Quand la TV donne RDV aux médias

Infopresse — la bible du marketing, de la publicité et des communications — organise le jeudi 15 septembre un nouveau RDV Média avec des conférenciers de renom. Si vous ne deviez voir qu’une conférence, ce serait celle d’Arianna Huffington — fondatrice et rédactrice en chef du Huffington Post. Mais, si vous ne deviez voir que deux conférences, alors ce serait en plus la mienne, que je tiens à 12h00 en salle Radio Canada sur le thème de la Social TV: quand la télévision devient interactive.

Depuis 1,5 an, la télévision sociale est un sujet qui occupe mes journées, principalement autour de la création de ma startup Seevibes — Mesure et valorisation de le l’audience sociale de la télévision. Pour cette conférence Infopresse, j’aborderais le sujet de manière transversale — le second écran, les chiffres clés, les acteurs qui font bouger la télévision sociale… — pour arriver au point primordial: Comment faire de l’argent avec tout ça!

Pour les heureux élus qui seront demain au Centre-Mont-Royal pour la conférence Infopresse, je vous invite donc à passer me voir et échanger sur la Social TV. Pour les moins chanceux, je publierais le support de ma conférence sur Slideshare dans les prochains jours. Vous pourrez également me retrouver jeudi soir à 20h sur les ondes de Vox pour un débat à l’émission Opentélé sur les médias sociaux et la télévision.

Peut-on investir dans une startup en Europe ?

La question semble polémique, mais pour Jeff Clavier — fondateur de SoftTech VC, que j’ai rencontré à la conférence LeWeb à Paris avec Benoit Descary, les États-Unis serait beaucoup plus propice à l’investissement de capital-risque.

La difficulté vient moins de la qualité des startups en Europe que de l’éclatement du marché — 25 pays/cultures — et des complexités administratives inhérentes. Il n’est pas étonnant d’apprendre que la Silicon Valley représente 40% de l’investissement mondial en capital-risque.

Rassurez-vous, si vous avez un projet avec un fort potentiel, je suis sûr que Jeff vous écoutera, même si vous vivez en France. Si vous êtes à Montréal cette semaine, vous pourrez justement lui en parler au Festival International du Startup (#startupfest). Il participe jeudi à 16h40 au panel “What VCs are after?”.

Blogueur connecté à l’influence de Montréal

Aujourd’hui, j’ai le goût de faire un article en forme de revue de presse et d’histoires décousue.

J’écoute 42

Nadia Seraiocco et Patrick Dion m’ont invité pour la première de leur émission de radio “42” sur les ondes de CIBL le vendredi à 13h. Je jouais la doublure cascade de Laurent LaSalle qui participe à ce triplex radiophonique.

Pat a lancé le débat sur l’influence des blogueurs. J’avais l’impression de rejouer un Yulbog de 2007 #vintage. Il semble qu’en 4 ans, les pratiques des relationnistes ont finalement peu évolué. Une liste de blogueurs «vedettes» circule et sert à lancer des invitations pour vendre des télévisions, des voitures, voire un kit de karaoké.

Influencé par Montréal

Interviewé par Marie-Pierre Bouchard pour le blogue du Quartier des Spectacles, j’ai dû me questionner sur Montréal, l’art, la technologie et j’en ai profité pour avouer mon fantasme pour les objets connectés.

Nous avons aussi parlé d’influence, mais d’un tout autre genre: le Musée Guggenheim à Bilbao qui a transformé le visage de la ville; des personnes comme Sylvain Carle qui influe positivement sur la technologique et entrepreneuriale de Montréal.

Bonjour la police

Abonné au rôle de doublure, j’ai remplacé au pied levé Carl Charest pour une entrevue au journal de TVA. Ce pourrait être un sujet d’examen: «Lors des émeutes de Vancouver, la technologie et les médias sociaux ont-ils joué un rôle pour aider la police à arrêter les délinquants?». Les médias se posent la question de savoir si la police utilise Internet… en 2011, je ne doute pas que les forces de l’ordre maîtrisent également très bien l’art de traquer les bandits sur Facebook.

Petite histoire marrante pour terminer mon récit. En route sur un Bixi pour m’en aller travailler, un cycliste me double, s’arrête et m’interpelle: «Êtes-vous Laurent DE Maisonnave?». Wow! Tout de suite, je pense à mon influence de blogueur, à ma brillante entrevue à TVA la veille au soir et je me dis que Michelle n’a qu’à bien se tenir 😉

La vérité est plus ordinaire. Mon interlocuteur se fait souvent interpeller lors de conférences à Montréal, car (a priori) il me ressemble — brun, yeux bleus… bel homme! J’avoue garder le même avatar Twitter depuis 4 ans, car j’ai l’air plus jeune et moins gros. J’imagine que les gens doivent être déçus quand ils me rencontrent.

Une nouvelle génération d’entrepreneurs

Pour terminer, j’ai le plaisir de vous annoncer que la Fondation du Maire de Montréal m’a remis officiellement une bourse pour soutenir le développement de ma startup, Seevibes. J’étais particulièrement bien accompagné pour cette promotion printemps 2011, puisque les amis Katheline Jean-Pierre et Louis Cléroux étaient des nôtres.

Mon nouveau rang de jeune entrepreneur arrive officiellement à son terme aujourd’hui, car la limite d’âge (administrative) est de moins de 36 ans. Il est vraiment temps que je change mon avatar Twitter, sinon je risque de me faire poursuivre pour possession frauduleuse d’identité.

Twitter et journalisme: Témoignage dans l’affaire DSK

Alors que Twitter vient de fêter les 300 millions de comptes ouverts, l’usage des 140 caractères semble incontournable pour informer le monde. Depuis l’amerrissage d’un avion sur l’Hudson River, en passant par la révolution Orange et les événements dans le monde arabe, Twitter s’impose comme le média de l’instantané.

L’affaire franco-américaine autour de Dominique Strauss Kahn (DSK) est une nouvelle étape pour Twitter. Tout d’abord, il révèle enfin la puissance de l’outil aux Français, qui commençaient tout juste à l’appréhender. C’est la pratique des journalistes qui semble être le plus impactée avec un usage qui se découvre au grès des événements.

Jean-Philippe Balasse, journaliste pour la radio Europe1, témoigne ce matin à l’émission Mediapolis de son expérience de Twitter au coeur du tribunal de New York qui juge DSK. J’adorerais l’avoir à MediaCamp Montréal samedi prochain, car nous serons nombreux à aborder ce sujet lors des conférences.




Je retiens deux commentaires très pertinents :

    “Finalement, quand on est journaliste, on fait son boulot. On essait de le faire bien. Que ce soit avec un stylo, un micro ou une caméra, dans chaque exercice il y a des contraintes et des avantages”
    “Twitter, ce n’est pas l’avenir… c’est le présent !”

Location de film: Facebook sur les plates-bandes d’iTunes

Le Canal Argent m’a invité à commenter l’annonce de Warner Bros qui commence à louer ses films à travers Facebook. La nouvelle est aussi importante pour la société de production américaine, qui se crée un nouveau canal de distribution, que pour le réseau social qui popularise ses crédits Facebook et avance de plus en plus ses ambitions de place de marché mondial.

L’enjeu pour Warner Bross est de se défaire de la domination d’Apple, qui impose son écosystème et ses prix. Dans le même temps, Facebook prend également une marge non négligeable. Sur un film qui se loue 3$, soit 30 Crédits Facebook, le réseau social se réserve 30% du prix de vente.

Warner Bross à tout d’abord offert à la location Dark Knight, pour ensuite enrichir son catalogue Facebook avec les films Inception, Harry Potter and the Sorcerer’s Stone, Harry Potter and the Chamber of Secrets, Yogi Bear et Life as We Know It.

Facebook n’a pas encore l’étoffe d’un iTunes, mais les milliards de dollars de location et de vente de contenu vidéo en ligne ne devraient pas laisser longtemps indifférent Mark Zuckerberg.




Complément d’information :
Warner Releases Dark Knight and Inception iPhone Apps
Facebook: 2B Videos Viewed Per Month

Epic Mix : Une épique expérience touristique

Alors que la saison de ski tire à sa fin au Québec, je découvre Epic Mix, une expérience sociale interactive autour de cinq grandes stations de ski américaines.

Je vois dans Epic Mix un véritable outil innovant pour faire la promotion de destinations touristiques. La compagnie Vail Resorts est à l’origine de ce réseau social qui se décline sous la forme d’un site Web, d’une application mobile — iPhone et Android, et de forfaits de ski incorporant la technologie NFC.

Toutes ces technologies communiquent entre elles pour offrir gratuitement aux touristes des services interactifs à la fois utiles et ludiques : historique et statistiques de décente, classement des skieurs, infos météo, géolocalisation de ses contacts, etc.

Au même titre que les bars, restaurants et centre de spa qui agrémente les stations de ski, Epic Mix enrichit l’expérience de vacances en mêlant intelligemment technologie et médias sociaux.

J’ai hâte de voir l’ami Pierre Bellerose me présenter la même chose pour découvrir les richesses touristiques de Montréal.