Contenu de m… généré par l’utilisateur

De plus en plus de compagnies demandent à leurs clients/consommateurs de prendre part à leur communication, allant jusqu’à leur demander de trouver le nom du produit et de réaliser la vidéo pour le promouvoir.

Existe-t-il une limite à faire appel au contenu généré par l’utilisateur (User Generated Content – UGC)? Les médias doivent-ils emboîter le pas pour laisser les spectateurs prendre les rênes des rédactions d’information? J’ai tenté de répondre à la question lors de ma dernière chronique au Canal Argent.

UGC: Le marketing n’a rien inventé !

Premier constat, les gens détournent déjà les marques. Il n’y a qu’à prendre l’exemple de la vodka Absolut, d’Adidas ou le célébrissime vidéo de Tigers Woods qui discute d’outre-tombe avec son père.

Les internautes ont appris à devenir leur propre média, aider par la facilité d’accès des outils de publication, comme WordPress, et des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou MySpace. Ils ont souvent l’avantage d’être influents sur certaines niches de marché.

L’idée de génie des démons du marketing – dont j’assume faire partie – est de reprendre à leur compte la créativité des consommateurs au profit des marques. De là est né le contenu généré par l’utilisateur au service de la publicité. Vous pouvez demander à Loic Lemeur ce qu’il en pense.

Doritos est l’un des experts pour initier des concours UGC. La compagnie américaine l’a fait lors du Super Bowl et au Canada pour le Doritos Guru, qui offrait au consommateur de déterminer la saveur du prochain produit.

L’information coûte cher, pourquoi ne pas la faire produire par les spectateurs?

Ça a l’air si facile de faire faire le travail par les consommateurs que les médias s’y mettent. Radio Canada a par exemple invité 32 personnes à bloguer pour la Coupe du Monde de soccer 2010, chacun représentant un pays. Ils leur manquent pour l’instant le Japon et la Corée. Le CRTC vient également d’approuver la chaîne Génération V, dont le contenu sera généré entièrement par les utilisateurs.

Je pense sérieusement que nous avons atteint une limite de l’exploitation du contenu généré gratuitement par l’utilisateur. Comme pour le concours vidéo de Sorel-Tracy<>, il devient nécessaire de compenser le travail qui se fait au profit d’une marque ou d’un organisme. Sinon, j’appelle ça du bénévolat, et je préfère le faire avec Île sans fil.

Youtube abandonne la vidéo UGC à Facebook

Youtube va-t-il abandonner le contenu généré par l’utilisateur (UGC) qui a fait sa réputation et qui l’a porté au rang de chef incontesté de la vidéo en ligne ? Youtube signe des partenariats tous azimuts avec les grands du cinéma et de la télévision. L’objectif est bien évidemment de consolider son modèle d’affaires, que certains trouvent inexistant. En se concentrant uniquement sur le contenu professionnel, Youtube risque de laisser sa place de leader à Facebook pour la diffusion de vidéos UGC.

Pour faire rentrer plus d’argent dans sa plateforme vidéo, Google signe des accords avec des compagnies de média comme Sony Pictures, CBS, MGM, Lions Gate Entertainment et Starz. Pour valoriser ce contenu, Youtube vient d’ouvrir deux sections spéciales pour les films et pour les séries TV. L’objectif est de rendre le contenu de Youtube plus attractif envers les annonceurs publicitaires. Un encart pub à côté de la vidéo du chat de mémé aura évidemment bien moins de valeur qu’à côté du dernier épisode de Heroes.

De l’autre côté, Facebook rend le contenu de ses membres de plus en plus visible aux moteurs de recherche. D’une plateforme fermée, avec accès par invitation, Facebook se transforme en espace public, où il est bon de vérifier que nos photos de vacances ne se retrouvent pas étalées sur la toile.

Facebook embed videoLa vidéo a pris une place importante sur Facebook, qui offre une qualité allant jusqu’au HD 720p (1280 x 720 px). Bien que cette fonction soit peu connu, il est possible depuis quelques mois d’exporter ses vidéos sur son blogue ou un site tiers. Ensuite, l’animation communautaire de Facebook n’a rien à envier à Youtube, même si elle n’est pas orientée entièrement vers la vidéo.

Par conséquent, si d’un côté Youtube se concentre sur du contenu professionnel, et de l’autre côté Facebook développe ses fonctions vidéo, je ne vois pas ce qui va empêcher ce dernier de devenir le passage obligé des vidéos UGC. Personnellement, je trouve logique de mettre mes vidéos personnelles au sein de mon principal profil communautaire.

Exemple de vidéo Facebook “embed” :