Guide en 4 étapes pour survivre au Web en temps réel

Horloge

Le Web en temps réel est encore une belle traduction de l’anglais. Le Real Time Web signifie l’immédiateté de l’information, en opposition à ce qu’on pourrait appeler une information asynchrone. Certains commencent à l’appeler le flux ou encore le Web 3.0. Quel que soit son nom, le temps réel est sans nul doute le nouvel eldorado du Web. Alors que les médias sociaux commencent tout juste à rentrer dans les stratégies marketing, la question est maintenant de savoir comment l’entreprise va survivre dans ce nuage d’information instantanée.

Voici la première partie d’un guide en 4 étapes pour survivre au Web en temps réel.

1. Histoire du temps réel

Alors que je dissertais sur l’impact de la vidéo en ligne sur les derniers événements en Iran, Andres m’a très justement fait remarquer que les “médias ont dans toutes les époques joué un rôle central dans bon nombre de révolutions sociales majeures”.

L’appel du 18 juin 1940 par le Général de Gaulle est l’un des premiers événements en temps réel vécu par une large population. À l’époque, les familles se retrouvaient autour du poste radiophonique, qui trônait dans le salon, pour écouter fébrilement les paroles de celui qui devint le libérateur, puis le président de la France.

Des années plus tard, c’est également une guerre qui consacra le temps réel de l’information. Pendant le conflit irakien de 1991, CNN diffusait au coeur de la guerre, une caméra quasiment accrochait aux bombes. Nous semblions tous vivre l’événement en direct.

Si des millions de personnes se retrouvent tous les jours pour regarder le même journal télévisé, ce n’est finalement qu’un simulacre de temps réel, puisque l’information a subi plusieurs filtres avant d’être diffusée au grand public.

Internet permet de s’affranchir de ces filtres. Nous sommes aujourd’hui capables d’avoir l’information et de la diffuser en même temps que les journalistes, avec toutes les dérives que cela comporte. En effet, tout le monde n’a pas la connaissance ou le recul nécessaire pour juger objectivement une information. Mes amis de la presse ne pourront pas me contredire sur ce sujet.

Guide en 4 étapes pour survivre au Web en temps réel

1. Histoire du temps réel

2. Real Time Life: Vie sociale en temps réel

3. Real Time Search: Moteur de recherche en temps réel

4. Real Time Company: Entreprise en temps réel

Published by

Laurent Maisonnave

CEO @ Seevibes — leading Provider of Performance Marketing for Social Media Advertising. I'm a geek entrepreneur who lives his passion.

9 thoughts on “Guide en 4 étapes pour survivre au Web en temps réel”

  1. Elle est très intéressante ton histoire du temps réel, mais je ne comprends pas comment Internet permet de s’affranchir des filtres de simulacre du temps réel dont tu parles. Avoir de l’information et la diffuser en même temps que les journalistes ne nous débarrassent pas de la subjectivité des filtres de nos sources. Comment dans une logique de temps réel pouvons-nous avoir assez de recul pour juger objectivement des sources d’informations qui nous sont bombardées si ce n’est, justement, en faisant le choix politique d’éliminer certaines sources au profit de l’idéologie des autres sources?

    Pour survivre au temps réel, je pense qu’il faut absolument se doter d’une pensée horizontale qui reste à la surface des choses. Par opposition, une pensée verticale pourrait se hisser au-dessus de cet horizon pour essayer de faire la part des choses, mais le temps réel nous empêche d’avoir le temps pour prendre un tel recul. À moins d’avoir des robots qui filtrent l’information à notre place…

    De plus, il ne faut pas oublier que nos sources d’informations proviennent des réseaux d’informations auxquels nous appartenons. Selon moi, le simulacre du temps réel de l’Internet se trouve dans notre réseau d’information. Mon réseau de temps réel est non seulement différent du tien, mais il est différent de celui d’un Chinois ou d’un arabe. Même si j’ai accès à plusieurs sources d’informations en temps réel, ce ne sont que des sources filtrées par mon réseau – que ce réseau soit humain (réseau social) ou non (moteurs de recherche).

  2. @kinaze – Sur le fond, je pense que nous sommes d’accord. Il y a toujours une subjectivité de l’information. Tel ou tel angles de caméra donneront une vision différente d’un même événement.

    La différence historique avec Internet, est qu’il permet à n’importe qui de diffuser mondialement de l’information à l’état brut. Avant, ce privilège était dans les mains de ceux qui maîtrisaient les médias (presse, puis radio et TV). En supprimant les intermédiaires de communication de l’information, directement du producteur au consommateur, nous avons gagné en instantanéité. Par contre, je ne dis pas que nous gagnons en «qualité» d’information, pour autant que ce terme est subjectif.

    Le second point, est que nous basculons vers une culture mondiale où les différences s’estompent. Quand on voyage d’une grande ville à l’autre, que ce soit au Japon, en Chine ou aux États-Unis, on retrouve les mêmes immeubles gigantesques, les mêmes fast-food et les mêmes émissions de téléréalité. Malgré la distance, notre objectivité, ou plutôt notre subjectivité devient de plus en plus proche.

    Si filtre il y a, nous en avons bien plus la maîtrise qu’avant. Bien utilisé, la multitude de sources d’information nous permet de nous affranchir de filtres que les médias traditionnels nous imposent. D’ailleurs, quand je regarde le journal télévisé, je trouve qu’il suit de plus en plus le mouvement d’information que j’avais vu la veille ou l’avant-veille sur Internet.

Comments are closed.