Youtube partage son Google juice pour les experts SEO

Google offre un peu de son jus aux blogueurs et média qui utilise les vidéos hébergées sur Youtube. Concrètement, si un grand nombre de personnes regarde une vidéo Youtube «embeder» sur votre site Web, votre source sera affichée en bonne place sur Youtube avec une mention spéciale «Vu sur…».

Si Youtube offre une telle reconnaissance sur son site, ce n’est pas simplement par bonté d’âme. Il s’agit d’un incitatif pour choisir les vidéos de sa plateforme à la place de celles de ses concurrents.

En terme de référencement direct, jusqu’à aujourd’hui, il est bien plus payant d’héberger soi-même ses vidéos, car Google référence votre site comme son origine. C’est exactement la technique utilisée par Chauffeur de Buzz qui héberge la majorité des vidéos qu’il diffuse.

Youtube offre bien plus un référencement indirect. C’est-à-dire que vous profitez du trafic de la plateforme pour rendre visible votre site et récupérer de nouveaux internautes. Grâce à son mode «embed», Youtube offre également l’avantage de propager plus largement une vidéo sur d’autres sites Web ou des réseaux sociaux comme Facebook ou MySpace.

Actuellement en période de test, la fonction «Vu sur…» ou «As seen on…» devrait séduire plus d’un expert en SEO qui voit là une manière intéressante de récupérer des liens forts visites en provenance de Youtube, le première plateforme de partage vidéo au monde.

En attendant que la fonction se généralise, il serait intéressant de connaître exactement à partir de quel volume Youtube estime que le nombre de personnes qui voit la vidéo est «significatif». Est-ce 10 000, 100 000… ou un pourcentage donné?

Voici un exemple de vidéo où Youtube met la référence “Vu sur : blog.newsweek.com juste en dessous.

Google VP8 creuse un peu plus la tombe de Adobe Flash

En février dernier, mon article sur la mort annoncée de Adobe Flash fit couler beaucoup d’encre. En effet, l’arrivée de HTML5 promet une révolution sur le marché de la vidéo en ligne. Alors que la dernière ligne droite semble se jouer entre les codecs vidéos Ogg Theora et H.264, Google joue les trouble fête avec la probable publication de VP8 en open source. Derrière ce combat d’abréviation, c’est toute une industrie qui rentre en mutation.

Avant que les adeptes de Flash ne s’enflamment, je précise qu’il est ici question de vidéo Internet. Je maintiens que Adobe doit trembler à l’annonce de l’ouverte du code de VP8, qui promet une qualité équivalente à H.264, mais avec deux fois moins de bande passante nécessaire. Vous imaginez les économies!

La licence contre l’ouverture

Si je mets de grandes espérances dans le nouveau standard HTML5 – reconnu par tous les navigateurs modernes, sauf Internet Explorer – j’admets que le choix du codec vidéo reste problématique. D’un côté Mozilla soutien le format ouvert Ogg Theora, de l’autre Apple et les grands noms de l’industrie poussent H.264, qui offre une qualité d’encodage supérieure, mais dont la licence d’utilisation laisse planner des doutes sur une utilisation ultérieure.

Dans le cadre actuel de la licence H.264, jusqu’au 31 décembre 2015, il est encore possible d’utiliser ce codec si l’on diffuse gratuitement ses vidéos sur Internet. Pour toute utilisation commerciale, il vous en coûtera 0,02 $ par visionnement. Ce montant peut évidemment être intégré dans le modèle d’affaires de la distribution de ses vidéos. Sans décision claire de la MPEG LA, organisme qui gère les droits du H.264, il est difficile de faire des investissements à long terme sur cette technologie.

L’arme secrète de Google

Après le rachat de On2 par Google en août 2009, je pariais déjà sur l’ouverture du code source de VP8. Eh oui, j’ai du flair! Il reste à voir comment Google va s’organiser avec Ogg Theora. Verra-t-on une intégration de VP8 dans ce format, qui peine encore à prendre sa place, ou Google préférera-t-il pousser un nouveau container pour Youtube?

Alors que Apple possède le iPhone et son environnement iTunes Store pour soutenir le format H.264, Google compte sur Youtube et Android pour imposer son choix. Cette guerre des formats me rappel malheureusement le temps perdu pour l’adoption de technologies, avec VHS et Betacam pour les K7 vidéo, et HD DVD et Bluray pour succéder au DVD.

Au final, Adobe doit se mordre les doigts d’avoir laissé tomber On2, alors que sa technologie VP6 a fait le succès de Flash pour la vidéo en ligne, avec Youtube en tête. Le destin est parfois tellement injuste 😉

Google n’est pas Big Brother… juste son petit frère

Google est-il si méchant? En 2 minutes et 46 secondes, l’émission Hungry Beast, diffusée sur la chaîne australienne ABC, tente de faire la lumière sur le côté sombre de la force de la bête américaine de l’Internet. Le slogan devrait bientôt passer de “Google is not Evil” à “Don’t Panic, it’s Google”.

Dans 10 ans, qui se souviendra que Motorola vendait des cellulaires

Dans 10 ans, qui se souviendra que Motorola vendait des cellulaires

Il parait que IBM fabriquait des ordinateurs. Dans 10 ans, c’est comme ça qu’on se rappellera de Motorola pour le cellulaire. Après avoir fait rêver les fans de Star Trek, Motorola s’éloigne du marché qui l’a fait connaître pour se concentrer sur l’Internet TV (IPTV), qui offre de plus belles perspectives.

Google Android n’est pas seulement un potentiel iPhone killer, c’est surtout le fossoyeur de l’industrie mobile. En offrent un OS ouvert qui s’intégre sur n’importe quel cellulaire, Google démontre que le matériel n’a plus d’importance.

Google renvoie donc les Nokia, Samsung et autres Motorola à de simples constructeurs d’appareils ménagers, tels des fours à micro-ondes ou des grilles pain. Le géant de Moutain View fait ainsi le même coup à l’industrie du mobile, que Microsoft à IBM 30 ans auparavant.

Conscient que sa marge fond à vu d’oeil sur les cellulaires, Motorola prépare la prochaine étape. Après avoir produit des batteries, des radios et des téléphones, Motorola investit le marché prometteur de l’IPTV.

Trois annonces confortent ce nouveau positionnement. Tout d’abord le rachat de SecureMedia, spécialisée dans la gestion des droits de vidéos IP, puis l’acquisition de BitBand, compagnie israélienne, qui a développé un système de distribution de vidéo Internet. Enfin, Mototola présente sa réorganisation autour de deux entités qu’il pourrait céder: appareil mobile et set-top box vidéo.

L’IPTV est par définition multiplateforme. Je préfère d’ailleurs ce terme à celui de WebTV, qui à mon goût est beaucoup trop réducteur pour la vidéo en ligne. L’expertise de Motorola dans le domaine du mobile lui donne un net avantage dans la distribution de vidéo Internet, surtout quand on sait que c’est l’écran qui va s’imposer dans les prochaines années.

Avec ces deux derniers achats, Motorola se construit une offre IPTV complète qui vaut bien plus cher que la vingtaine de nouveaux téléphones cellulaires intelligents qu’il va distribuer cette année. On se donne rendez-vous dans 10 ans pour vérifier si j’avais raison.

Comment regarder en direct sur Internet les Jeux Olympiques d’hiver 2010 de Vancouver

Comment regarder en direct sur Internet les Jeux Olympiques d’hiver 2010 de Vancouver

Le 12 février, débutent les Jeux Olympiques d’hiver 2010 de Vancouver, qui en fait se déroulent majoritairement à Whistler, la plus belle station de ski de la Colombie-Britannique. Si comme moi, vous souhaitez suivre cet événement sportif, je vous propose 8 trucs pour regarder la vidéo des JO en direct en plus des 100 Twitters pour suivre les Jeux Olympiques.

1. Suivez la flamme olympique

CTV propose un espace dédié pour suivre en direct le relais de la flamme olympique à travers le Canada. La page est particulièrement bien intégrée, avec une vidéo sous Silverlight (attention Linux), le tracé sur Google Maps et des commentaires en provenance de Facebook Connect.

2. Regarder les athlètes à la télévision

Au pays, la retransmission en direct des Jeux Olympiques de Vancouver se fera par le consortium médiatique canadien de diffusion olympique, répartie entre CTV / APTN, pour les anglophones anorigènes, et V télé / RDS / pour les francophones.

3. Les Jeux Olympiques en direct sur le Web

CTV Olympics (en anglais) et RDS Olympiques (en français) sont les deux seuls sites Web au Canada qui diffuseront en direct la vidéo des Jeux Olympiques d’hiver 2010. Vous aurez le choix de 14 chaînes thématiques, pour répondre autant au passionné de ski de bosse que de skeleton.

Attention, ces sites ne sont consultables qu’à partir du Canada. Pour les résidents à l’extérieur du pays, vous devrez aller voir du côté de NBC aux États-Unis, la BBC en Angleterre et France Télévision dans l’hexagone.

À noter, que pour la deuxième année consécutive, Microsoft Silverlight est la technologie partenaire pour la diffusion vidéo en direct sur Internet des Jeux Olympiques.

4. Merci les plateformes de diffusion vidéo en direct

Si votre télédiffuseur préféré ne répond pas à vos attentes, vous pouvez toujours chercher du côté de Ustream, Justin ou TVU networks pour avoir la diffusion des Jeux Olympiques en provenance de télévisons d’un peu partout à travers le monde. Habituellement, les événements sportifs sont largement repris en ligne.

5. Le cinéma sort le grand jeu!

Cineplex et RDS se sont associé pour offrir une version grand écran des Jeux Olympiques de Vancouver 2010. Pour 9,95 $ par jour, vous pourrez suivre l’ensemble des compétitions en direct en en haute définition, Cineplex offre également un accès illimité du 12 au 28 février pour 29,95 $.

6. Espionner les JO avec une Webcam

Pour savoir ce qui se passe dans les coulisses des Jeux Olympiques, vous pouvez passer par les Webcams installées sur les toits ou dans les rues de Vancouver, sur les pistes de ski de Whistler ou des autres stations du Canada.

7. Sur les pites de ski avec Google

Sur la page google.com/games10, le géant de Mountain View propose en temps réel un concentré des Jeux Olympique de Vancouver avec la liste des compétitions en cours, les résultats et le parcours des athlètes comme si vous y étiez. Google ajoutera au fur et mesure des vidéos de Youtube, des photos de Picasa et l’actualité en provenance de Google News.

8. Les 1001 images des JO sur Youtube

Pour avoir des images à 360° des Jeux Olympiques d’hiver, Youtube est le site à visiter. Il y a tout d’abord la chaîne 2010 Torch qui garde les meilleurs moments de la traverser de la flamme olympique au Canada. Les organisateurs des Jeux 2010 (VANOC) offre aussi de belles images de leur équipe et des préparatifs. Ce seront surtout les milliers de vidéos diffusés par les visiteurs et athlètes que l’on pourra sans nul doute retrouver immédiatement sur Youtube.

Google fait un Ad Blitz sur les publicités du Super Bowl 2010

Ad Blitz: Google accapare la publicité du Super Bowl 2010

Alors que 7 Américains sur 10 seront être devant leur écran de télévision ce soir pour regarder le Super Bowl 2010, les annonceurs se battent à coup de millions de dollars pour pousser leur publicité pendant quelques secondes. Google en profite pour faire sa première apparition au Super Bowl afin de promouvoir Ad Blitz, la plateforme publicitaire de Youtube créée spécialement pour l’événement sportif.

À la fin du match de football, le public est invité à se rendre sur youtube.com/adblitz pour voter pour la meilleure publicité du Super Bowl 2010. La vidéo qui recueillera le plus de votes sera promue gratuitement sur la page d’accueil de Youtube la journée du 18 février 2010.

La grande surprise vient de Google qui apparaît pour la première fois dans un 30 secondes au Super Bowl (Merci Éric Schmidt pour l’info). Derrière Ad Blitz, le géant de Mountain View cherche à promouvoir Youtube comme plateforme publicitaire de référence. Google souhaite que les annonceurs développent le réflexe pub TV + Youtube.

Si toutes les annonces diffusées pendant le Super Bowl sont présentées sur Ad Blitz, Kia a payé le prix fort pour avoir une place de choix pour le millésime 2010 de sa Sorento. Les millions d’Américains qui vont se précipiter sur Youtube devraient donner raison à Kia. L’objectif pour Google est d’amener l’eau à la bouche aux Bud Light, Coca Cola, Doritos et autres marques présentes au Super Bowl.

En attendant de savoir qui aura reçu le plus de votes au Ad Blitz, je peux dors et déjà vous apprendre que Google sera le grand gagnant de ce match !