Second Life est-il le futur du marketing musical ?

Est-ce l’effet Avatar de James Cameron, mais Second Life semble reprendre vie. En tout cas, le chanteur Christopher Ross, aka Legrand, veut croire à cette résurrection. Avec l’aide d’étudiants de l’Université Temple de Philadelphie, Legrand s’est projeté dans un univers hyper connecté où Second Life serait le nouveau centre de gravité.

Où est passé Second Life ?

Il y a bien longtemps, l’amie Michelle Blanc m’avait bien alléché, pourtant je n’ai jamais réussi à passer plus que quelques heures dans Second Life. Comme de nombreuses innovations, je pense que Second Life est arrivé trop tôt.

J’avais un peu plus d’espoir pour l’espace virtuel Home de Sony. Mais comme pour Second Life, mis à part l’aspect communication entre avatars, ce sont des mondes fermés qui n’ont pas de lien avec les communautés avec qui nous vivons dans le réel. En ce sens, Facebook est une plus belle réussite, puisqu’a aboli l’avatar anonyme en 3D pour offrir un espace de confiance où se construisent des continents d’interactions.

Imaginons la musique du futur

J’aime l’initiative de Jean-Julien Aucouturier, à l’origine du projet “Legrand in SL“, car elle dans le cadre de travaux universitaires il explore le futur de la musique à travers les technologies qui sont déjà à notre portée. Dans ces bagages, on peut trouver “Live Music Recommendation in Real-Time” et “The science of Nine Inch Nails“. Ce dernier reprend les 450 Gb de données de la tournée “Lights in The Sky” que Nine Inch Nails a offert à la communauté en 2009.

Parfois, j’ai déjà l’impression de vivre le futur de la musique en créant une radio à mon goût avec Deezer sur mon iPhone, en partageant avec mes amis sur Blip.fm, en téléchargeant le dernier podcast de Laurent Lasalle et en regardant ma chaîne musicale personnalisée grâce à Youtube et sa fonction Autoplay. Finalement, je pense que c’est là qu’il faut chercher si l’on veut apercevoir le futur du marketing musical.