Régis Labeaume rigole avec son Lidub sur NRJ et la DGE pleure sur les dépenses électorales

Régis Labeaume rigole avec son Lidub sur NRJ et la DGE pleure sur les dépenses électorales

Alors que le résultat des élections de Montréal se joue sur un fil, et que Denis Coderre communique sur iPhone, la Ville de Québec ne sait plus quoi trouver pour relancer une absence de suspens sur la réélection du maire Régis Labeaume. Heureusement, la radio NRJ vient mettre du piquant avec un lipdub qui nous donne un bon feeling.

La radio au félin noir de mon adolescence fait une apparition remarquée au Québec. Ils n’ont pas le plus beau site Web au monde (quel bordel!), mais ils ont une belle équipe et de grandes idées, comme ce lipdub dédié à Régis Labaume.

Certainement jalouse du succès du lipdub des étudiants en communication de l’UQAM, l’équipe de Québec s’est remué les méninges et le derrière pour faire mousser son maire.

Le résultat franchement drôle et réussi. C’est d’autant plus difficile qu’il s’agit d’un énième lipdub sur la musique de «I Gotta Feeling». Heureusement, des paroles originales en français ont donné une saveur locale à la chanson du groupe Black Eyed Peas.

Malheureusement, la Direction Générale des Élections (DGE) du Québec vient jouer les troubles fête. Pour elle, cette vidéo doit être comptabilisée dans les dépenses électorales. C’est avec ce type de réaction que nous devons subir des campagnes électorales insipides, ou au mieux racoleuses.

À choisir, je préfère qu’une radio apporte clairement son soutien à un candidat, plutôt qu’un entrepreneur en construction apporte des enveloppes.

L’application iPhone Denis Coderre révolutionne la politique

L’application iPhone Denis Coderre révolutionne la politique

Avec l’application de Denis Coderre, retrouvez en direct sur votre iPhone et iPod Touch toutes les informations sur son actualité politique. Au travers des nombreux articles, vous retrouverez des détails sur l’ensemble de ses actions. Et avec les galeries photos et la Coderre TV, vous pourrez revivre en images et en vidéo les événements auxquels participe Denis Coderre.

Est-ce une farce? Pour moitié oui. En fait, cette application existe réellement. Vous pouvez la télécharger gratuitement sur l’iTunes Store. Pat contre, Denis Coderre n’est pas l’homme politique à l’origine de cette application. Il s’agit du ministre français de l’industrie, Christian Estrosi.

En voyant passer cette nouvelle ce matin, j’ai tout de suite pensé à notre vedette locale de la politique qui a les deux pieds dans les médias sociaux. Je suis d’ailleurs un «ami» Facebook de Denis Coderre, qui m’a souhaité deux ans de suite ma fête. Ça fait tout jour plaisir.

Il y a quelque chose d’irréel à imaginer une application iPhone pour suivre les faits et geste d’une personnalité politique. À la rigueur, je vois bien Madonna ou Oprah bénéficier d’une telle technologie. Mais pour un homme politique, il faut une bonne dose de culot et d’égocentrisme.

L’aspect positif de cette application iPhone est de révéler un peu plus le potentiel du marketing mobile, qui je suis sûr interpellera mon ami Yasha.

Maintenant, à vous de prendre les paris pour savoir qu’elle sera la prochaine étape technologique dans laquelle vont s’engager nos responsables politiques. Peut-être un jeu vidéo Political Mafia War ?

Capitalism: A Love Story par Michael Moore

Michael Moore

L’ineffable documentaliste Michael Moore revient sur le devant de la scène avec “Capitalism: A Love Story », une nouvelle satire de la société américaine qui s’attaque à la crise financière internationale.

Comme à chaque épisode, il faut prendre ces images avec des pincettes, car le réalisateur assume totalement son extrême gauchisme. Comme pour l’oscarisé Bowling for Columbine et Fahrenheit 9/11, Michael Moore nous promet au minimum un bon divertissement.

Il est intéressant de remettre en contexte le film SiCKO, réalisé il y a à peine deux ans par Michael Moore, et qui fait une critique acerbe du système de santé américain. Les conservateurs américains ont beaucoup appris de du roi de la contreverse et du pouvoir des images mises hors contextes et diffusées largement sur le Web. Aujourd’hui, la guérilla du Net passe obligatoirement par Youtube.

“Capitalism: A Love Story” sortira en salle le 2 octobre aux États-Unis et au Canada. Il sera présenté au Festival international des films de Toronto (TIFF) et au Festival des films de Venise en septembre prochain.

La censure frappe la transparence du Parti Socialiste

... No Evil

Une vidéo anodine pour la promotion de l’université d’été du Parti Socialiste français fait le buzz avec une odeur de scandale. Diffusée le 7 août sur Dailymotion, la vidéo en question fut retirée 5 jours plus tard par la direction des communications du PS.

L’amie Catalina Briceño a piqué ma curiosité en me demandant ce matin où elle pourrait trouver le clip raté/censuré par le PS sur l’Université de la Rochelle 2009. Ni une, ni deux, j’ai tapé sur mon clavier pour trouver ladite vidéo.

L’objet du scandale réside dans trois minutes et vingt-cinq secondes de pur ennui. Je ne ferais aucun commentaire sur le fond (lequel) et la forme de cette vidéo. La manière dont elle fut enterrée est bien plus intéressante. Le journal Libération nous l’explique fort bien.

La mémoire du Web est infinie

Pour peu qu’il ait un intérêt pour une personne, tenter de supprimer un contenu du Web est devenu chose quasi impossible. Il existe bien des manières de se cacher du cache de Google, sans compter la copie et le partage des millions d’internautes maintenant facilité par les médias sociaux. Le combat est définitivement inégal.

En France, il existe déjà une mémoire de la télévision, qui s’appelle l’Institut National de l’Audiovisuelle (INA). C’est intéressant de retrouver des images du passé. Les costumes de l’époque me font parfois rire. On se rend surtout compte qu’aucun mot, bon ou mauvais, n’échappe à l’histoire.

En (re)voyant cet échange entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, en mars 1993, j’espère que les moments forts du Web pourront avoir le même musée pour les accompagner dans le temps.

Ne jamais faire une promesse intenable

Le sujet du débat, sur la vidéo du PS censurée sur Dailymotion, porte essentiellement sur l’exercice de transparence que ce grand parti français a tenté avec insuccès. Dans ce cas-là, je répète à qui veut l’entendre qu’il ne faut jamais tenir une promesse intenable.

Avant de se lancer à corps perdu dans les Youtube et Facebook de ce monde, établissez un plan d’attaque pour savoir quels seront les rôles de chacun. En voulant jouer à la Obama, l’équipe de communication socialise a peut-être voulu aller trop vite. Il semble que tout le monde ne soit pas prêt à embrasser à la révolution des médias sociaux.

À la rigueur, je trouve ça correct qu’un organisme, privé ou public, ne soit pas présent sur Youtube. Tout le monde ne peut pas être au «top» des tendances communicationnel. La question à se poser est : Suis-je prêt à m’embarquer dans cette aventure ? Si la réponse n’est pas un oui franc, il faut peut-être passer son tour en attendant le bon moment et/ou d’avoir les bonnes ressources.

Barack Obama: ASSEZ des Flash Mob !

Barack Obama USA Flag

La guerre des images fait toujours rage entre Barack Obama et ses adversaires conservateurs. Depuis quelques semaines, le parti républicain organise des flash mob négatifs pour déstabiliser les conférences sur la réforme des soins de santé.
Téhéran n’est pas le seul endroit où la politique utilise Youtube pour faire entendre sa voix. Le résultat des élections américaines s’est joué en partie grâce aux vidéos diffusées sur le Web. Les républicains l’ont bien compris et ils préparent leur vengeance avec une certaine agressivité.

Lors de présentation locale du plan de réforme de l’assurance maladie, une poignée de militants conservateurs organise une manifestation qu’ils prennent bien soin de filmer. Quand les images correspondent à ce qu’ils attendent, ils les diffusent largement sur Youtube en ajoutant de cinglants commentaires.

Grâce à ces images, les républicains veulent donner une impression de désaccord massif de la population américaine envers l’un des projets phares du gouvernement Obama.

Dans cette vidéo, le comité national démocrate démontre les techniques utilisés par les groupes de pression, qui seraient à la solde des entreprises d’assurances privées. Il faut dire qu’ils seront les principaux à perdre dans cette réforme.

Quelle est la meilleur campagne publicitaire au monde ?

Pour sa campagne publicitaire, quelle est la marque qui a utilisé avec succès la télévision, la presse, la radio, le SMS, Twitter, Facebook, Youtube, MySpace et les jeux vidéo ? Qui bénéficiait d’une force de vente de 2 millions de personnes et a reçu de l’argent de la part de 3 millions d’individus ? Qui a bénéficié du soutien actif de 13 millions de personnes ? Qui a réussi à atteindre 68 millions de personnes, qui constituaient la quasi-totalité de sa cible ? Qui possède une base de données de 220 millions d’Américains ? Qui s’est payé une publicité de 30 minutes à une heure de grande écoute ?

J’imagine que vous devez avoir quelques éléments de réponse. La campagne présidentielle de Barack Obama a en effet été couronnée meilleure campagne publicitaire au monde lors du dernier festival international de la publicité de Cannes. Elle a à la fois reçu le Grand Prix du Lion de Titane et le Grand Prix du Lion Intégré.

C’est la première fois qu’une campagne politique reçoit les honneurs de la profession. C’est aussi la première fois qu’une élection présidentielle américaine se fait dans l’ère massive des médias sociaux et de la vidéo en ligne. Imaginez-vous que Youtube n’existait pas encore lorsque que George W. Bush s’est représenté en 2004.

Il faut préciser que pour réussir sa campagne en ligne, Barack Obama s’est fait conseiller par l’un des meilleurs, Chris Hughes, cofondateur de Facebook au côté de Mark Zuckerberg.

Chris Hugues fut à l’origine de My.BarackObama.com, la plateforme Web qui a fédéré toutes les énergies à travers l’Amérique. C’est à partir de MyBo que se sont créé 35 000 groupes, 200 000 événements, 400 000 blogues et 70 000 levées de fonds et donations en tout genre pour un total de 30 millions de dollars.

Christine Bourgier - Spirit Of Hope - ObamaUne de mes amis photographe, Christine Bourgier, a réalisé une exposition sur la journée d’investiture d’Obama à Washington. C’est impressionnant de voir l’ensemble des produits dérivés autour d’un homme politique. De passage à New York, j’ai moi-même acheté un tee-shirt «Yes we can» à l’effigie du premier président noir d’Amérique.

La réussite de cette campagne publicitaire est d’avoir rendu Obama aussi populaire que Coca Cola. C’est une marque que l’on peut aujourd’hui arborer à travers la planète et qui sera reconnue à coup sûr.

La communication politique a depuis longtemps marchandisé l’image de nos élus, particulièrement aux États-Unis. Cependant, Internet a amené la publicité politique à un niveau supérieur, en offrant un ciblage ultra précis et une puissance de frappe incommensurable.

Après Obama/Biden 2008, j’ai maintenant du mal à imaginer comment des élections politiques pourraient être aussi puissantes. Pensez-vous que ce soit encore possible ?