journaliste au toilette

Coming out: Je suis un blogueur, pas un journaliste

Par l’entremise du Stéphane Guérin, j’ai récupéré sur le blogue de 90 degrés une conversation houleuse lancé par Étienne Denis sur le rôle des blogueurs comparé à celui des journalistes. journaliste au toiletteComme je l’explique dans mon commentaire, autant le regard dédaigneux des journalistes sur les blogueurs m’agace au plus haut point, autant je dois reconnaître que le mélange des genres ne me fait pas plus plaisir.

J’estime avoir une rigueur proche du journalisme quand j’écris mes articles. J’aime à croire que mes textes apportent quelque chose à ceux qui les lisent. Pourtant, je suis totalement conscient du conflit d’intérêts inhérent aux informations que je diffuse.

Que ce soit pour mon blogue personnel, professionnel. ou pour les blogues d’associations que j’anime, c’est clairement une démarche de communication que je mets en place, accompagnée d’une stratégie de marketing réfléchie.

Je ne peux donc pas raisonnablement affirmer, ou même penser que je suis un journaliste. Je suis tout au plus un bon communicateur/marqueteur. Je pense que mon état est partagé par 99% des blogueurs d’affaires. Au-delà de la polémique qui fait du “hit”, nous devrions nous regarder en face avec un peu d’humilité, et reconnaître que nous ne sommes que des blogueurs.

Published by

Laurent Maisonnave

CEO @ Seevibes — leading Provider of Performance Marketing for Social Media Advertising. I'm a geek entrepreneur who lives his passion.

19 thoughts on “Coming out: Je suis un blogueur, pas un journaliste”

  1. Je seconde aussi. Je ne me vois pas comme journaliste, et je ne voudrais pas l’être non plus. Haha.

    La liberté que l’on a d’être blogueur m’attire bcp plus anyway.

    Et journaliste, je vois ça comme un métier payé.. Blogueur, je le fais parce que j,aime ça. 🙂

    Bon débat certain, en tk. 🙂

  2. @Dean: Au moment de choisir mes études (long time ago). J’hésitais à suivre la voie du journalisme professionnel. Je dois avouer, que le côté pécuniaire m’a fait pencher pour la communication et le marketing.

    @Nate: Je te comprends. Par contre, je me sens parfois comme un journaliste. Ce n’est pas pour ça que je lui suis.

  3. Journalogueur ?
    Blogualiste ?

    Ce ne sont que des titres, des mots.
    S’agit d’avoir son style bien à soi.

    C’est beaucoup plus intéressant de te faire appeler *ze laurent* que *ze journaliste* ou *ze blogueur*, non ?

    Bon, ça suffit les questions…
    Je passais juste dire bonjour 🙂

  4. Oui et puis les journalistes ont une certaine ethique a respecter. Ils doivent rendrent des comptes si leurs informations ou sources ne sont pas parfaites..Tandis que les blogeurs peuvent rajouter tres simplement un : edit de 18h23, je me suis trompe sur l”info, trop rapide, desole les enfants je suis deborde et blablabla”. non? 😉

  5. Edit de 22h31 😉 Je crois pertinement que bloger peut etre un rajout a l”information et par consequent un metier, et que, journaliste, en est un autre (metier). Deux poids, deux mesures…

  6. edit chainte de 22h35 : j<ai un clavier americain, pas d’accent et sur je vois des fautes comme *rendre et non rendrent, bref, cette fois-ci, c’est la bonne 😉 jme casse comme dirait l’autre;-)

  7. @Oza: 100% d’accord avec toi. C’est moins le titre que la place des blogueurs d’affaires dans notre société de l’information qui est en question. Comme je l’indique, c’est le mélange des genres qui est dangereux.

    Le public s’attend à une certaine indépendance de l’information de la part des journalistes. Les blogueurs d’affaires ont trop de conflits d’intérêts pour garantir que leur jugement ne sera pas biaisé par des considérations pécuniaires.

    L’idéal de l’information est qu’un journaliste utilise le blogue pour diffuser son information en insérant des hyperliens pour référer ses sources et participer à la communauté. Ils ne sont pas nombreux à le faire, mais ils existent quand même.

  8. Je te suis à 100% Laurent.
    L’article du gars de 90degres est un peu ridicule et ne cherche qu’une chose: qu’on fasse parler de lui. Ainsi j’ai préféré ne rien répondre du tout.
    Sa comparaison entre un blog et le journal de montreal c’est du grand n’importe quoi…. et j’en passe.
    Avant je rêvais de devenir journaliste mais maintenant j’en suis moins sûr. Je suis un blogueur ET un webmaster ET un webmarketeur, PAS un journaliste. Qu’on nous foute la paix!
    Je ne suis payé par personne pour travailler toutes ces heures de fou pour gagner quelques dollars en échange, contrairement à un journaliste dont c’est sa profession contre salaire.
    Un blogueur écrit ce qui lui chante et c’est parfait ainsi. Un blogueur écrit avec son coeur.
    Ce qui fait ch.. les journalistes c’est que certains blogs réussissent à avoir des visiteurs. En France certains blogs sont devenus de véritables médias (et je ne parle même pas des US) à part entière.
    Et le plus beau là dedans c’est que ce ne sont pas des armées de personnes, des fois ils sont seuls. Exemple: Presse-Citron qui doit avoisiner les 15 000 visiteurs uniques par jour, Le Journal du Geek avec 25 000 visiteurs par jour. Et je parle même pas d’Otto là on s’entend car lui son nb de visiteurs si on aditionne ses principaux blogs doit se compter en centaines de milliers par jour.

    Tu sais quoi Laurent, pas mal de blogueurs rêvaient de devenir journalistes. Mais maintenant je suis encore plus convaincu que pas mal de journalistes rêvent de devenir blogueurs un jour 🙂

  9. Tout une tempête en effet qui s’est déroulée sur le blogue de 90 degrés. Intéressant comme conversation, mais j’en reviens au même constat que toi Laurent : nous ne sommes que des blogueurs. Mais est-ce péjoratif ? Du tout. Le blogueur et le journaliste ont de similaire cet amour de l’écriture et ce désir de partager. Tous les deux se doivent d’être de bons communicateurs pour véhiculer les messages voulus. L’un est objectif, l’autre pas ? Qu’importe ! Plus il y a de sources d’information disponibles, mieux la démocratie se porte quant à moi. Si quelqu’un se tue à dire des conneries et des faussetés sur son médium (blogue ou peu importe), il ne sera tout simplement pas lu. Vivement d’avoir le choix entre plusieurs types de contenu. Personnellement, j’ai perdu malheureusement beaucoup de cette naïveté par rapport au journalisme et à son code de déontologie…

  10. Moi je pense que les blogueurs et les journalistes travaillent ensemble. Le journaliste fait tout le travail de rigueur et le blogueur relaie et met en contexte les meilleurs articles journalistiques. L’un est un mineur, l’autre un joailler. Je ne me vois pas du tout comme une journaliste et je n’aspire pas à l’être. Ce qui m’intéresse c’est le médium Internet. Celui-ci a fait des blogues une de ses pierres angulaires. Le conflit entre journalisme et blogosphère me semble surfabriqué et stérile. C’est comme comparé Wikipédia à une encyclopédie classique. Wikipédia c’est une autre manière de recevoir, concevoir l’information et c’est formidable comme outil. Pareil pour les blogues.

  11. Merci Marie-Louise, mais tu parles de quel aveu 😉

    @Vincent: lol pour les journalistes qui rêvent d’être blogueur. Ce sera un beau changement.

  12. Salut, je suis bien d’accord avec toi, de plus les journalistes sont bien content des fois de trouver des blogs ou blogueurs, qu’ils peuvent reprendre pour leurs articles de presse…
    Entre Bloging et journalisme, il y a quand même une grosse marge…

  13. D’accord avec toi. Il faudra voir ce que 2009 réserve aux journalistes. Leurs employeurs ne pourront peut-être plus les payer. Les blogueurs et webacteurs sont peut-être le futur présent des journalistes…

  14. Salut,

    Il y a un peu de mauvaise foi des deux côtés. Tout comme il ne suffit pas d’écrire pour devenir écrivain, il ne suffit d’ouvrir un blogue, aussi populaire soit-il, pour devenir un “journaliste”. D’ailleurs, j’ai du mal à comprendre que certains blogueurs se comparent à des journalistes, profession qui figure loin dans la liste des métiers les plus crédibles aux yeux de la population, même si cela reste en avant des hommes politiques et des vendeurs de chars… on s’entend…

    Ce qui m’exaspère le plus, c’est cet épithète grotesque de “citoyen”, comme dans “journaliste citoyen”, une sorte de “label” creux et sans consistance qui crée artificiellement une frontière entre ce qui serait “citoyen” et ce qui ne le serait pas. Et l’on balance dans ce terme ce qu’une certaine minorité agissante et soit-disant contestataire souhaite bien y mettre.

    Non, changer une ampoule et faire plugger quelques fils sur le panneau électrique de votre demeure ne fera pas de vous un électricien… alors, par pitié, ne mélangeons certainement pas les genres !

    De plus, à chaque fois que je croise une personne qui se dit “journaliste blogueur”, je constate qu’il s’agit beaucoup plus de ce que l’on pourrait appeler un “éditorialiste” ou un “colomniste” comme on dit au Québec, c’est-à-dire une personne qui a des connaissances dans un domaine bien particulier et qui fait passer un message au sein d’un article. Au mieux il s’agit d’un “chroniqueur”… bref, que des non-professions qui sied bien plus au travail de 90% des blogueurs.

    Pourquoi donc ne pas voir les blogueurs pour ce qu’ils sont réellement : des individus qui apportent un éclairage DIFFÉRENT sur l’actualité, la société, les technologies… ce qui n’a rien à voir avec un travail de fond et objectif du véritable journalisme.

  15. Je suis bloggeuse et fière de l’être. Lorsque l’on me demande mon titre, je réponds éditrice d’un blogue sur l’art de recevoir et d’un deuxième sur les médias sociaux. J’y crois tellement que c’est devenu mon travail.

    À quelques reprises des journalistes qui m’interviewaient sur le phénomène des blogues m’ont demandé hors entrevue pourquoi je ne travaillais pas dans un magazine. Ma réponse est que j’apporte beaucoup d’importance à la liberté d’expression, de contrôle éditorial, de parution rapide que je me procure mes blogues. Et malgré les heures folles nécessaires pour avoir du succès, le blogue me procure le type d’environnement de travail qui me rend le plus heureuse.

  16. @At Home with Kim Vallee – C’est marrant que tu soulignes l’indépendance éditoriale que t’apporte le blogue. C’est mon cas pour mon blogue, et surtout pour mon emploi.

    J’aimerais savoir ce que les journalistes ont à répondre à cet argument. Car en théorie, le journaliste écrit en toute indépendance. Dans la réalité, il est facile de comprendre qu’il doit subir régulièrement des pressions plus ou moins grandes de la direction de son journal.

Comments are closed.