Top 3 des caméras HD pour son vidéo blogue

Mini CameraKim Vallée, qui est sur le Web et dans sa maison, m’a demandé récemment pour son amie Lara McCulloch quelle serait la meilleure caméra vidéo pour réaliser simplement un vidéo blogue. Je ne parle pas de WebTV, style production télé, mais plutôt d’entrevues vidéos ou de mini émission, comme j’ai pu le faire pour Intruders TV et pour le podcast d’Île sans fil. Voici mon choix de matériel le mieux adapté, et surtout le moins couteux.

La première chose dont on se rend compte, c’est que la définition de l’image n’est plus un problème. À partir de 300 $, toutes les caméras font du HD, que ce soit du 720p (1280×720) ou du full HD 1080p (1920×1080).

Si l’on veut débuter dans le vidéo blogging sans trop mettre de moyen, il faut tout de suite oublier les caméras professionnelles et semi-pro, comme les Sony HVR-V1E (3 500 $) ou  HVR-Z1 (5 000 $). J’utilise cette dernière au niveau professionnel et j’en suis très satisfait. Même s’il est réduit, l’encombrement de ses caméras empêche de la sortir à toutes les occasions.

Je vous propose donc de vous rabattre sur d’excellents produits grands publics, qui une fois bien pris en main peuvent se révéler très puissant pour une vidéo blogue. Le choix n’est pas très grand et la problématique est la suivante : Comment obtenir un son de bonne qualité ? Vous pouvez réaliser les plus belles images au monde, si on ne comprend pas ce que votre interlocuteur dit, la vidéo n’aura plus aucun intérêt.

Deux choses à retenir

– Tournage: Faire attention à ne pas avoir un environnement trop bruyant (vérifier avec des écouteurs). Filmer d’assez proche pour garder une distance raisonnable entre le micro et la personne qui s’exprime.
– La caméra : L’idéal est d’avoir une entrée micro pour utiliser un micro externe pour relever la qualité du son. La solution alternative est d’avoir une caméra avec un micro omni-directionnel assez puissant.

Matériel

1. Sanyo VPC-HD1010 (700 $) : C’est le digne successeur du HD1000, que Christian utilise pour certaines de ses vidéos. Il fait du full HD et possède une entrée micro. Son optique est assez large et offre une bonne qualité visuelle en extérieur ou dans des endroits lumineux. Le style revolver facilite la prise en main
2. Canon VIXIA HF S10 / HF S100 (1000 $) : Excente caméra de Canon. Très compact, elle offre une bonne qualité d’image et une entrée micro. LA caméra est quasiment trop compacte, ce qui complique parfois sa prise en main et la stabilité de l’image.
3. Flip Mino HD (300 $) : Très compact et simple d’utilisation. Elle est parfaite pour réaliser des entrevues de prêt dans un environnement très protégé. Le format MP4 déjà compressé de la vidéo est pratique pour mettre directement en ligne, mais restreint l’utilisation du montage post-production. Avec un prix hyper-abordable et une prise USB intégrée, le Flip Mino HD est vraiment étudié pour simplifier au maximum la publication de vidéos sur Internet.

M.A.J : La nouvelle caméra vidéo Flip Ultra HD vient d’arriver sur le marché. Par rapport à sa petite sœur, la Flip Mino HD, la version ultra double le temps d’enregistrement, pour atteindre les 2h00 grâce à une mémoire Flash de 8 GB. La deuxième grande nouveauté réside dans l’écran large de 2 pouces qui offre une meilleure résolution que la Mino.

Pour quelqu’un qui ne veut pas se casser la tête, je conseillerais la Flip Mino Ultra HD, à condition de bien travailler son tournage et protéger ton environnement. Le format vidéo de la Canon et de la Sanyo (AVCHD) oblige à posséder un logiciel de montage spécifique. Sur Mac ce n’est pas un problème avec iMovie, qui prend tous les formats, alors que sur PC il faut vraiment avoir la dernière version des logiciels et vérifier qu’ils sont compatibles avec les caméras.

Si vous comptez bientôt vous lancer dans la production de vidéos sur le Web, tenez-moi au courant de vos aventures vidéo bloguesque, et n’hésitez pas à partager votre expérience 😉


Canon Vixia HF10 review

Bonjour, ZeLaurent est en ligne

Il était grand temps de passer zelaurent.com sous un mode plus interactif. C’est évidemment sous la forme d’un blogue que j’ai le plaisir de (re)présenter Laurent Maisonnave en tant que professionnel, aka ZeLaurent sur la Webosphère.

Une histoire de blogues

Depuis 2005, le blogue est pour moi une histoire d’amour qui n’en finit pas. Commentateur, puis rédacteur, j’ai franchi le pas pour faire la promotion de Pascalis, une technopole auvergnate dont j’avais la direction. Grâce au méandre de la technocratie local, le site est par a suite tombée dans les oubliettes du Web.

En septembre 2006, j’attaque mon premier blogue de “commerce électronique”. Ze Vente Garage me servit à mettre en vente mes meubles, électroménager et autres objets de seconde main. Je n’imaginais pas avoir autant de plaisir à faire ce blogue et à vendre mes meubles.

Avec 255 articles à son compte, Ze Canada est le blogue le plus remarqué de ma série. À travers des sujets de société de la vie canadienne, ce fut l’occasion d’approfondir mes connaissances du Web participatif et de faire de précieuses rencontres.

VideoPresse est certainement le blogue sur lequel je me suis le plus investi ces 12 deniers mois. À travers une centaine d’articles, j’ai traité tous les aspects de la vidéo sur le Web et leur implication dans la communication des entreprises. En complément, je rédige de courts articles sur 3 blogues thématiques : Ze Web Vidéo, Ze WebTV et Ze Web Video Mobile.

Enfin, j’ai le plaisir d’intervenir ponctuellement sur des blogues collectifs, tel Intruders.TV Canada, TechnoMontréal et Îl sans fil.

Une nouvelle voix pour partager

Avec 10 blogues à mon actif, pourquoi créer celui de Ze Laurent ? Tout d’abord, ça paressait tellement évident que je m’étonne de ne pas l’avoir fait avant. Pourtant, je me rappelle bien les conseils de Michelle Blanc qui lors de mon arrivée à Montréal m’avait grandement conseillé d’avoir un blogue professionnel.

Sur www.zelaurent.com, je souhaite justement partager mon expertise professionnelle en communication/marketing Web, et plus particulièrement de l’utilisation de la vidéo en ligne. Comme tous les blogues que j’ai animés, je souhaite que celui-là devienne un espace de découverte, et surtout d’échange. Vos commentaires seront ma plus belle récompense.

Le Vrai Prix de la Pub sur la Web Video : de 10 $ à 124 800 $

Vous voulez connaître le prix pour annoncer sur une Web vidéo ? Attention, l’écart est incroyablement élevé selon les plateformes et les productions. De Blip.TV à CNN, en passant par Revision3, TV Guide et CBS, voici le coût de la publicité sur une vidéo en ligne.

Le Vrai Prix de la Pub sur la Web Video : de 10 $ à 124 800 $Le marché de la Web vidéo est en plein boom. De nouvelles productions apparaissent tous les jours. Il suffit de jeter un coup d’oeil au blogue de Dominic Arpin pour voir que le marché local est également en ébullition. Il apparaît quasiment une nouvelle production toutes les semaines au Québec.

Même si elle est pour le Web, la production de vidéo demande beaucoup de moyens, bien plus que pour animer un simple blogue “texte”. Comment rentabiliser cet investissement ?

Pour certain, le Web est un tremplin pour atteindre la TV ou même le cinéma. La qualité et la forme de ces productions donnent souvent un indice sur l’objectif avoué ou pas. Avant d’atteindre le Saint-Gral et faire de l’argent, le modèle publicitaire reste finalement le plus accessible.

Actuellement, 3 formules coexistent pour annoncer sur de la Web vidéo

  • CPM : coût pour mille impressions de pages où est présentée la vidéo. Cette formule vieillotte est la plus courante, car elle est actuellement utilisée sur la majorité des sites Web.
  • Commandite : l’ensemble de la vidéo est commandité par une entreprise.
  • Placement de produit : un classique en télévision qui marche également très bien sur le Web. C’est le type de pub qui paye le mieux.

La publicité peut prendre la forme d’une annonce dans le titre, le texte, un logo en surimpression, le générique, en pre-roll / mid-roll / end-roll (coupure publicitaire en début, milieu et fin de vidéo). Les formats publicitaires réellement adaptés à la Web vidéo restent encore à inventer. L’overlay fait certainement partie des plus prometteurs.

Avec l’aimable recherche de Web Video Report et de plusieurs ressources en ligne, voici les chiffres de la pub pour la Web Video (mis à jour régulièrement) :

Groupes de médias

  • CNN : CPM à partir de 25 $
  • CondéNet (Wired) : ne souhaite pas partager ses information publicitaires 😉
  • NBC : CPM de 40 $ à 75 $
  • Revision3 : CPM de 60 $ à 80 $, commandite

Sites de Web vidéo

  • Blip.tv : CPM de 10 $ à 30 $, commandite de 30 $ à 100 $
  • Revver : CPM de 10 $ à 20 $
  • Youtube : Overlay à 15$ le CPM et commandite à partir de 50 000 $

Réseaux sociaux

Séries Web vidéo

Tarif actuel :

  • Professional long form video: $40 CPM
  • Professional short-form: $30 CPM
  • User-generated video: $15 CPM

Projection pour 2013 :

  • Format long : CPM de $46
  • Form court : CPM de $34
  • Généré par l’utilisateur (UGC) : CPM de $17

M.A.J 03/04/2008 : D’après une étude personnelle de Kevin Nalts (WillVideoForFood), le prix du CPM de la Web vidéo serait de 25 $. C’est finalement dans la moyenne des chiffres présentés ci-dessus.

M.A.J 22/07/2008 : Rapport de Diffusion Group sur les tarifs du CPM de la vidéo en ligne.

M.A.J 10/08/2008 : Prix du CPM pour Google Video Ads (Silicon Alley Insider) et Tubemogul.

WebTV au Québec : Dominic Arpin se pose des questions au Yulblog

Depuis un peu plus d’un an, les participants du Yulblog (rencontre des blogueurs de la région de Montréal) doivent répondre à une “question vidéo”. Pour l’édition de février, le fameux blogueur vedette Dominic Arpin faisait son “come back” (grand retour dans la blogosphère oblige) et c’est lui qui a interrogé les blogueurs sur l’avenir de la WebTV au Québec.

Premier constat, soit les blogueurs sont complètement à la ramasse, soit le concept de WebTV est peu connu, ou plutôt difficilement compréhensible. Le concept est d’autant plus difficile à déterminer, que certains s’amusent à brouiller les cartes et à affirmer qu’ils ne font pas de la WebTV !

Pour reprendre une référence de Wikipédia, “On désigne généralement par webTV tout site Internet dont les contenus sont à dominante vidéo“. Les vidéo-blogues, vlog ou vidéo podcast rentrent donc dans cette catégorie.

Pourquoi Dominc Arpin s’intéresse-t-il à la WebTV ? Tout d’abord, c’est un adepte inconditionnel de l’Internet. Ensuite, il travaille pour un groupe de média avec qui il a tenté l’aventure télévisuelle. Enfin, il a une bonne vision de ce que sera la TV de demain.

Je ne serais peut-être pas aussi sévère que Long qui pense que “c’est pas fort la WebTV au Québec“. Il existe plusieurs productions audacieuses, telles Prenez Garde Aux Chiens, Le Cas Roberge, Galacticast, Intruders.TV (!), 33mag, P45 et même les Tête à claques.

Si nous bénéficions de plusieurs “portails vidéo” dans la Belle Province, il faut reconnaître que peu se démarquent par leur originalité et leur intuitivité. Il ne suffit pas de mettre de la vidéo dans un site Internet pour en faire un chef d’oeuvre de la WebTV.

Sans tous les citer (j’épargne les amis), Canoë.TV a particulièrement déçu à sa sortie, Les Affaires TV est sobre (un peu trop), Montreal.TV original mais un peu trop “flashy” et MNS vidéo se distingue tant au niveau du contenu que de l’interface.

J’ai déjà discuté avec plusieurs “geeks” de concepts intéressants d’émissions pour le Web. Je suis tenté d’en réaliser quelques-uns. Finalement, ce n’est pas la créativité qui manque au Québec, mais plutôt le manque de perspective et de courage de certains médias québécois pour soutenir ces projets.

Vidéo disponible sur : YouTube, Metacafe, DailyMotion, Blip.tv, Google Video, MySpace, Veoh, TonTuyeau, TonClip et Espace Canoë (pas de jaloux).

M.A.J : Domic Arpin reparle de la WebTV au Québec sur son blogue

Interview: Dominique-Sébastien Forest et la non Web TV Canoë.TV

C’est dans l’immeuble Vidéotron à Montréal que Canoë héberge ses locaux. Et c’est à ce même endroit que Dominique-Sébastien Forest, Directeur général des contenus numériques et du commerce électronique (ouf!) nous a reçu pour nous présenter Canoë.TV.

Canoë.TV est le tout dernier projet médiatique du groupe Quebecor. Si on vous demande, Canoë.TV n’est pas une Web TV, c’est tout simplement “le premier webdiffuseur canadien“.

Pour comprendre de quoi il s’agit, Dominique-Sébastien nous présente les objectifs de diffuser la télévision sur Internet et comment il a réussi à convaincre des concurrents de le rejoindre. Notre invité répond également à quelques critiques de certains blogueurs. Enfin, vous aurez en exclusivité des détails sur les émissions spéciales développées pour Canoë.TV.

Entrevue avec Vincent Abry, entre blog, Web2 et Kappea

Vincent Abry est statisticien de formation. Il aurait pu se passionner pour la pêche, la cuisine ou encore collectionner des canettes de bière, mais il a décidé de se plonger dans le Web. À la fin des années 90, il a connu les joies du Web1 avec le développement de sites de trading.

Depuis le 16 janvier 2006, date d’ouverture de son blogue, Vincent est en totale immersion avec le Web 2.0 et le marketing. C’est d’ailleurs le titre de don carnet Web. Depuis, sa plume a trouvé des inconditionnels avec une belle réputation sur la toile, plus d’un millier d’abonnés à son fil d’information et une bonne place dans les classements en tout genre.

Après une courte étape en France, Vincent est revenu au Canada. Entre temps, il a ramené dans ses bagages la start-up Kappea. Vincent nous parle justement des récents développements de ce spécialiste des petites annonces inversées, qui devrait faire parler de lui en Amérique du Nord. En complément d’information, vous pouvez aussi visionner le screencast de Kappea et l’entrevue de son gérant, Joël Bohrer, réalisé par Thierry Bézier.

PS: Vincent ne faisait pas encore partie de la gang d’Intruders.TV Canada quand cette entrevue a été réalisée. Par contre, ça a peut-être joué pour sa présente collaboration.

EN: Interview with Vincent Abry, blogger, Web2 expert and partner with Kappea.