3 points essentiels sur la stratégie Mobile First de Google

Autant que les vidéos de TED, les conférences du dernier Web 2.0 Summit sont absolument à voir. Eric Schmidt — CEO de Google — a fait une intervention remarquée sur la stratégie “Mobile First” du gérant de Mountain View. À travers cette riche rencontre de 45 minutes, j’ai relevé trois points marquants de cette discussion.

1. Google Android vs Apple iPhone

Eric Schmidt reconnaît que Google se bat encore pour atteindre la masse critique d’utilisateurs sur Android pour attirer assez de développeurs.
C’est un peu un cercle vicieux, car au-delà du nombre de mobiles qui embarquent Android, c’est la panoplie de logiciels accessibles sur cette plateforme qui définit l’intérêt des consommateurs.
Apple reste encore l’ennemi à abattre avec son écosystème iOS/iTunes qui est présent sur de plus en plus de supports (mobile, tablet, desktop et bientôt TV) et dispose surtout d’un modèle d’affaires clair et bien établi pour les développeurs d’applications.

2. Service de paiement mobile

L’exclusivité au début de cette vidéo est le dévoilement du Nexus S, successeur du Nexus One — LE Google Phone —. La particularité de ce cellulaire est qu’il intègre une puce RFID (sans fil) pour réaliser des paiements directement dans une boutique.
L’objectif est de remplacer le bout de plastique que nous utilisons quotidiennement pour faire nos achats. La technologie se veut évidemment aussi sécurisée qu’une carte VISA ou Mastercard. En arrière-scène, le mobile sert à faire la promotion du service Google Places pour faire la promotion de son magasin dans les pages locales de Google.

3. Big Brother knows what you want!

Pour Eric Schmidt, nous n’aurons plus besoin d’effectuer de recherche dans le futur. Le mobile va deviner automatiquement ce dont nous avons besoin en étudiant notre historique de consommation et notre géolocalisation.
D’un côté, le mobile devient un agent intelligent pour nous aider, de l’autre c’est un mouchard qui analyse et livre toutes nos actions aux marchands. Dans ces conditions, vous comprendrez pourquoi Google latitude — service de géolocalisation de Google — remporte si peu de succès.

Enfin, Eric Schmidt admet que la technologie va rendre encore plus difficile la protection de la vie privée, particulièrement avec le mobile.



L’un des grands défis de Google est de récupérer notre activité sociale, là où Facebook excelle. Personnellement, je ne pense pas que ce devrait être la priorité de Google. Pour les géants du Web, l’élément clé qui va déterminer leur survivance dans 5 ou 10 ans est la manière dont ils vont répondre aux inquiétudes des consommateurs par rapport à la protection de leur vie privée.

C’est exactement l’angle d’attaque du projet Diaspora. Même si ce dernier n’est peut-être qu’un espoir sans avenir, il répond à une préoccupation qui est bien réelle.

Pour vous persuader de l’importance du sujet, je vous conseille la lecture de l’article de Jean-Marc Manach, qui propose d’en finir avec la vie privée sur Facebook.

Google TV ne va pas tuer la télévision de ma grand-mère

Comme nombre de mes amis, je me réjouis de l’arrivée de Google TV, qui fera enfin de la TV Connecté une réalité. Si Google TV n’est qu’une set-top box avec du Android dedans, le fait que Google soit derrière avec son contenu Youtube et sa force de frappe va grandement aider la bête à percer le marché de la TV Internet.

Contrairement à ce que certains pensent, je ne serais pas définitif sur la suppression de la grille horaire, telle que nous la connaissons à la TV. Si je suis un adepte de la consommation vidéo à la demande — ou je veux quand je veux —, je crois encore en la persistance des grands rendez-vous de la télévision.

Les zappeurs fous du Net

Il y a un fantasme à croire que nous sommes tous des zappeurs invétérés. Si c’est le cas des plus jeunes, l’effet Ritalin de l’âge nous rend plus sages devant la consommation audiovisuelle.

En rentrant du travail, les gens n’ont pas forcément envie de passer du temps à rechercher longuement ce qu’ils vont regarder. Une grille horaire bien établie — que l’on retrouve en allumant son poste de télévision — répond à un besoin de se laisser porter par les programmes que l’on nous sert, tout en ayant l’assurance que ça répond à nos centres d’intérêt.

De plus, il y a quelque chose de rassurant, de retrouver ses programmes TV à heures précises. Comme dis ma grand-mère, elle a son petit “train train” quotidien: série TV, divertissement, information, film et au lit!

Les trois directs de la TV Internet

Internet amène évidemment de nouvelles formes de consommation de la télévision. Pour moi, aux côté de la vidéo à la demande, la notion de diffusion en direct sera aussi importante en IP que sur la TV de ma grand-mère.

1. Le direct “live” des grands moments

Que ce soit pour un concert ou le discours d’accession au pouvoir de Barack Obama, rien ne pourra remplacer l’émotion de partager un moment important ensemble et en direct. Ce type de diffusion rassemble les plus fortes audiences.

2. Le direct TV en flux organisé

Il s’agit typiquement de la télévision telle que nous le connaissons depuis 60 ans. Des programmes vidéo s’enchaînent à heures précises. Les émissions ne sont pas toujours en direct, mais sont organisées en flux ininterrompu.
Comme ce fut le cas avec l’arrivée du câble et satellite, Internet va apporter une thématisation de plus en plus pointue des programmes. Nous pouvons comparer cette ascension au service de Web radio comme Deezer. Nous aurons une chaîne de télévision pour chaque envie. Ex. : Séries d’action allemande.

3. Le direct social: TV intelligente en temps réel

Le direct télévisuel, qui a le plus d’espérance en ce moment, est sans nul doute celui relié à nos réseaux sociaux. Imaginons une TV intelligente qui se crée en temps réel à partir de la consommation vidéo de ma communauté. Avec une petite molette, je peux donner à ce direct social une saveur plus sportive ou divertissement. Me voilà projeté dans une télévision idéale, qui pourrait quasiment devancer mes envies.

Opportunité pour la WebTV TV Internet

Les chaînes de télévision actuelles ont l’avantage de posséder un média puissant pour soutenir leur conquête de l’Internet. Tou.tv en est le meilleur exemple. Alors que les WebTV de ce monde ne peuvent jouer qu’avec les outils que leur offre Internet: site de partage vidéo et réseaux sociaux.

Pour développer leur public et rencontrer un vrai succès d’audience, je pense que les WebTV doivent tout d’abord se penser TV Internet, c’est-à-dire multiplateforme.

Les WebTV Québécoises ont tendance à penser leur contenu pour la diffusion à la TV. D’ailleurs, ses protagonistes sont souvent issus du milieu de la petite lucarne. Si tel est leur objectif, elles doivent jouer à armes égales avec la télévision, et donc intégrer l’ensemble des directs — live, organisé et social —, ce qui est techniquement accessible sur Internet.

iPad: Comment Apple séduit la distribution de vidéo en ligne

Le iPad vient officiellement de dévoiler son écran aux États-Unis. Apple commence déjà à séduire bon nombre d’acteurs de la vidéo en ligne. Application mobile dédiée ou site Web adapté, chacun à leur manière CBC, NBC, CNN, Hulu et Netflix fourbissent leurs armes pour avoir la meilleure place sur le iPad.

En plus de suivre d’excellente conférence, mon passage au iPhone/iPadDevCamp de Québec m’a donné l’occasion d’échanger avec des développeurs de la belle province. Les nouvelles perspectives offertes par le iPad étaient dans toutes les conversations. Personnellement, je vois un bénéfice directe sur le marché de la vidéo Internet, qui a enfin d’une plateforme mobile confortable avec un écosystème pour valoriser son contenu.

HTML5 pousse la vidéo sur iPad

Un peu comme à la sortie des premiers téléviseurs haute définition, les sites Web des grands médias annoncent être “iPad ready”. Apple liste 12 têtes d’affiche: CNN, Reuters, New York Times, Vimeo, Time, la ligne majeure de baseball, la Maison Blanche, Virgin Amérique, Sports Illustrated, Flickr, People Magazine et TED.

Sur le Web, l’adaptation au iPad se fait par la norme HTML5, qui apporteun tag spécialement pour la vidéo. Si Apple ne reconnait toujours pas le Flash sur son OS iPhone, HTML5 permet de diffuser simplement au format H.264, qui lui est reconnu par iPad. Des sites de partage vidéo comme Vimeo et Youtube sont “HTML5 ready” depuis plusieurs semaines.

Si CBS et le Wall Street Journal ont choisis d’adapter leur site Internet au iPad, le Time et le New York Time font affaires avec Brightcove, qui possède une plateforme vidéo qui remplace automatiquement les vidéos en Flash par leur équivalent en H.264 lorsqu’il détecte un iPad/iPhone.

Application iPad pour téléviseur mobile

ABC, Netflix et Hulu optent tous trois pour une application gratuite afin de distribuer leur contenu vidéo sur iPad. Cette solution a l’avantage de donner une expérience de consommation plus riche, et une meilleure maîtrise de la relation avec le consommateur.

La chaîne de télévision ABC mise sur un modèle d’affaires qu’elle connait bien, celui de la publicité. Pour Netflix, il s’agit simplement d’ajouter un écran à son offre, que l’on retrouve sur ordinateur et sur les téléviseurs par l’intermédiaire des set-top box.

La nouvelle n’est pas encore vérifiée, mais Hulu préparerait un modèle avec abonnement payant sur iPad. C’est une nouvelle voie pour Hulu, qui jusqu’à présent offrait gratuitement sur Internet les films d’hollywood et les séries vedettes de la TV en contre-partie d’une ou plusieurs coupoures publicitaire. Si les consommateurs répondent présent à ce modèle par abonnement, Hulu pourrait le reproduire sur son site Web, qui pour l’instant n’a rapporté “que 100 M $” en 2009.

Vous vous doutez bien que ces applications ne seront pas disponibles au Canada ou en Europe. Même si vous arrivez à récupérer l’application ABC ou Netflix, la diffusion devrait être géobloquée, comme c’est le cas pour Orange TV et SFR TV, qui diffusent la télévision en direct sur iPhone en France, mais pas à l’étranger.

Que nous réserve la vidéo de demain sur iPad?

Les premières application annoncées pour iPad ne promettent pour l’instant que la consultation de vidéo à la demande. Mis à part Ustream, sur un créneau bien particulier, le direct ne pointe pas encore le bout de son nez. Pourtant, c’est bien dans ce domaine que les revenues risquent d’être les plus intéressants.

Il y a un quelques mois, une rumeur (une de plus) annonçait une diffusion de chaîne TV sur iTunes avec un abonnement de 30$/mois. Aujourd’hui, la rumeur réapparaît sous les traits d’un service de diffusion en nuage de musique, basée sur la solution de Lala rachetée par Apple. Si ce projet ce concrétise, la TV serait logiquement la prochaine étape.

Au-delà de l’arrivée d’un gadget supplémentaire, Apple inaugure encore une fois un nouveau marché autour d’un écosystème qui a fait ses preuves. Celui-ci apporte un retour sur investissement particulièrement alléchants pour les développeurs et producteurs de contenu qui souhaitent valoriser leur travail.

Que font les concurrents du iPad?

Je ne doute pas que d’autres constructeur vont lancer des appareils supérieur au niveau technologique (puissance, webcam, etc.), mais qui pourra se targuer d’offrir une plateforme aussi séduisante? Pensez-vous à Google?

Un développeur me disais justement lors du iPhone/iPadDevCampQc que l’hétérogénéité des appareils sous Android risquait de rendre difficile le développement d’applications pour cet appareil. Si chaque constructeur choisis un format d’écran différent, ça fait beaucoup plus de travail pour adapter son application face aux deux uniques tailles offertes par Apple.

Dans 10 ans, qui se souviendra que Motorola vendait des cellulaires

Dans 10 ans, qui se souviendra que Motorola vendait des cellulaires

Il parait que IBM fabriquait des ordinateurs. Dans 10 ans, c’est comme ça qu’on se rappellera de Motorola pour le cellulaire. Après avoir fait rêver les fans de Star Trek, Motorola s’éloigne du marché qui l’a fait connaître pour se concentrer sur l’Internet TV (IPTV), qui offre de plus belles perspectives.

Google Android n’est pas seulement un potentiel iPhone killer, c’est surtout le fossoyeur de l’industrie mobile. En offrent un OS ouvert qui s’intégre sur n’importe quel cellulaire, Google démontre que le matériel n’a plus d’importance.

Google renvoie donc les Nokia, Samsung et autres Motorola à de simples constructeurs d’appareils ménagers, tels des fours à micro-ondes ou des grilles pain. Le géant de Moutain View fait ainsi le même coup à l’industrie du mobile, que Microsoft à IBM 30 ans auparavant.

Conscient que sa marge fond à vu d’oeil sur les cellulaires, Motorola prépare la prochaine étape. Après avoir produit des batteries, des radios et des téléphones, Motorola investit le marché prometteur de l’IPTV.

Trois annonces confortent ce nouveau positionnement. Tout d’abord le rachat de SecureMedia, spécialisée dans la gestion des droits de vidéos IP, puis l’acquisition de BitBand, compagnie israélienne, qui a développé un système de distribution de vidéo Internet. Enfin, Mototola présente sa réorganisation autour de deux entités qu’il pourrait céder: appareil mobile et set-top box vidéo.

L’IPTV est par définition multiplateforme. Je préfère d’ailleurs ce terme à celui de WebTV, qui à mon goût est beaucoup trop réducteur pour la vidéo en ligne. L’expertise de Motorola dans le domaine du mobile lui donne un net avantage dans la distribution de vidéo Internet, surtout quand on sait que c’est l’écran qui va s’imposer dans les prochaines années.

Avec ces deux derniers achats, Motorola se construit une offre IPTV complète qui vaut bien plus cher que la vingtaine de nouveaux téléphones cellulaires intelligents qu’il va distribuer cette année. On se donne rendez-vous dans 10 ans pour vérifier si j’avais raison.

Google devient opérateur télécoms et Internet en 2010

Google va-t-il vous offrir l’accès téléphone et Internet en 2010? Cette prédiction n’est pas plus farfelue que d’imaginer en 2003 le géant de Mountain View lancer un service de messagerie électronique, alors que le secteur était déjà bien occupé par Hotmail, Tahoo et AOL. En 80 secondes, Josh Nursing essaye en tout cas de nous persuader que Google apportera un changement radical au secteur des télécoms en 2010.

Pour preuve de l’intérêt de Google pour le secteur des télécommunications, voici la liste de tous les produits en rapport:

  • Google Voice: Service de gestion de téléphonie issu du rachat de Grand Central (à la Skype).
  • Google Talk: Logiciel et service de communication audio/vidéo en VoIP (à la Skype).
  • Gizmo5: Logiciel et service de téléphonie Internet (à la Skype), qui devrait fusionner avec Google Voice.
  • Google WiFi: Service d’accès gratuit à l’Internet sans fil (à la Île sans fil), pour l’instant uniquement disponible dans la ville de Moutain View.
  • Fibre optique: Google possède des milliers de kilomètres de fibres optiques qui traversent les océans et servent à transporter les connexions Internet.
  • Admob: Réseau publicitaire racheté par Google et spécialisé dans les téléphones mobiles.
  • Android: Système d’exploitation ouvert pour les téléphones mobiles développé par Google. Plusieurs constructeurs l’ont intégré à leur téléphone, tels HTC, Motorola, LG et Samsung.
  • Google Phone: Téléphone mobile fonctionnant sous Android et produit directement par Google. Le premier modèle arrive en janvier 2010 et s’appelle Nexus One.

Si vous appréciez la prédiction de Josh, je vous invite à voter pour lui dans le cadre du concours 2010 Ma Prédiction TMT est… de Deloitte Canada.

Revue Web Video : Youtube Insight, Yahoo HD, Video P2P, MTV, Pop17 & Rocketboom, Skyfire et étude sur la Video Mobile

News Web Video

YouTube Insight : le Google Analytics des VidéosYouTube Insight : le Google Analytics des Vidéos : Le service de mesure d’audience des vidéos de Youtube est dorénavant ouvert à tous les utilisateurs. YouTube Insight n’est finalement qu’une version allégée de Google Analytics. Il permet seulement de voir le nombre de visiteurs et leur origine géographique.

Yahoo Video passe à la Haute Qualité en attendant lui aussi la HD : Yahoo Vidéo se devait de réagir après l’annonce de Youtube pour la vidéo en haute qualité et surtout le passage à la vidéo HD pour MySpace et Dailymotion. Yahoo Video offre désormais un encodage Flash vidéo de 700 kbps et une taille maximum de fichier de 150 Mo. Cette évolution permettra à Yahoo de diffuser des vidéos de meilleure qualité.

Yahoo Video Awards 2008 : Pour ne pas faire de jaloux, et surtout parce que j’ai quelques amitiés chez le concurrent de Google, voici les Yahoo Video Awards 2008. Pourquoi n’en-avons nous pas entendu parler davantage ? C’est simplement à cause des Youtube Video Awards 2007 annoncé le même jour.

News WebTV

Révélation : Pop17 travaille pour Rocketboom Révélation : Pop17 travaille pour Rocketboom : Pop17 appartient en fait à Rocketboom. Ce petit cachotier d’Andrew Baron avait oublié de nous dire qu’il “flirtait” avec Sarah Meyers. Le scoop est arrivée par Andy Plesser, de Beet.TV, qui a justement était interviewé pour Pop17 la semaine dernière. On savait que Sarah Meyers avait travaillé pour Techcrunch, mais son affiliation avec Rocketboom n’avait encore jamais été annoncée. Cette paternité explique certainement la qualité des vidéos de Pop17.

Velocix : Live P2P Streaming pour Joost et la BBC : La société britannique Velocix vient de lancer une nouvelle solution de diffusion de vidéo en direct sur le Web basée sur la technologie d’échange en P2P dérivé de Bittorent. Les premières compagnies à bénéficier du Live P2P Streaming sont la BBC et Joost, qui a récemment annoncé une version full Web de sa plateforme.

MTV: Nouveau lecteur vidéo pour la série “The Hill” : La série vedette de MTV diffusée en ligne, The Hills, bénéficie d’un tout nouveau lecteur Flash. MTV met l’accent sur la qualité, une interface plus agréable et le développement de la communauté.

News Web Video Mobile

Skyfire beta : Web video son mobile encore mieux que l'iPhoneSkyfire beta : Web video sur mobile encore mieux que l’iPhone : Skyfire est un “Mobrowser” (navigateur mobile) qui permet de surfer sur le Web à partir de son téléphone cellulaire comme si nous étions sur un PC (ou un Mac). Skyfire supporte toutes les technologies Web riches : Flash video, animation Flash, QuickTime, JavaScript et AJAX.

Étude sur la Video Mobile : moins chers et de meilleure qualité : La société israélienne Bambo MediaCasting vient de publier une étude sur la perception de la vidéo sur téléphone mobile aux États-Unis réalisée en partenariat avec Synovate. Pour 51%, l’abonnement pour la vidéo mobile serait trop cher, alors que plus de 45% présume de la faible qualité de l’image. Les femmes semblent plus exigeantes sur la vidéo mobile que les hommes.

Skyfire Mobile Browser Demo