Comment ne pas perdre la face numérique?

Comment ne pas perdre la face numérique?

Identité numérique 101: Comment ne pas perdre la face numérique pour développer ses affaires? Tel était le thème de mon intervention à l’émission “En Affaires” du mercredi 18 novembre 2009 animée par François Gagnon sur le Canal Argent.

Pour cette première apparition sur la protection de l’identité numérique des compagnies, la dernière aventure de Britney Spears m’a beaucoup inspiré. Autant que la chanteuse à succès, les compagnies doivent se prémunir du vol de leur identité en ligne. Les noms de l’entreprise, aussi bien que celui des produits ou des dirigeants peuvent être détournés si l’on n’y prend pas garde.

Avant de s’attaquer à la montagne des médias sociaux, les professionnels doivent apprendre à connaître qui ils sont sur Internet. Des outils simples et gratuits, comme Social Mention ou How Sociable, permettent une veille régulière efficace, aussi bien que les moteurs de recherche de Google ou Twitter.

Bénéfices de connaître son identité numérique

  1. Protection : Prévenir les rumeur et problème d’image par une gestion de crise pro-active
  2. Fidélisation : Améliorer le service à la clientèle par une écoute et réaction en temps réel.
  3. Innovation : Améliorer ses produits en devançant les tendances du marché.

J’aurais le plaisir de revenir sur les ondes du Canal Argent le mercredi 9 décembre entre 10h00 et 10h30. Ça me fait d’autant plus plaisir que François Gagnon est un hôte formidable, qui comprend au quart de seconde les problématiques du Web et les bénéfices que les compagnies peuvent en retirer.

Facebook username : Est-ce dangereux pour notre vie privée ?

Dans un élan de geekitude total, 500 000 internautes se sont réunis le 13 juin 2009 à minuit pour activer la fonction Facebook username afin de réserver leur adresse personnalisée. De façon très originale, vous pourrez me retrouver sur http://facebook.com/zelaurent. Une fois l’enthousiasme passé, je me suis demandé pourquoi Facebook a attendu 5 ans pour offrir un vanity URL. Est-ce vraiment une bonne chose ?

Avez-vous un Facebook ?

Facebook username est vue comme une petite révolution pour les 200 millions d’utilisateurs du plus important des réseaux sociaux au monde. Pourtant, Twitter, MySpace et même Linkedin proposent cette fonction depuis longtemps.

Auparavant, je pensais que Facebook allait commercialiser les adresses personnalisées. Je voyais ainsi une lueur d’espoir dans le modèle d’affaires de Facebook. C’est d’ailleurs ce type de revenus premium que l’on suppose également pour Twitter. Vraisemblablement, ils préfèrent pour l’instant ans tenir à uniquement des services gratuits.

À l’origine, Facebook se voulait un réseau social exclusif. Seuls les étudiants des plus grandes universités américaines y avaient accès. Le site s’est ensuite doucement ouvert aux salariés de grandes entreprises, puis bien en septembre 2006 au grand public. L’idée originale était donc d’avoir un endroit fermé et pratique pour réseauter avec ses proches.

Facebook est-il encore un réseau pour les “amis” ?

De fil en aiguille, la frontière entre relations personnelles et professionnelles est devenue de plus en plus floue sur Facebook. Dans le même, voyant monter la popularité de Facebook, le site de réseautage professionnel Linkedin ajouta des fonctions interactives comme celle de son nouveau concurrent. Au final, je trouve qu’il est devenu difficile de faire la différence entre les formes de réseautage offert par l’un et par l’autre. Personnellement, j’utilise Facebook majoritairement pour une visibilité professionnelle. Je suis également heureux de garder contact avec mes proches.

En transformant les adresses des profils de facebook.com/profile.php?id=9341452246 en facebook.com/mon.nom, Facebook fait bien plus qu’offrir un service pratique pour retrouver ses amis. Facebook propulse surtout ses membres dans une visibilité publique bien plus large. Tranquillement, Facebook diffuse sur le Web la plus importante et la plus riche base de données d’internautes.

Et la vie privée dans tout ça ?

La protection de la vie privée est justement ce qui a fat le plus de vague autour de la montée en puissance de Facebook. Cette fonction d’adresse Internet personnalisée devrait relancer le débat sur la protection de son identité numérique.

En attendant de voir où Facebook nous mène, je renouvelle mon conseil de passer 10 minutes dans les paramètres Facebook pour bien délimiter ce que vous souhaitez ou non rendre public, tant auprès de vos contacts Facebook que du grand public.

Médias Sociaux : Attention aux dangers de sécurité !

Prison

Invité la semaine dernière par le Réseau ACTION TI, le premier regroupement des acteurs des technologies du Québec, j’ai donné une conférence sur l’identité numérique face aux réseaux sociaux. Dans ma première partie, je me suis intéressé tout particulièrement aux problèmes de sécurités entourant les médias sociaux.

Tout d’abord, je dois remercier Renée Grondin, Directrice des services informatiques du Réseau immobilier La Capitale et Vice-Présidente du Réseau ACTION TI de Laval-Laurentides-Lanaudière, pour m’avoir fait confiance et permis de m’exprimer sur ce sujet.

Je dois également remercier Katheline Jean-Pierre, Directrice e-Marketing chez Deloitte Canada et qui se trouve être l’une de mes meilleures clientes. Dans le cadre de cette conférence pour le Réseau ACTION TI, Katheline m’a accompagné et a présenté l’étude de cas sur l’opération social media que nous avons monté ensemble en janvier autour des prédictions TMT de Deloitte.

Les risques des médias sociaux

Après avoir fait un tour d’horizon des différentes catégories de médias sociaux et de leurs usages, autant en entreprises qu’à la maison, j’ai souligné les risques inhérents à ces nouveaux modes de communications.

L’une des premières constatations est que l’internaute moyen livre énormément d’information sans s’en rendre compte. Les entreprises ont le même manque de vision quand à leur présence en ligne et à l’impact que ça pourrait avoir sur leur activité. Au mieux, les compagnies font attention aux informations qu’elles diffusent sur leur site Web. Pour la majorité, elles ne vont pas voir ce qui se dit sur elle ailleurs, que ce soit dans les médias en ligne ou sur les réseaux sociaux.

Les responsables d’entreprises et directeur informatique doivent prendre conscience que l’internaute à la maison ou au travail est le même. Les salariés souhaitent consulter leur compte Facebook au travail et visionner des vidéos Youtube pendant l’heure de pause. Leur activité en ligne peut -être à risque. Surtout quand on sait que 41 % des utilisateurs de Facebook sont prêts à révéler des informations personnelles sans contrôler d’où provient la demande.

Les réseaux sociaux au service du social engineering

La branche affaires de l’opérateur télécom Orange anime une WebTV à destination des professionnels. L’épisode nommé «Le social Engineering et les réseaux sociaux dans la vie privée» démontre la facilité à détourner un compte à partir d’informations personnelles diffusées sur plusieurs médias sociaux. Dans cet exemple, il s’agit de Copains d’avant et de Facebook.


Je vous recommande fortement d’aller visionner les autres vidéos diffusées sur Orange business TV. Malheureusement, il n’est pas possible de faire un lien direct vers chacune de ces vidéos. Je peux juste vous indiquer qu’elles ont été publiées le 17 mas 2009 (page 8).

Les bonnes pratiques de sécurité

L’entreprise peut avoir deux types de réactions face à ces risques. Soit elle bannir l’Internet et interdit à ses employés d’utiliser les médias sociaux. Soit, de façon plus pragmatique, elle décide de mettre en place un plan de formation pour accompagner ses salariés et les aider à mieux appréhender ces outils de communication.

Voici quelques bonnes pratiques à mettre en place :

  • Réaliser une veille son identité numérique et sur celle de sa compagnie
  • Avoir des courriels différents pour le travail, les échanges personnels, voir l’inscription à des sites tiers
  • Vérifier à qui on se connecte sur les réseaux sociaux
  • Séparer vie personnelle et vie professionnelle. Facebook pour l’un et Linkedin pour l’autre. J’avoue que c’est la partie la plus difficile, car la séparation n’est pas si évidente
  • Ne jamais utiliser d’informations personnelles pour protéger un compte de courriel ou de réseau social.

Maintenant que vous êtes bien armé, vous pouvez profiter avec allégresse de votre nouvelle vie numérique. Si vous avez d’autres conseils pour se protéger sur le Web, merci de les partager.

The Prototype Experience détourne Facebook Connect

Ex hard core gamer, je n’ai pas l’habitude de parler de jeux vidéo. Avec Prototype, le nouveau best-seller produit par Radical Entertainment, je vais faire une exception. Pour promouvoir le jeu, qui sortira le 9 juin en Europe, le distributeur Activitsion a mis en ligne un site Web qui en met plein la vue. Une superbe animation Flash vous accueille avec une invitation à vous connecter à Facebook. S’en suit une animation vidéo des plus troublante.

Grâce à l’application Facebook Connect, The Prototype Experience vous met dans la peau du héros, qui a la particularité de s’approprier l’ADN de ses opposants. En regardant bien, vous vous apercevrez que ce point a son importance.

The Prototype Experience Facebook Connect

Souvent décrié, le Flash a ses avantages. J’ai toujours dit que pour un mini-site, par exemple pour un lancement de produit, le Flash permet des animations multimédias qui sont difficiles à reproduire en HTML, même si  la technologie AJAX permet un peu plus de mouvement.

Dans le cas de The Prototype Experience, l’agence One Million Dollars a détourné avec finesse les possibilités offertes par Facebook Connect. Je savais que l’on pouvait récupérer quelques informations de son compte Facebook, mais j’avoue être surpris de pouvoir aller aussi loin. C’est une raison de plus pour bien maîtriser son identité numérique sur les médias sociaux.