Top 3 des convertisseurs vidéo en ligne

Logo Hey!WatxchEn complément de l’article sur le “Top 16 des logiciels libres ou gratuits pour l’édition vidéo“, voici une sélection des meilleurs sites Web, gratuit ou payant, pour convertir un fichier vidéo dans à peu près n’importe quel format : Media Convert, Zamzar et Hey!Watch.

Quand je travaille sur mon MacBook, qui n’est pas particulièrement puissant, je trouve pratique d’externaliser certaines applications, comme la conversion de vidéo qui est gourmande en gigahertz. Dans le cas de fichier Adobe Flash (FLV), cette solution permet d’économiser l’achat d’un logiciel (On2 Flix de $40-$250, ou Flash Professional à $600).

De nombreux sites proposent de “récupérer” des vidéos diffusés sur le Net (Youtube, Dailymotion, etc.) et parfois de le transformer dans un format exploitable. Il s’agit évidemment de pratiques à la limite de la légalité, puisque si un site ne vous offre pas de télécharger sa vidéo, c’est qu’il n’a pas envie de vous la donner (C.Q.F.D)

Si on se limite à une utilisation légale, pour convertir une vidéo dans un ou plusieurs formats, trois applications en ligne de conversion se démarquent sur le Web : Media Convert, Zamzar et Hey!Watch. Les deux premiers ont une offre de base gratuite qui répondra aux besoins de tous les jours, alors que Hey!Watch est entièrement payant.

Media Convert : le convertisseur couteau Suisse

Le modèle économique de Media Convert est basé sur la publicité. Vous allez vous en rendre compte rapidement en arrivant sur la page d’accueil. Si les gif animés multicolores ne vous rebutent pas, vous trouverez votre bonheur avec des explications détaillées en 19 langues pour convertir fichiers vidéo, audio, texte, image et archive.

Si on se concentre sur la partie vidéo, Media Convert supporte une pléiade de formats : 3G2, 3GP, AMV, ASF, AVI, DPG, DV, FLI, FLV, GIF, GVI, MKV, MOV, MP4, MPG, NSV, OGG, OGM, RM, RPL, SWF, VOB, et WMV. Pour gagner du temps, vous avez également une présélection de sorties vidéo les plus populaire : Windows, Linux, Mac, SVCD, DVD, Pocket PC, Mobile phone, Nokia 770, Nokia N800, iPOD, iPHONE, Sony PSP, Nintendo DS, Wii, Zune et S1MP3 MP4 player.

L’avantage de Media Convert est qu’il est totalement gratuit, qu’il ne nécessite aucune inscription et qu’il permet de grouper 10 fichiers vidéo en un seul. L’inconvénient et que les fichiers sont limités à 150 Mo, ce qui restreint grandement son utilisation.

Zamzar : l’intellectuel de la bande

Zamzar logoZamzar tirerait son nom de Gregor Samsa, héros du livre La Métamorphose (Die Verwandlung) de Franz Kafka. Il fait référence au changement et à la transformation. Il n’empêche que son logo est un caméléon… comme Media Convert.

Par rapport à Media Convert, Zamzar a fait le choix de la simplicité. La conversion de vidéo est réduite à 4 simples étapes. Ce dépouillement de l’interface se fait hélas au détriment des paramétrages du fichier vidéo de sortie qui sont réduits à leurs stricts minimums.

Dans sa version gratuite, Zamzar limite la taille des vidéos à 100 Mo. Il en coûtera de 7 à 49 $ par mois pour envoyer des fichiers jusqu’à 1 Go et bénéficier de services complémentaires (hébergement, traitement plus rapide, etc.).

Hey!Watch : le convertisseur vidéo pour les pro

Hey!WatchHey!Watch annonce toute de suite la couleur avec une offre payante à partir de 0,10 $ par conversion. À vrai dire, le site fonctionne sous forme de crédit. 1 crédit = 0,10 $. Par exemple, une vidéo de 30 min coûtera 1 crédit, alors qu’une vidéo en HD de 60 min reviendra à 4 crédits (0,40 $). Ne cherchez pas d’offre gratuite, il n’y en a pas. C’est à mon avis un défaut, car ça doit repousser plus d’une personne à essayer le service.

Avec la facilité de Zamzar et le choix de Media Convert, Hey!Watch est certainement la solution la plus professionnelle du lot. D’ailleurs, c’est justement la cible de la société Particles, à l’origine de ce service, qui a développé une API pour qu’un site tiers puisse intégrer directement la conversion de vidéo. Comme le dit Masternewmedia, Hey!Watch devient un service d’externalisation (outsourcing) pour la vidéo.

En conclusion : pas de solution miracle

Comme pour les logiciels gratuits de montages vidéo, on voit qu’il n’y a pas de solution miracle. La qualité de service a un prix. Selon que vous souhaitez être dépanné pour transformer une petite vidéo, ou que vous vouliez régulièrement effectuer des conversions, vous allez vous tourner naturellement vers une offre plus ou moins professionnelle.

YouconvertitLors de mes recherches, j’ai trouvé le site Youconvertit. Après une utilisation décevante (problèmes sous Firefox), j’ai décidé de ne pas le mettre dans mon test. S’ils enlèvent un peu de javascript sur leur page, ce sera peut-être intéressant d’y retourner pour voir si le service a progressé.

Youtube teste la Haute Qualité en attendant la vidéo HD

Depuis quelques jours, Youtube teste une version haute qualité de ses vidéos. Une simple manipulation permet de les visualiser dans un format deux fois meilleur. C’est encore loin de la vidéo HD offerte par Dailymotion et MysPace, mais c’est pour Steve Chen le meilleur compromis que Youtube peut offrir aujourd’hui.

Les femmes veulent de la TV et les hommes veulent des vidéos YoutubeCes dernières semaines, les annonces tombent les unes après les autres autour de la vidéo HD sur le Net. Ça me conforte dans les prédictions que j’avais faites en début d’année sur VideoPresse. Seule la mort de Stage6 de DivX vient contrebalancer cette forte montée de la vidéo haute définition sur Internet.

La nouvelle était apparue mi-février sur le forum VideoHelp.com. Pour certaines vidéos, Youtube offre dorénavant deux niveaux de qualité : celui pourri que nous connaissons tous en 320×240 et 22KHz, et maintenant une version haute qualité avec un MP4 de 448×336 encodé en H.264, et 44KHz stéréo en AAC pour l’audio.

Pour avoir fait le teste sur la vidéo du dernier Yulblog avec Dominic Arpin, il faut vraiment la regarder en plein écran pour faire une différence. Ce n’est pas si notable, surtout si on compare à leur version HD sur Dailymotion.

Pour voir la version haute qualité d’une vidéo sur Youtube, il faut ajouter &fmt=18 à la fin de l’adresse :

Si vous souhaitez exporter la version haute qualité sur votre site, il faut cette fois-ci mettre &ap=%2526fmt%3D18 à la suite de l’adresse dans le code embeded.

Youtube teste la Haute Qualité en attendant la vidéo HDSteve Chen, créateur de Youtube, justifie son choix technologique en demi-teinte comme un compromis raisonnable pour offrir la vidéo à un plus grand nombre. Il souligne notamment les pays d’Afrique (et certaines régions du Québec) qui n’ont pas la haute vitesse. Les limitations de bande passante sont réelles. Cepedant, la technologie permet d’adapter le contenu au type de connexion. Pour ça, je dois reconnaître que Silverlight a un temps d’avance par rapport à Flash.

N’en déplaise au patron de Youtube, quand les internautes ont goûté à la qualité, ils ont du mal à redescendre. Comme le souligne très justement Casey (Galacticast) dans les commentaires d’un article de NewTeeVee, les producteurs de Web vidéo sont aussi des consommateurs de vidéo sur le Net. Nous sommes certainement les plus à même de connaître les attentes en ce domaine.

N.B : pour les heureux utilisateurs de Firefox, il existe un script Greasmonkey qui permet de voir automatiquement la version haute qualité des vidéos de Youtube.

M.A.J : Il n’est maintenant plus nécessaire de jouer avec l’URL de la vidéo. Youtube propose dorénavant un bouton pour voir ses vidéos en haute définition.

Sur le même sujet :

10 meilleurs conseils pour réussir louper une Vidéo Virale

On me pose souvent la question : Eh Laurent, explique-moi comment réussir une bonne vidéo virale ? Pour gagner du temps et répondre à ceux qui me poseraient la question dans le futur, voici en résumé des 10 meilleures pires astuces pour créer du buzz avec votre vidéo.

Avant de commencer, je précise que cet article a été honteusement traduit de “10 Tips for a “Viral Video” Hail Mary” de l’excellent blogue Will Video For Food.

  1. Dépenser un max d’argent. Mettez la majorité de votre budget sur des bannières publicitaires pour faire la promotion de votre vidéo, mais dépensez un minimum de 250.000 $ sur la production. Il ne faut pas que ça ait l’air trop bien fait. Pour ça, utilisez une caméra à 100 $ et ne travaillez surtout pas la lumière.
  2. Ne vous souciez pas de ce que les gens disent de votre marque. Dites-leur juste ce qu’ils ont à savoir.
  3. Faire de la retape, de la retape et encore de la retape. Ça doit ressembler à une pub TV sur le câble. Mettez des poitrines dans votre vidéo pour être sure que les gens se la transmettent.
  4. Visez 10 millions de vues. En dessous de ce chiffre, vous êtes définitivement un looser.
  5. Ne vous embêtez pas avec un spécialiste de la Web vidéo. Préférez une bonne vedette de la télévision.
  6. Faites du rap. Les enfants adorent la musique rap.
  7. Ne prenez pas de risques afin de rassurer vos supérieurs. Rappelez-vous les priorités : occupez-vous de vos clients en premier… c’est-à-dire votre chef et son chef.
  8. Volez une idée qui fonctionne. La vidéo “Evolution of Dance” était super populaire. Récupérez MC Hammer pour la refaire. Il redevient à la mode.
  9. Assurez-vous que votre agence de comm’ soit sur le projet. S’ils ont déjà publié une vidéo sur votre site Internet, ils savent donc faire une vidéo virale. C’est aussi simple que ça.
  10. La mesure d’audience est tellement 2007. C’est juste une histoire de vue et de perception. Écrivez de faux commentaires pour impressionner votre supérieur.

À titre de 11e conseil, je rajouterais qu‘il ne faut surtout pas faire attention à la qualité du son. Ce n’est pas important que l’on comprenne ce qui se dit. Tout ce qui compte, c’est l’image et uniquement l’image.

Après ça, si vous ne remportez pas un grand succès avec votre vidéo, c’est que je ne m’y connais pas 😉

[youtube width=”500″ height=”418″]http://youtube.com/watch?v=61heClTFc5w[/youtube]
Evolution of Dance 2 is coming!

AppleTV Take2: 7 bons conseils pour diffuser son vidéo podcast

La compagnie de Steve Jobs vient de mettre à jour son Apple TV avec le logiciel “Take2”. Celui-ci amène quelques nouveautés comme l’achat direct de contenus sur l’iTunes Store, une nouvelle interface graphique et le visionnage des photos depuis FlickR et .Mac.

EAppleTV Take2: 7 bons conseils pour diffuser son vidéo podcastn parallèle de Take2, Apple a envoyé un courrier électronique aux vidéo podcasteurs comme moi pour leur livrer un guide pratique pour bien soumettre ses vidéos sur iTunes.

Voici les 6 bons conseils pour diffuser son vidéo podcast pour l’AppleTV :

1. Apple TV viewers are immediately aware of video quality. If you encode your video podcast at 320×240, we strongly encourage you to increase the resolution to 640×480 or 640×360 (depending on the aspect ratio of your source files). When encoded well, video podcasts at this resolution look great on Apple TV and still play on iPhone and video-compatible iPods. To ensure compatibility, we recommend that you encode using QuickTime’s “Movie to iPod” preset or Compressor’s “Apple > Apple Devices > H.264 for iPod video and iPhone 640×480” preset.

2. When you perform the final encode on your video, enable fast starting. Most recent versions of QuickTime enable this setting automatically. But it’s easy to undo the setting by making changes to the file after the encode. If you do make a change after the encode, be sure to “Save As” again.

3. Apple TV displays a large version of the podcast art (the file referenced in the tag). We recommend that you use a 600×600 square JPG or PNG file.

4. Several new introductory video tutorials have been developed for iTunes, including one for podcasts. If your web site offers how-to information for new podcast users, please consider linking to it.

For those hosting podcasts on their own servers, consider the following recommendations:

5. To reduce wait times, iTunes and Apple TV use byte-range requests in some circumstances. For example, Apple TV 2.0 employs this functionality when the user accesses the podcast directly over the Internet. We recommend hosting episode files on HTTP/1.1 servers that correctly support the HTTP byte-range request specification.

6. Please ensure that your HTTP servers return the correct MIME types in the Content-Type header. Failing to do so can create errors. A list of MIME types can be found in the iTunes podcast technical spec.

Ces recommandations sont importantes, mais on regrettera que la partie HD soit oubliée. Il faut retourner sur les spécifications de l’AppleTV pour retrouver plus d’information sur ce sujet :

7. Video formats supported: H.264 and protected H.264 (from iTunes Store): Up to 5 Mbps, Progressive Main Profile (CAVLC) with AAC-LC audio up to 160 Kbps (maximum resolution: 1280 by 720 pixels at 24 fps, 960 by 540 pixels at 30 fps) in .m4v, .mp4, and .mov file formats.

J’en déduis que pour envoyer des vidéos en HD sur l’AppleTV, il faut utiliser le codec H.264 en 1280×720, ce qui correspond au format HD 720p (HD Ready pour le public). Pour le débit, si les 5 Mb/s donnent une très belle image, 3 Mb/s sont largement suffisants et vous permettront de diminuer grandement la taille de vos fichiers. Pour vous donner une idée, une vidéo de 5 min pèse un peu plus de 100 Mo.

La HD est techniquement possible pour un vidéo podcast. Par contre, assurez-vous d’avoir un hébergement spécialisé. Car 100 personnes qui téléchargent 100 Mo en même temps, ça donne 10 Go à envoyer d’un coup. Pour notre part, VideoPresse travaille avec iWeb, et je peux vous dire qu’on n’a aucun souci à ce faire. Je reviendrais sur le sujet qui est plus complexe qu’il n’y parait.

[youtube width=”500″ height=”410″]http://www.youtube.com/watch?v=LJqjPUcK3xg[/youtube]

À lire également la critique de Take2 par un canadien 😉

10 conseils à garder secrets pour optimiser le référencement de la Web vidéo

La vidéo est le nouvel eldorado du référencement Web. Avant de se lancer dans la publication média, quelques bonnes pratiques doivent être suivis afin d’optimiser la visibilité de ses Web vidéos. Le bénéfice du SEO vidéo est clair, les moteurs de recherches vous feront bénéficier d’une publicité gratuite en diffusant largement vos productions en haut de résultats.

1. Nom du fichier : très révélateur pour les moteurs de recherche

Google Sitemap VideoQui l’eut cru, les moteurs de recherche analysent le nom de votre fichier. Il faut dire qu’un “bo2008x.mov” est bien moins parlant qu’un fichier qui porte le nom
video-scoop-president-barack-obama-2008.mov” !

2. Métadonnées : un grand classique

Les fichiers vidéo sont comme des documents Word. À leur création, vous pouvez ajouter des informations sur le titre, l’auteur, la description et les mots clés. Ces métadonnées sont insérées par l’intermédiaire du logiciel de création de fichier vidéo.

3. Format : optimisation technique des vidéos

Trois choses doivent particulièrement être prises en compte :

  • la durée de la vidéo ne doit pas dépasser 10 min. Sans entrer dans le débat court ou long métrage pour le Web, l’optimisation Web des vidéos nécessite une diffusion la plus large possible. Hélas, les plateformes de partage de vidéo les plus populaires n’acceptent pas une longueur supérieure à 10 min.
  • la taille doit être inférieure à 100 Mo. Pour la même raison que la durée, la limite des 100 Mo est imposée sur les plateformes à la Youtube.
  • le format optimal pour une page Web est le Flash vidéo. Par contre, pour la diffusion sur des plateformes vidéo, le MP4 est définitivement ce qui ce fait de mieux. Cette partie pourrait faire le sujet d’une série d’articles.

4. Texte : raconter une belle histoire

Une vidéo doit être accompagnée d’un texte. Celui-ci n’est pas obligé de reprendre mot pour mot la vidéo, mais il doit comporter des mots clés sur le sujet abordé. Comme pour une page Web classique, ces mots clés peuvent être mis de l’avant en utilisant les balises <strong> (gras) et <h.> (titre).

5. Tags : des mots clés pour se repérer

Les tags ou mots clés servent à repérer rapidement la thématique d’un article ou d’une vidéo. Contrairement à une page Web, vous ne serez pas pénalisé pour un excès de tags sur les plateformes à la Youtube. Alors, n’hésitez pas et soyez exhaustif.

6. Présentation : mettre en valeur votre vidéo

Au lieu de noyer votre vidéo au milieu d’une liste incommensurable, il est préférable de la présenter dans une page distincte qui aura sa propre URL, titre, description et tags. Des images tirées de la vidéo peuvent également enrichir la page (pensez au nom de l’image et aux balises de description). En passant, évitez absolument les pop-up pour présenter vos vidéos, car l’expérience utilisateur est détestable.

7. Transciption et Closed Captioning

Les moteurs de recherche de nouvelles générations sont capables d’analyser le son, voire les formes dans une vidéo. Ce genre de technologie est utilisé par Dailymotion pour identifier les droits d’auteurs musicaux des vidéos qui lui sont soumis.

Malheureusement, les principaux moteurs de recherche ne sont pas encore capables d’interpréter le contenu des vidéos. Une retranscription texte (multilingue serait encore mieux) faciliterait le travail des moteurs de recherche. Comme l’indique Éric sur son blogue, pour les médias ce document pourrait être récupéré simplement à partir du “closed captioning” qu’ils produisent déjà pour tous les films et émissions diffusés à la télévision.

M.A.J 01/07/2008 : Everyzing propose une solution de transcription multimédia (audio et vidéo) orienté optimisation Web.

8. Sitemap vidéo ou mRSS : Google vs Yahoo!

Les “sitemap” permettent aux moteurs de recherche de repérer l’arborescence d’un site Internet. Encore une fois, il s’agit de leur faciliter le travail. Comme vous l’aurez compris, le “sitemap vidéo” a le même objectif, mais spécialisé sur les vidéos. Ce format a été initié l’année dernière par Google.

En parallèle, Yahoo! a lancé le mRSS, pour Media RSS. Le moteur de recherche a opté pour un nouveau format de RSS pour indexer les vidéos. Récemment, Exalead a décidé d’utiliser cette technologie pour répertorier les vidéos du Web.

Il est regrettable de voir que les acteurs de la recherche Internet n’aient pu s’entendre sur un format commun. Ils nous obligent pour l’instant à utiliser les deux pour être le plus efficace.

9. RSS, iTunes, Joost, Miro et compagnie

Si vous avez un blogue, vous posséder certainement un fil RSS de vos nouvelles. Si vous avez un site Web sans fil RSS… je vous conseille de passer par la case départ. Il est bon de créer un fil RSS spécifique à chacun des formats vidéo que vous possédez (iPod, AppleTV, etc.) et de les référencer par la suite sur iTunes, Joost et Miro. Plus les RSS seront diffusés, plus vos vidéos seront visibles.

10. Plateformes de partage de vidéos : à laYoutube

Toujours en terme de visibilité, la soumission de vidéos aux plateformes de partage, tel Youtube et Dailymotion, permet de démultiplier le nombre de spectateurs. Pour une vidéo vue sur votre site, c’est 100, voir 1000 fois cette même vidéo qui est regardée sur Youtube. Pensez à cibler les plateformes selon votre auditoire désiré, par zone géographique et secteur d’activité. Sous chaque vidéo présenté sur votre site, ajoutez le lien vers son homologue sur les différentes plateformes de partage.

11. Surprise !

Je vous ai promis 10 conseils. J’ai tenu parole. Pour le 11e, qui est certainement le plus important, nous allons devoir nous rencontrer pour approfondir le sujet 😉

Et après l’optimisation du référencement ?

Maintenant que votre vidéo est en ligne et totalement optimisée et référencée, il serait intéressant de connaître le retour de tout cet investissement. Un code Google Analytics bien placé vous donnera quelques infos sur les vidéos présentés sur votre site.

Pour les plateformes de partage vidéo, je vous conseille les services de Tubemogul. De façon simple, il présente la popularité de vos vidéos sur différentes plateformes. Par contre, pour avoir des informations plus détaillées et plus pertinentes sur l’utilisation de vos vidéos par les internautes, la solution de vidéo analytique de Streametrics est à ce jour ce qu’il y a de plus adapté sur le marché.

Ces 10 conseils ne sont certainement pas la panacée, mais ils donnent d’excellentes bases pour rendre vos vidéos sur le Web plus amicales avec les moteurs de recherches. Voyez-vous un point important que j’aurais oublié ?

M.A.J 01/07/2008 : Brightcove vient de publier un livre blanc sur le référencement de la vidéo. Vous pouvez télécharger 2008 Video SEO Playbook (PDF) sur le site de Lightreading.

101 ressources sur la Web vidéo : tech, business, marketing, vlog, WebTV, médias, journalisme, logiciel…

Retrouvez les meilleurs sites et blogues qui traitent de l’actualité de la Web vidéo. Du marketing vidéo aux différentes techniques, en passant par les vlog et les Web TV, nous avons regroupé en quatre catégories les liens que nous utilisons pour notre veille quotidienne.

Parce que ni Christian ni moi n’avons pas la science infuse, nous épions quotidiennement le Net à la recherche d’informations pertinentes sur notre métier. Nous nous servons de l’actualité, d’études de marché, de comparatifs et d’articles de journalistes et de blogueurs pour enrichir autant notre propre réflexion, que nos compétences professionnelles.

Logo feed RSSVoici une sélection de 101 sites et blogues sur la Web vidéo répartie dans quatre catégories :

Comme il est difficile de suivre 101 sites en même temps, je vous conseille d’utiliser un agrégateur de flux RSS, soit en ligne, avec des services gratuits comme Google Reader ou Netvibes, soit sur son ordinateur, avec Vienna (Mac) ou FeedReader (PC).

Cette sélection n’est pas gravée dans le marbre et évoluera évidemment au fil des découvertes. À ce sujet, avez-vous des références complémentaires dans ce domaine ? Si oui, merci de les partager avec nous 😉