Comment promouvoir votre marque sur les médias sociaux

Si vous avez 30 min devant vous, je vous conseille la présentation de Loic Lemeur lors de la conférence ad tech de San Francisco de cette semaine: “Comment promouvoir votre marque sur les médias sociaux”. J’aime notamment sa conclusion sur le calcul du ROI des médias sociaux: il n’y a aucun standard et n’en cherchez pas!

Je comprends que les responsables marketing de compagnies veulent être rassurés par des chiffres, nombre de fans ou de followers, mais la vraie valeur d’une relation ne se calcule pas sur la longueur de ses doigts ou d’autres extrémités du corps humain.

Je vous conseille également la partie sur l’achat d’adeptes Facebook/Youtube et de followers Twitter. C’est hilarant/désespérant, à quel point les compagnies sont prêtes à croire que les médias sociaux s’achètent en boîte.

Entrevue vidéo: Loic Le Meur se livre sur Seesmic, Twitter, Ping…

Bruno Guglielminetti, journaliste à Radio Canada et animateur du Carnet Techno, vient de réaliser une entrevue de Loic Le Meur, le serial entrepreneur fondateur de Seesmic, à l’occasion de l’édition 2010 du CES de Las Vegas. Lors de cette rencontre décontractée, Loic revient sur le récent rachat de Ping.fm, sur l’évolution de Seesmic, qui est passé de vidéo à Twitter, et sur les derniers développements mobile, Web et desktop de son service.

Franchement, c’est la meilleure entrevue de Loic Le Meur que j’ai vu à ce jour. On le sent vrai et on apprend des choses intéressantes. C’est sans nul doute dû au talent de journaliste de Bruno qui a su tirer le meilleur de cette rencontre.

6Rounds : Réseau social vidéo en temps réel

6Rounds Logo

Depuis ma série Guide en 4 étapes pour survivre au Web en temps réel, le Real-Time Web est devenue ma nouvelle lubie. Je pourrais ajouter un 5e volet avec le “Real Time Video : Live Social Network” où l’on retrouve Youtube RealTime et maintenant 6Rounds, qui apporte une interactivité supplémentaire à la messagerie vidéo en direct.

La jeune compagnie israélienne 6Rounds tente de réinventer Skype dans une forme beaucoup plus ludique et sociale. Je prends la comparaison de Skype, car c’est le premier exemple qui m’est venu en tête quand j’ai testé 6Rounds. Celui-ci n’a pas (encore) vocation à remplacer le téléphone, contrairement à Skype, mais il donne les prémisses de son remplaçant multimédia qui mettrait la vidéo en son coeur.

6Rounds veut nous faire vivre une expérience en ligne interactive en couplant la messagerie vidéo à des jeux, la consultation de vidéo sur Youtube ou de photos sur Facebook. Ce qui importe, est de partager un bon moment ensemble par l’intermédiaire de son écran d’ordinateur.

Le positionnement de 6Rounds n’est pas encore très clair. Il pourrait être aussi bien être un site de rencontre en ligne de nouvelle génération, qu’un Skype de loisir ou un Facebook vidéo. Ce qui est clair, c’est que 6Rounds détient une technologie intéressante avec une interface assez originale pour trouver une place dans l’univers surchargé des réseaux sociaux.

Si tout se passe bien, 6Rounds devrait se faire racheter par Google, Microsoft, Facebook ou MySpace. Cette fonction de vidéo messagerie serait en effet très bien intégrée dans un réseau social plus large. D’ailleurs, ce scénario ne serait pas pour déplaire aux fondateurs de la compagnie.

PS : Je peux vous faire parvenir une invitation pour tester 6Rounds. J’en ai 10 en banque.. Il vous suffit de laisser un commentaire à la suite de cet article.

Il est intéressant de voir l’évolution des plateformes de discussion vidéo. Alors que Phreadz continu son petit bout de chemin en vendant sa plateforme en marque blanche à des entreprises, Seesmic fait un virage à 180°. Loic Lemeur a récemment décidé de reléguer la vidéo au second plan pour se consacrer au développement de logiciels (Seesmic Desktop et Seesmic On The Go) et services en ligne, dont certains sont encore à définir (Seesmic In The Cloud). La vidéo en ligne n’est définitivement pas un long fleuve tranquille.

Twitter pour Obama, Britney, mais pas le grand public

Je ne commencerais pas avec une bonne résolution, car la meilleure a déjà été prise. Par contre, je souhaite revenir sur une prédiction qui a l’air de trouver l’unanimité. Twitter rentrerait dans les habitudes du grand public en 2009. Je n’y crois pas une seconde !

Twitter-dee, Twitter-dumb?Comme toutes les semaines, j’écoute l’excellent podcast de Bruno Guglielminetti. Cette semaine, deux des plus respectables experts du Web au Québec étaient invités pour donner leurs prédictions de nouvel an. Malgré l’amitié que j’ai pour Michelle Blanc et Philipe Le Roux, Twitter ne percera jamais dans le grand public en l’état actuel.

Conne Delicious, Twitter est un outil de veille parfait pour les professionnels du Web que nous sommes. Je le trouve également très utile dans une stratégie de marketing social. Je l’utilise quotidiennement pour faire la promotion de mes services.

Je conseille Twitter à Barack Obama, Britney Spear ou Québec Solidaire pour faire parler d’eux et développer un buzz. Allez-y, c’est fait pour ça.

Même si ma mère envoie parfois des SMS sur son téléphone mobile, je ne la voie pas en 2009 se brancher sur Twitter pour raconter quel ce qu’elle va mettre dans sa ratatouille (la meilleure au monde), et pour converser avec Loic Lemeur des dernières tendances du Le Web.

Oui, Facebook est le grand succès des réseaux sociaux. Mais, ça ne veut pas dire que tout ce qui permet de changer son statut va cartonner dans la maison de madame et monsieur tout le monde. On peut essayer de le vendre à un client que la planète va suivre ses 140 caractères sur Twitter. Mais, ça s’arrête là.

Le Twitter que nous connaissons aujourd’hui a du mal à trouver un plan d’affaires. D’ailleurs, qui sait comment ils vont gagner de l’argent ? Twitter va-t-il passer 2009 sans se faire racheter ? C’est peut-être le mieux qu’il puisse arriver à ce service. À la rigueur, intégré à un Facebook ou à un Google App, Twitter pourrait dépasser le cercle très fermé des early marketeux du Web .

Vous croyez vraiment voir Twitter chez votre mère en 2009 ?

Hyper-Social : La discussion vidéo à la Seesmic

Dans la série Hyper-Vidéo, je voudrais aborder aujourd’hui l’hypersociabilision de la vidéo sur le Web. Seesmic, le service de discussion vidéo en ligne, est devenu une référence dans le domaine. Pour l’instant réservés à une élite de geek social, les outils de conversation vidéo sur Internet sont annonciateurs d’une ère encore plus sociale du Web.

Internet et les médias sociaux

Lors d’un récent dîner avec Yvette Ghattas, nous faisions le tour des buzz words du moment. Je me suis arrêté sur “social media“. Contrairement à de nombreux termes du Web, je pense que les médias sociaux ont une réelle existence.

L’activité que nous avons sur Linkedin, Facebook, Youtube et Co. sont la preuve d’une réelle interaction sociale par la technologie et la création de contenu. Au final, nous voyons effectivement naître une collaboration en ligne, si ce n’est une intelligence collective.

La vidéo comme média de vérité

Tout d’abord, je dois reconnaître que la vidéo n’est pas adpatée à tout le monde. Dans un premier temps, il est nécessaire d’assumer son image, si l’on veut se risquer à la diffuser sur le Web. Une fois cette barrière tombée, la vidéo permet de retrouver un côté vrai et humain qui manque parfois sur Internet.

Le choix du président sur Seesmic, Phreadz et Poodz

Si Seesmic est la plateforme vidéo de discussion la plus connue, grâce au bon travail de Loic Lemeur et de l’Ami Vinvin, elle n’est pourtant pas la seule. Phreadz pourrait être une bonne alternative s’il n’était pas en bêta privé. Pour y avoir accès, je peux vous dire que les fonctionnalités sont beaucoup plus ouvertes et accessibles que Seesmic. Kosso, initiateur de Phreadz, semble vouloir utiliser le Web comme vitrine pour vendre ensuite sa technologie aux entreprises.

En bout de ligne, il y a le petit français Poodz (il faut obligatoirement un double «o» et un «z» pour avoir du succès sur Internet). Au niveau des fonctions proposées, Poodz se situe entre Seesmic et Phreadz. Le problème majeur de cette plateforme est sa communauté, trop faible en nombre et limité au francophone.

Loin du vidéophone du futur

Dans les films de science-fiction, on retrouve souvent le vidéophone, pour discuter en direct par écran interposé. Les cellulaires 3G le permettent déjà, et les Japonais en ont fait leur quotidien. Pourtant, ce n’est pas forcément ce genre de technologie qui est le plus adaptée pour communiquer avec notre/nos communauté(s).

Dans Seesmic, le discours asynchrone permet une meilleure maîtrise de son message et d’affiner sa réflexion. C’est surtout un outil vidéo collaboratif formidable qui se joue du temps et de l’espace.

Un exemple d’hyper-vidéo hyper-social avec l’ADQ

Au mois de novembre, j’ai découvert qu’une candidate de l’ADQ aux élections provinciales utilisait Seesmic pour rejoindre ses électeurs. La discussion vidéo faisait tout son sens dans ce cas précis, où une élue cherche à rejoindre ses citoyens pour mieux connaitre leurs besoins… et prêcher la bonne parole. Si l’exercice est pertinent, il n’est hélas pas concluant. Depuis la fin des élections, qu’elle a perdues, Geneviève Toussignant est aux abonnés absents et la communication est rompue.

genevievetousignant’s video profile

Pour s’imposer, des outils comme Seesmic devront dépasser le cercle restreint des “early adopters”, et devront par-dessus tout être intégrés sérieusement dans une stratégie de communication plus globale. Sinon, ils risquent de finir au même endroit que bon nombre de cadeaux de Noël… dans le placard !

Hyper-Vidéo : Principes de la vidéo Web augmentée ou l’ère de la vidéo 4D

1. Hyper-Local : La vidéo sur YellowPages, Weblocal et Google Maps

2. Hyper-Social : La discussion vidéo à la Seesmic

3. Hyper-Présence : Le direct vidéo de Qik

4. Hyper-Interactif : L’annotation vidéo de Youtube