en capsules vidéo sur Espace Canoë, qui sont ensuite réinjectées dans l’émission Vlog le dimanche soir… juste après Occupation Double.

3D I-MaginerLa boucle est bouclée, mais le filon a ses limites. Il n’est pas question de création de nouveaux concepts, mais juste de recyclage de contenus sur différentes plateformes. Pour préparer la TV de demain, Quebecor devrait plutôt contacter Sensio, société montréalaise spécialisée dans la technologie 3D.

La convergence ne doit pas forcément être un amas de contenus en provenance de différents médias, mais plus une utilisation originale de ceux-ci. Le Web permet aisément de mêler texte, audio et vidéo avec une couche ludique de Flash. Soyons créatifs!