5 prédictions technologiques que Deloitte ne fera pas en 2011

IBM vient de publier ses prédictions technologiques pour 2015. Big Blue nous fait rêver avec son téléphone mobile holographique. Quant aux batteries, elles se rechargeraient d’amour et d’air frais. En 2006, IBM prévoyait la traduction vocale instantanée. Nous sommes encore loin du compte pour avoir une application dans notre vie quotidienne.

Le 19 janvier 2011 à Montréal, Deloitte revient avec ses prédictions technologies, média et télécommunications (TMT). Ce que j’aime avec cette compagnie — mis à part que c’est un excellent client — c’est qu’ils arrivent chaque année à établir quelles technologies vont s’imposer dans les 12 mois suivants. Ils ont un taux de réussite de plus de 70%. Je peux vous assurer que c’est bien plus difficile que de lancer des prévisions à 5 ou 20 ans.

En faisant le parallèle avec une startup, je me rends compte que le même type de religion s’oppose dans le milieu. D’un côté, ceux qui annoncent un changement radical dans les habitudes des consommateurs pour les prochaines années. Les VCs s’enflamment et investissent à coup de millions en marketing pour que le service atteigne la taille critique pour potentiellement avoir une rentabilité à terme.

Pour développer ma startup en Social TV — Seevibes — j’avoue faire partie de l’autre camp, celui plus conservateur qui cherche à séduire le marché cette année pour avoir les moyens de le révolutionner dans 3 ans. Ce pragmatisme me vaut d’être moins sexy. Mais comme pour les prédictions TMT de Deloitte, je préfère travailler sur des résultats plus crédibles.

Ma prédiction pour 2011, les startups devraient être plus Cash-Cash que Bling-Bling. On se donne rendez-vous dans un an pour savoir qui avait raison.



Dans 10 ans, qui se souviendra que Motorola vendait des cellulaires

Dans 10 ans, qui se souviendra que Motorola vendait des cellulaires

Il parait que IBM fabriquait des ordinateurs. Dans 10 ans, c’est comme ça qu’on se rappellera de Motorola pour le cellulaire. Après avoir fait rêver les fans de Star Trek, Motorola s’éloigne du marché qui l’a fait connaître pour se concentrer sur l’Internet TV (IPTV), qui offre de plus belles perspectives.

Google Android n’est pas seulement un potentiel iPhone killer, c’est surtout le fossoyeur de l’industrie mobile. En offrent un OS ouvert qui s’intégre sur n’importe quel cellulaire, Google démontre que le matériel n’a plus d’importance.

Google renvoie donc les Nokia, Samsung et autres Motorola à de simples constructeurs d’appareils ménagers, tels des fours à micro-ondes ou des grilles pain. Le géant de Moutain View fait ainsi le même coup à l’industrie du mobile, que Microsoft à IBM 30 ans auparavant.

Conscient que sa marge fond à vu d’oeil sur les cellulaires, Motorola prépare la prochaine étape. Après avoir produit des batteries, des radios et des téléphones, Motorola investit le marché prometteur de l’IPTV.

Trois annonces confortent ce nouveau positionnement. Tout d’abord le rachat de SecureMedia, spécialisée dans la gestion des droits de vidéos IP, puis l’acquisition de BitBand, compagnie israélienne, qui a développé un système de distribution de vidéo Internet. Enfin, Mototola présente sa réorganisation autour de deux entités qu’il pourrait céder: appareil mobile et set-top box vidéo.

L’IPTV est par définition multiplateforme. Je préfère d’ailleurs ce terme à celui de WebTV, qui à mon goût est beaucoup trop réducteur pour la vidéo en ligne. L’expertise de Motorola dans le domaine du mobile lui donne un net avantage dans la distribution de vidéo Internet, surtout quand on sait que c’est l’écran qui va s’imposer dans les prochaines années.

Avec ces deux derniers achats, Motorola se construit une offre IPTV complète qui vaut bien plus cher que la vingtaine de nouveaux téléphones cellulaires intelligents qu’il va distribuer cette année. On se donne rendez-vous dans 10 ans pour vérifier si j’avais raison.

RobotShop: Les robots envahissent le Web et la maison

RobotShop: Les robots envahissent le Web et la maison

Petit clin d’oeil à l’ami Vincent Abry qui réalise son rêve d’enfance en incorporant l’équipe Cybermarketing de RobotShop, la première source mondiale pour la technologie robotique professionnelle et domestique. Je vous invite à consulter son blogue sur les robots qui recèle une mine d’information sur les robots qui vont envahir autant nos bureaux que nos maisons.

Quand je vois le Roomba, je me rappelle mon projet d’étude de 1997 sur le marketing d’un petit robot autonome pour passer l’aspirateur. Alors que l’idée de ce robot paraissait folle à l’époque, on peut aujourd’hui le commander pour chez soi tout en écoutant sa musique préférée 😉

Avec Vincent Abry, je sais que RobotShop dispose maintenant des meilleures armes de référencement et marketing Web pour faire connaître son expertise en robotique. Passionné d’analyse des tendances qui font buzzer la toile, Vincent s’est déjà fait connaître avec succès avec plusieurs blogues, dont celui sur le marketing Web 2.0 et Techno.

Vincent, je te souhaite une belle réussite dans cette nouvelle aventure!

En direct des Prédictions Technologies, Médias et Télécommunication 2010

En direct des Prédictions Technologies, Médias et Télécommunication 2010

Chaque année en janvier, il y a de la neige à Montréal et les prédictions en technologies, médias et télécommunications (TMT) de Deloitte Canada. Pour la seconde fois, j’ai le plaisir d’animer la diffusion en direct aux côtés de Katheline Jean-Pierre. Je vous invite donc à nous rejoindre ce matin sur Ustream ou sur le site officiel (tmtpredictions.ca) pour suivre les présentations et intervenir en direct pour poser vos questions.

Le show des technologies au StartupCamp Montreal 4

Hier soir, la SAT hébergée la 4e édition des StartupCamp Montreal. Comme 400 autres personnes, mais avec l’étiquette d’invité “Guru”, j’ai eu le plaisir d’assister à la présentation de jeunes entreprises technologiques canadiennes prometteuses. Cet événement fut l’occasion de tester en grandeur nature ma nouvelle section live, et de découvrir quelques limites.

Startupcamp Montreal 4Je voudrais tout d’abord féliciter Embrase pour l’organisation de la série de StarupCamp Montreal. C’est à chaque fois une réussite, avec des projets intéressants, un timing parfait et surtout un délicieux traiteur 😉

3 Startups à l’honneur

De 19h00 à 20h00, trois startup ont défilé pour présenter leur projet. Michael Montano a lancé le bal avec Backtype, un service en ligne qui récupère vos commentaires postés à travers la toile. Malgré sa jeunesse apparente, Michael avait une assurance et un pragmatisme d’affaires que j’ai trouvé impressionnant. Il a surtout partagé avec nous quelques bons conseils pour réussir son projet. Je garder surtout en mémoire le “Faire des échecs intelligents… c’est apprendre pourquoi.

Ensuite, Chris Vinson présenta SiteZoogle, un créateur automatique de site. Pour être honnête, j’étais un peu sceptique au départ sur ce type de projet que j,ai déjà vu auparavant. Au final, les 9000 abonnés qui payent 20$ par mois m’ont un peu rassuré. Chris est à la recherche d’un partenaire pour développer le marketing et les affaires de SiteZoogle.

Succéda ensuite Pierre Sergerie de Klaxa, solution logicielle de gestion de réseaux de télécommunication sans fil. J’ai mis 5 bonnes minutes avant de comprendre ce que Klaxa faisait exactement. Il faut dire que ce projet est plus technologique que les deux services Web présentés avant. J’ai surtout retenu que Klaxa possédait une solution pour les réseaux CDMA, alors que les GSM sont les plus populaires dans le monde, et qu’ils tendent à remplacer le CDMA en Amérique du Nord.

Au final, ce sont particulièrement les rencontres que je fais dans ce genre d’événement qui m’attirent. Il devait y avoir un bon 40% de cravates au StartupCamp Montreal. Ce qui est bon signe pour le secteur, puisqu’ils tiennent habituellement les cordons de la bourse.

L’entrevue bonus de la soirée

Je vous laisse avec Stéphanie Troeth, que Daniel Drouet m’a présentée lors de la soirée. Stéphanie a cofondé Book Oven, notamment avec Hugh McGuire qui est bien connu dans le secteur. Book Oven est actuellement en version Alpha privée. Je vous laisse découvrir en 1 min de quoi il s’agit.

PS: Deux autres startups présentaient également, mais je ne suis pas resté pour les voir. Il faut dire que je connais déjà bien Praized Media.

H.264 boost Adobe Flash Player 9 avec la vidéo HD sur le Web

Logo AdobeLa nouvelle version de la technologie Flash d’Adobe intègre dorénavant le standard H.264. Attendu depuis longtemps, cet encodage permet au lecteur Flash de proposer des vidéos de qualité HD Web.

Présent dans plus de 99% des ordinateurs de la planète, Adobe Flash reste indétronable. Il faut dire que l’interactivité permise par Flash a propulsé le Web dans une véritable ère du multimédia. Adobe a sa part de laurier à récupérer dans le développement de la vidéo sur Internet

L’annonce hier de l’intégration du codec H.264 dans Flash réjouit le professionnel de la vidéo Web que je suis. H.264 n’est pas nouveau venu. On le retrouve depuis longtemps dans l’encodage de vidéo en QuickTime, AVI et MP4. C’est aussi le format retenu pour la lecture de vidéo sur iPhone (Youtube a dû retravailler toutes ces vidéos pour l’appareil d’Apple). Ce codec offre le meilleur rapport qualité/poids pour la vidéo. Ce n’est pas étonnant s’il a été choisi pour le HD-DVD et le Blu-ray.

Concrètement, que va apporter cette version 3 de Flash 9 (nom de code Moviestar) ? Disons que l’on va se rapprocher d’une qualité HD pour le streaming de vidéo sur le Web. Attention, il ne s’agit pas de HD que l’on a sur son téléviseur à écran plat (1920×1080 pixels), mais plus de la définition donnée par iTunes pour la diffusion de podcasts vidéo en HD (1280×720 pixels).

Hulu, la plateforme de distribution vidéo en ligne mise en place par NBC et News Corp., réalise les premiers tests de la nouvelle version de Flash et propose à ses utilisateurs des vidéos en qualité HD, avec une taille maximum de 1280×720 pixels.

L’objectif de streaming HD reste pour l’instant très ambitieux, car il existe toujours un goulot d’étranglement au niveau des connexions Internet existantes. La limite de téléchargement imposée par les fournisseurs d’accès Internet risque bien d’exploser avec de tels débits. Par exemple, en streaming vidéo HD la limite des 100 Go par mois imposée par Vidéotron serait consommée en moins de 4 jours !

Avec H.264, Adobe annonce également la prise en charge pour Flash de HE-AAC, pour la compression audio, et des processeurs multicoeurs pour l’accélération matérielle. Là encore, il faudra une machine récente pour profiter entièrement de ces innovations. La vidéo en HD est possible sur Internet, mais pas encore accessible pour tout le monde.