Table ronde Internet TV Montréal: HTML5 vs technologies propriétaires

M.A.J (10/05/2010): La table ronde iTVm sur le HTML5 se tiendra finalement le mercredi 9 juin à 18h00. Vous pouvez réserver gratuitement votre place en ligne.

M.A.J (27/04/2010): Pour cause de succès des Canadiens, nous reportons la table iTVm à une date ultérieure. Merci de rester connecté.

Je vous invite à participer à la seconde table ronde Internet TV Montréal qui se tiendra le mercredi 28 avril à 18h00 dans les locaux d’Uranium Interactive. Manuel Angelini et moi lancerons le débat sur la place des technologies propriétaires – Microsfot Silverlight et Adobe Flash en tête – face à la montée en puissance de HTML5.

Si vous êtes un professionnel de l’Internet et de la vidéo en ligne, cette rencontre est l’occasion idéale de débattre sur l’avenir des usages et des technologies, et d’échanger sur les bonnes pratiques de nos métiers respectifs.

En avant-goût, je vous propose de visionner la première table ronde iTV Montréal, qui portait sur la vidéo à la demande par rapport à la diffusion en direct sur Internet.

Comment Adobe Flash va mourir & Pourquoi tout le monde est si content?

Comment Adobe Flash va mourir & Pourquoi tout le monde est si content ?

Il y a 7 mois, je prédisais la mort de la vidéo avec Adobe Flash. Avec les dernières annonces de Google, Apple et Mozilla, nous nous rapprochons à grands pas du temps fatidique/béni où HTML5 et les autres normes du Web mettront Flash à la porte du Web.

La belle époque du Flash

Au-delà des animations Flash trop chargées, que l’on voit sur certains sites Web, nous lui devons depuis 5 ans l’explosion de la vidéo en ligne. Avec un simple plugin installé sur 99% des ordinateurs connectés au Net, Flash est entré dans notre quotidien sans que l’on s’en rende compte.

Le monde du Flash n’est pas si rose. Avec le temps, il est devenu lourd, fait régulièrement planter nos navigateurs Web et n’a pas vraiment évolué pour la diffusion de vidéo. Il y a comme une odeur de naphtaline qui me rappelle Real Networks à la fin des années 90.

Le roi Flash haï par Apple te Mozilla

Lors du lancement du Apple iPad, Steve Jobs a confirmé que la technologie Flash n’était pas prête pour ses appareils mobiles. Le père de la pomme a des mots très durs pour Adobe, qu’il va jusqu’à traiter de fainéant. Dans ces conditions, nous ne sommes pas prêts de voir une animation ou même une vidéo en Flash sur notre iPhone ou iPod Touch.

Mozilla rentre à son tour dans la critique de Adobe en annonçant que son nouveau navigateur mobile, Firefox Maemo, débrancherait par défaut le plugin Flash. Encore une fois, il s’agit d’offrir une meilleure performance Web.

Le roi Flash détrôné par HTML5

La vidéo en ligne est le marché où Adobe doit prendre le plus peur. Tous les navigateurs Internet modernes (Firefox, Safari et Chrome) incluent la compatibilité avec HTML5, le nouveau standard du WWW. Même Microsoft a décidé de s’y mettre pour la version 9 de Internet Explorer.

HTML5 ajoute la reconnaissance directe de la vidéo, sans passer par un plugin tiers. Depuis 2 semaines, Youtube supporte cette nouvelle norme, que vous pouvez tester pour certaines vidéos en activant votre compte sur youtube.com/html5. Vimeo vient à son tour d’emboîter le pas au géant de la vidéo. Enfin, le contenu multimédia de Wikipédia sera aussi compatible HTML5, suite à une adaptation de la plateforme libre Kaltura.

Pourquoi tant de haine envers Adobe?

Si toutes ses grandes compagnies du Web veulent s’affranchir de Flash pour la vidéo, c’est en partie pour une question pécuniaire. Imaginez un peu l’argent que Google doit dépenser pour payer les licences Flash qui font tourner Youtube. En rachetant On2 Flix Technologies, dont adobe a brisé la noce l’année dernière, Google s’assure qu’il n’y ait plus aucun soutien au format Flash.

Si je soutiens les formats ouverts, je ne pense pas que ogg, reconnu par HTML5 et poussé par Mozilla, trouve sa place, autre part que sur les machines d’adeptes de Linux. Pour une raison d’efficacité et d’économie d’échelle, le format MPEG4-AVC (H.264) va s’imposer comme le format vidéo de référence pour diffuser sur Internet (IPTV). Dans une logique de diffusion multi-support, MPEG4-AVC est reconnu à la fois par le Web, le mobile et les TV connectées.

Ne fuyez pas encore Flash

Je rassure tous ceux qui ont du Flash sur leur site, en animation ou en vidéo, il ne va pas disparaître en un jour. Le principal handicap à la montée du HTML5 est encore la trop grande présence d’Internet Explorer (6,7 et 8). Il faudra peut-être encore 5 ans avant qu’une part assez consistante du Web soit compatible pour que l’on puisse enfin abandonner Flash.

En attendant, je vous conseille d’installer un navigateur qui vous permet de profiter pleinement de la toile et des possibilités offertes par HTML5, CSS3, AJAX et toutes ces merveilleuses technologies.

Adobe Scene7: La vidéo au coeur du commerce électronique

La vidéo Internet n’est pas salutaire que pour les médias. Avec Adobe Scene7, la vidéo en ligne est au coeur du développement du commerce électronique.

Adobe met les ventes en scène

Depuis le rachat de Scene7 en 2007, Adobe offre ce produit dans son grand catalogue multimédia. Il promet aux compagnies d’augmenter leurs bénéfices, d’améliorer l’expérience d’achat des clients et de diminuer les coûts de production.

Au-delà du discours, la vidéo est un véritable levier de développement des ventes. Grâce à une expérience riche, plus proche de la réalité, les internautes sont plus enclins à consommer en ligne.

Avec une plateforme complète de gestion de vidéo en ligne, Scene7 facilite l’intégration dans un site marchand. L’avantage est clairement de rendre les manipulations très facile d’accès.

Adobe fait concurrence à ses clients

Avant hier, je vous parlais de la plateforme Ooyala qui vient de lancer son offre vidéo de diffusion en direct. À la base, le modèle d’affaire d’Ooyala réside dans la vidéo à la demande. Les sites de commerce électronique font partie de ses grands clients, comme sur le luxueux site d’Emporio Armani.

Ooayal utilise la technologie d’Adobe Flash pour sa plateforme vidéo. Avec Scene7, Adobe n’est-il pas en train de se mettre à dos ses plus clients? À la place d’Ooyala, je me poserais la question sur l’utilisation d’une technologie alternative comme Silverlight.

Vidéo, l’avenir du commerce en ligne

Que se soit avec Scene7 ou Ooyala, la vidéo fait une percée impressionnante sur les sites marchands. eBay met d’ailleurs la vidéo de l’avant pour la publication d’annonce sur son site. Voici quelques conseils pour des vidéos de vente efficaces:

  • Racontez une histoire à propos de votre objet ou comment il fonctionne
  • Faites une courte vidéo
  • Utilisez les mêmes principes que pour créer une belle photo. Par exemple, utilisez une lumière appropriée, un arrière-plan contrasté et évitez qu’il soit trop chargé
  • Utilisez le son pour vendre l’objet, mais assurez-vous qu’il n’y a pas de bruit en arrière qui pourrait distraire votre acheteur. Fermez les portes extérieures. Mettez sous silence votre téléphone et vos appareils électroniques (télévision, radio, etc.). Enregistrez votre vidéo loin d’autres personnes ou animaux de compagnie.
  • Entraînez-vous avant d’enregistrer. Cherchez la meilleure façon de présenter votre objet devant la caméra.
    Utilisez un trépied pour éviter les mouvements
  • Enregsitrez votre vidéo avec un nom explicite pour la trouver facilement quand vous serez prêt à la mettre en ligne


Interview de Cédric Drouot de Scene7 lors du Salon E-commerce Paris 2009 – Fred Cavazza

Google achète On2 Flix Technologies pour 106,5 M$: La vidéo au coeur du Web ’09

On2 Technologies Logo

Google nous surprendra toujours. Aujourd’hui, c’est dans le domaine de la compression vidéo que le géant de Mountain View investit avec le rachat de On2 Flix Technologies pour 106,5 millions de dollars. Le montant n’est pas aussi important quand on sait que la majorité des vidéos diffusées sur le Web sont faites en Flash et compressées par la technologie VP6 de On2.

J’ai assisté en mai dernier à la conférence Streaming Media avec mon ami Manuel Angelini. À cette occasion, j’ai appris que les relations entre On2 et Adobe étaient au plus mal, car ce dernier ne souhaite plus continuer le partenariat technologique autour de l’encodage de Flash. Il y avait des nouvelles autour d’un rapprochement avec Microsoft, principalement avec le support de l’encodage de On2 pour Silverlight. Finalement, c’est Google qui coupe l’herbe sous les pieds de Microsoft. Celui-ci devrait se consoler avec l’achat à terme de Yahoo!.

Google a l’habitude de mettre gratuitement à disposition les services qu’il rachète. Le fera-t-il pour les produits d’encodage de On2 ? Ce que je verrais de plus intéressant, est l’ouverture et la mise à disposition du code source de On2 VP6/VP8. Après tout, c’est une tendance du Web, avec notamment le support du format vidéo open source Ogg dans HTML5, que l’on retrouve au fur et à mesure dans les navigateurs Firefox, Chrome et Safari.

MAJ: The Register pense également que Google pourrait ouvrir le code source du codec vidéo de On2. Ogg Theora pourrait en profiter, car il passerait actuellement de VP3 à la dernière version VP8 développée par On2. À ce moment-là, Ogg serait assez performant par rapport au codec H.264 promu par Apple, et Youtube pourrait ainsi intégrer Ogg pour ses vidéos.

iPhone: Mobile N°1 pour la vidéo en ligne

D’après une étude publiée par AdMob, l’iPhone d’Apple serait le premier appareil mobile au monde pour la consultation de publicité mobile en ligne. Par extrapolation, il est facile de voir en l’iPhone, le premier support de médias riche en ligne.

Il y a quasiment un an jour pour jour, je prédisais déjà que l’iPhone aurait un impact majeur sur la communication vidéo sur téléphone mobile. Un appareil qui n’existait pas il y a 36 mois, devient aujourd’hui le chef de file de la consultation Web mobile.

AdMob-iPhone Worldwide Traffic

Même si les résultats de l’étude de AdMob peuvent être contestés sur certains points, la progression de l’iPhone comme outil de consultation du Web est fulgurante. Comme l’indique le tableau ci-dessous, en 4 mois le trafic sur iPhone a été multiplié par 8. En temps de crise, je connais beaucoup d’entreprises/pays qui voudraient être au dixième de ce chiffre.

AdMob-iPhone Worldwide Requests

Il parait évident que le Web ne se cantonne plus à un ordinateur, qu’il soit fixe ou portable. D’ici quelques années, le téléphone sera la première plateforme pour aller sur Internet. C’est une bonne raison pour se soucier de la diffusion de vos vidéos sur les mobiles, et sur le premier appareil du marché, qu’est l’iPhone.

Vidéo: Comment préparer son site Web pour l’iPhone ?

Le iPhone a le défaut de ne pas lire le Flash, donc les vidéos et les animations. Il faut que le fichier vidéo soit un format QuickTime (MOV/MP4) pour avoir le plaisir de contempler ses vidéos préférées.

Vous avez deux solutions pour offrir sur votre site des vidéos compatible avec l’iPhone :
* intégrer un second format de diffusion (MOV) à côté du Flash
* mettre votre vidéo sur Youtube et indiquer le lien sur votre site Web

Quand vous consultez une vidéo en provenance de Youtube, votre iPhone déclenche automatiquement l’application dédiée qui va chercher la vidéo au format MP4. Youtube se charge de gérer les différents formats.

La guerre des formats a toujours handicapé le développement de l’informatique. Celle entre Adobe et Apple m’agace tout particulièrement.  En attendant de vivre dans un monde parfait et malgré ces petits défauts, je vais continuer à utiliser mon iPhone, qui est quand même un superbe bijou technologique.

Web Video HD : Mariage de Microsoft et Akamai pour Silverlight

Les géants Microsoft et Akamai, un du logiciel, et l’autre de l’hébergement Web, s’allient pour offrir la vidéo en haute définition grâce à la technologie Silverlight et au serveur Internet Information Services 7.0 (IIS7.0). Si la vidéo HD n’est en théorie pas nouvelle sur le Net, cette annonce devrait élargir l’offre pour la rendre plus grand public.

Silverlight est en direct concurrence du bien établi Flash d’Adobe, avec respectivement 25% et 99% de taux de pénétration. Trois  atouts jouent en la faveur de Silverlight.

1. Les utilisateurs aiment l’installation, qui est extrêmement simple et qui ne nécessite pas le redémarrage de leur navigateur Web.
2. Il plait particulièrement aux producteurs : les DRM de Microsoft pour protéger la diffusion en ligne de leurs oeuvres.
3. C’est apprécié autant des producteurs que des utilisateurs : l’adaptation en temps réel de la bande passante selon la connexion de l’utilisateur. Cela procure économie de bande passante ($) et fluidité de la vidéo.

Sur son blogue, Manuel Angelini note déjà l’adoption de Silverlight par Netflix. Que le premier distributeur de vidéo en ligne américain opte pour Silverlight est un signe fort. Il faut dire que Microsoft a eu la bonne idée de rendre son lecteur compatible multiplateforme (Windows, Mac et Linux), contrairement à Windows Media Video (WMV), qui fonctionnait bien uniquement sur plateforme PC.

La guerre n’est jamais bonne pour les utilisateurs qui hésitent à changer leurs habitudes. Encore une fois, la simplicité d’installation devrait ouvrir Silverlight à un plus large public et bénéficier à sa dissipation. De plus, Flash et Silverlight peuvent cohabiter sans peine sur le même ordinateur. À l’avenir, il faudra donc compter sur Silverlight pour diffuser de la vidéo en ligne.


Beet.TV: Criag Mundie – Chief Research & Strategy Officer, Microsoft