La vidéo fait pour le Web rapporte de l’argent

Une récente étude du cabinet IDC démontre que la vidéo en ligne remporte un grand succès autant auprès des internautes que des annonceurs. La Web TV aurait-elle enfin trouvé son modèle d’affaires ? La réponse serait positive… en Asie !

Deux critères rendent la vidéo en ligne aussi populaire en Asie. Même si des chaînes rediffusent leur programme TV sur la toile, le contenu est majoritairement adapté pour le Web. La connexion Internet – à haut débit et illimitée – est un facteur important qui soutient la consommation de vidéo en ligne.

Au sujet des chiffres, la vidéo en ligne séduit particulièrement les moins de 35 ans. En Chine, l’âge moyen des téléspectateurs est de 42 ans, alors que c’est 29 ans pour les internautes.

Avec un tel potentiel, les agences de publicité s’intéressent maintenant à ce nouveau marché. Les productions vidéo faites uniquement pour une diffusion sur Internet trouvent leur monétisation dans l’incorporation de publicités vidéo, des commandites ou des placements de produits.

Le ciblage par marché de niche est aussi un point fort de la Web vidéo, qu’aucune chaîne de télévision spécialisée ne pourra concurrencer. Le marketing de communauté a le vent en poupe et la vidéo est sans nul doute son arme la plus puissante.

Mots-clés :

Joignez-vous à la discussion :1 commentaire


CNN.com : +Clair +Vidéo +Collaboratif +Payant

CNN inaugure aujourd’hui son nouveau site et présente un style plus clair où la vidéo est mis en avant et où iReport, site de journalisme citoyen/collaboratif, est totalement intégré aux nouvelles.Derrière ce ravalement de façade, la guerre de l’information fait rage, mais c’est celle du modèle payant qui devient déterminent.

CNN n’a plus de complexe avec le contenu généré par les utilisateurs (UGC), appelé également journalisme citoyen ou collaboratif. iReport maintenant au même niveau que les nouvelles de journalistes professionnels.

C’est bien évidemment la place centrale de la vidéo qui m’a interpellé sur cette page tout en transparence du nouveau site Web de CNN. Ce qui paraît évident pour un média de l’image ne l’a pas toujours été, avec du contenu qui était majoritairement en texte. Comme vous le savez, la vidéo est devenue le contenu le plus recherché par les internautes, qui préfèrent la synthèse de 2 minutes en image qu’un texte de deux pages, parfois lourd à digérer.

Money, money, money

Cet été, Rupert Murdoch lancé un pavé dans la mare des médias en clamant haut et fort le retour au modèle payant pour l’ensemble de ses publications, qu’elles soient hors ligne ou en ligne.

Chris Anderson a beau dire que nous vivons sous le règne du tout gratuit, je pense que le Web frappe actuellement les limites du contenu gratuit basé sur modèle de rétribution par publicité interposée.

La chaîne de télévision CNN se met elle-même au payant avec la mise en vente de son application iPhone. Pour 1,99 $, vous consulterez les articles et vidéo de CNN, mais vous pouvez surtout devenir un journaliste pour iReport en envoyant directement vos photos et vidéos.

CNN vient ainsi d’inventer le modèle payant/payant ou vous devez sortir de votre poche pour travailler. Je dis BRAVO!

Esquisses de modèles payants de l’information en ligne

Le Québec n’est pas en reste avec le tout jeune site d’information «sur l’innovation web pour les affaires» rezopointzero, qui offre des abonnements à partir de 150 $ par an pour consulter les articles de quelques fines plumess – en grande majorité mes amis – du Web québécois.

Même Google croit au modèle payant pour la presse en offrant Google Check-Out, son système de micropaiement, à l’Association des Journaux Américains.

Ceux qu’ils restent à convaincre sont les consommateurs, habitués de longue date à ingurgiter de l’information sans sortir un sou de leur poche. Une récente étude de Lightspeed Research montre que 20% des Français seraient prêts à passer à la caisse pour de l’information en ligne. Il resterait donc un peu d’espoir!


Les chiffres qui prouvent que la vidéo est de plus en plus une diffusion de niche

accenture 2009 consumer broadcast survey 150x115 Les chiffres qui prouvent que la vidéo est de plus en plus une diffusion de nicheUne nouvelle étude du cabinet Accenture vient confirmer l’éclatement de l’audience vidéo, autant sur les chaînes de télévision que sur les supports de diffusion. La bonne nouvelle est que globalement les consommateurs regardent davantage de vidéos et sont prêts à payer pour ça. Seulement, les modèles d’affaires de la vidéo doivent évoluer.

Accentute a interrogé plus de 13 000 consommateurs sur 13 pays à travers le monde. L’étude porte sur la diffusion de programmes vidéo et comment les personnes s’adaptent aux nouvelles manières de diffuser le contenu et aux nouvelles plateformes.

Plus de vidéos sur plus de plateformes

proportions wanting to watch specific types of content on their pc1 300x172 Les chiffres qui prouvent que la vidéo est de plus en plus une diffusion de nicheLa fragmentation du marché s’accentue avec les années. 40% regardent plus de 6 chaînes de télévision, alors qu’ils n’étaient que 35% en 2008. Dans le même temps, le nombre de personnes indiquant vouloir regarder leur programme TV sur un PC ou un mobile a crû de 13 points pour arriver à 74% en 2009 pour l’ordinateur et 45% pour le mobile. Autant dire que c’est devenu très grand public.

De nouvelles habitudes de consommation

L’étude démontre une différence de consommation de la vidéo dans les pays en voie de développement (Brésil, Mexique et Malaisie). Tout âge confondu, ceux-ci sont 3 fois plus friands de contenu sur PC ou sur mobile par rapport aux pays de l’ouest (États-Unis, Allemagne et Angleterre).

Une tranche d’âge fait exception à l’ouest. Les moins de 25 ans sont tous aussi adepte des technologies. L’explication viendrait des habitudes prises par ses différents publics. Comme le choix de contenu vidéo est plus large dans les pays de l’ouest, les consommateurs ont déjà pris leur habitude sur les différentes chaînes de télévision. Alors que le manque de choix dans les pays en voie de développement les pousse directement à adopter les nouvelles technologies. Quant à la jeune génération, elle épouse directement les technologies qui ont grandi avec elle.

proportion who would enjoy content for a mobile device 300x165 Les chiffres qui prouvent que la vidéo est de plus en plus une diffusion de nicheAu final, le public est de plus en plus exigeant et attend que le contenu soit offert partout où il est. Que ce soit sur ordinateur ou son téléphone mobile, qui est quasiment une seconde peau. Par ailleurs, 73% des consommateurs sont fidèles à leur programme et se disent prêts à changer de chaîne ou de support pour retrouver leur émission favorites.

Adapter le modèle d’affaires

Le grand perdant de cette révolution numérique est le contenu vidéo sur support physique. La vente de DVD devrait reculer de 6% en 2009. Je ne parle même pas du Blu-Ray qui fait une carrière inexistante. Le contenu à la demande ou en téléchargement serait également en perte de vitesse, autant sur PC que sur mobile.

Le salut viendrait de l’abonnement, pour lequel les consommateurs sont prêts à dépenser de l’argent (49%). Ils sont 25% à attendre un forfait mensuel illimité. Ces chiffres confirment la tendance de l’étude de TDG sur les modèles d’affaires payants pour la vidéo Internet.

Enfin, 40% des consommateurs acceptent de regarder la publicité pour pouvoir suivre leur programme préféré. Le chiffre monte à 55% pour la population la plus jeune. C’est d’ailleurs le modèle retenu par Hulu, qui diffuse sur le Web séries TV et films hollywoodiens en échange de pauses publicitaires, comme on peut retrouver sur le petit écran traditionnel.

consumers purchasing plans for four main content formats Les chiffres qui prouvent que la vidéo est de plus en plus une diffusion de niche

Des opportunités pour le marketing de niche

En conclusion, les médias traditionnels peuvent prendre peur à la vue de ces chiffres. Leur modèle de diffusion de masse est clairement remis en question. Leur modèle de revenu également. Il va devenir de plus en plus difficile pour eux de vendre une couverture publicitaire très large, car leur audience se disperse inexorablement.

Je vois là une superbe opportunité pour le marketing de niche. Tout le monde ne vend pas des yaourts et ne souhaite pas atteindre 99% de la population. La majorité des entreprises ont besoin de communication ciblée. Les programmes vidéo diffusés sur Internet et sur mobile permettent un ciblage ultra précis, tant au niveau géographique que du sociotype. Si j’étais un annonceur, je me réjouirais de savoir que l’argent que je vais investir en publicité touchera uniquement ceux à qui mon message est destiné. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme… surtout avec les modèles d’affaires.


En annonçant discrètement sur son blogue que ses vidéos seraient disponible hors-ligne, YouTube dévoile bien plus qu’une nouvelle fonction de sa plateforme. En autorisant la vente de vidéo par le système de paiement Google Checkout, le véritable objectif de YouTube est de marcher sur les plates-bandes de l’iTune Store d’Apple.

YouTube blog Youtube veut gagner de l’argent sur le dos de l’iTunes Store d’Apple

J’adore la manière dont YouTube introduit le sujet : “Nous cherchons toujours des moyens pour vous aider à trouver, regarder et partager des vidéos”. Ne soyons pas candides, YouTube veut avant tout développer de nouveaux revenus.

Télécharger des vidéos à partir de YouTube n’est pas nouveau. L’option existait déjà dans le menu de droite, juste en dessous du code “embed”. La vraie révolution est de pouvoir vendre ses vidéos à travers YouTube. L’argent ne vient plus uniquement de la publicité, mais de la vente à l’unité, en attendant les abonnements, qui ne sauraient tarder.

L’option de vente de vidéos sur YouTube est pour l’instant en test. À vrai dire, je n’ai pas trouvé de vidéo à acheter. Cependant, le système est déjà en place pour des vidéos gratuites en provenance des universités Stanford, Duke, UC Berkeley, UCLA, et UCTV. Il faut bien évidemment être accepté comme partenaire YouTube pour avoir cette option.

J’ai essayé de m’inscrire au programme en tant que partenaire, et voici comment commence leur réponse “Thank you for your interest in the YouTube Partner Program”. Vous devinez la suite. En attendant, vous pouvez décrouvrir l’option My Purchases sur votre compte YouTube. Ça ne vous fait pas penser au menu “Achats” de iTunes ?

Google souhaite clairement positionner YouTube en concurrence de l’iTunes Store d’Apple, qui permet d’acheter des vidéos à l’unité ou par abonnement à des podcasts.  YouTube a l’avantage d’avoir une vitrine publique bien plus large, et le soutien du moteur de recherche Google.

Après Androïd face à l’iPhone, Google Sync vs MobileMe et maintenant YouTube et l’iTunes Store, je sens que les relations entre Apple et Google vont devenir de moins en moins cordiales.

YouTube the role of creativity at stanford 560x450 Youtube veut gagner de l’argent sur le dos de l’iTunes Store d’Apple


Devenez journaliste citoyen avec votre iPhone et gagnez de l’argent!

Partagez et vendez vos images d’actualité” est le slogan du site français CitizenSide, qui propose un journalisme citoyen rémunéré. Avec l’application iPhone que CitizenSide vient de lancer sur l’iTunes App Store, un scoop pourra être publié instantanément.

citizenside iphone 145x300 Devenez journaliste citoyen avec votre iPhone et gagnez de l’argent !Autant dire que ça va brasser la cage dans la profession journalistique, qui voyait déjà d’un mauvais œil l’arrivée de ces citoyens qui se prennent pour des journalistes.

Maintenant, c’est directement dans le porte-monnaie des journalistes que les apprentis reporter vont piocher leur argent. CitizenSide promet un partage de gain allant jusqu’à 75% du prix de vente du document. Le rôle du site est de faire l’intermédiaire entre les paparazzi citoyens et les grands médias à travers le monde.

Je me demande ce que mon scoop sur Join the Wave m’aurait rapporté ? Hélas, si l’application iPhone de CitizenSide permet d’envoyer directement des photos, elle n’offre pas encore la vidéo. Comme le site demande l’exclusivité des droits d’image, je n’aurais pas pu lui transmettre la vidéo que j’ai tournée sur en live Qik. Zut, voilà brisée ma carrière de Journaliste Reporter d’Image citoyen.


2927011160 9dbc63227a m Youtube gagne de largent grâce à iTunes et AmazonAprès avoir déboursé 1,6 Md de dollars pour acquérir YouTube, Google est toujours à la recherche d’un moyen pour gagner de l’argent avec cette plateforme massive de partage vidéo. C’est peut-être les revenus publicitaires offerts par Amazon et l’iTunes Store d’Apple qui vont enfin permettre à YouTube d’être une machine à cash.

Google vient d’annoncer un accord avec Amazon et Apple pour afficher des liens d’achat direct à côté de chaque vidéo diffusée sur YouTube. Les chansons d’EMI Music et les jeux vidéo Electronic Arts sont les premiers produits mis en avant sur YouTube. Aujourd’hui limités aux États-Unis, ces “YouTube Adds Click-to-Buy Links” devraient se généraliser à l’international avec la signature de nouveaux partenariats.

Alors qu’une grande partie du catalogue des vidéos de YouTube enfreint les droits d’auteurs, avec des copies illégales de films, séries TV…  ce serait assez ironique de retrouver juste à côté un lien pour acheter la version DVD ou Blue-Ray du même produit. Finalement, ce serait surtout un bon coup de la part des producteurs qui profiteraient d’une plateforme de promotion qui ne leur coute rien.

Depuis 3 ans, je conseille à qui veut bien l’entendre d’utiliser la vidéo sur le Web pour faire la promotion de son entreprise ou de ses produits. L’adoption de cet outil marketing se fait lentement, mais surement. En apportant les produits sur son site, YouTube renverse la problématique et devient une place de marché où le premier argument de vente est la vidéo. Ebay devrait peut-être se faire du souci.