Netflix: Le blockbuster de la location de vidéo déboule en ligne au Canada

Netflix: Le blockbuster de la location de vidéo déboule en ligne au Canada

ll y a parfois d’étranges coïncidences. Hier, Netflix a lancé officiellement à Toronto son offre de location de vidéo en ligne pour le Canada, comprenant films, documentaires et séries TV illimités pour 7,99 $ par mois. Le même jour, la chaîne américaine Blockbuster déclare faillite. Mais, est-ce vraiment un hasard si les gens préfèrent louer leur divertissement vidéo sans se déplacer et sur l’écran de leur choix?

Annoncé dès juillet 2010, le développement de Netflix au Canada n’était plus une surprise. La seule particularité est que Netflix offre uniquement la vidéo en ligne et pas la livraison à domicile de DVD. Par contre, le visionnement de vidéo est illimité.

À vrai dire, la seule limite que vous aurez est la bande passante que vous «offre» votre fournisseur d’accès. Selon la qualité, standard ou HD, et selon votre abonnement Internet vous pourrez regarder de 10 à 50 vidéos par mois.

Qu’en pensent les fournisseurs d’accès Internet / TV ?

Pour être sûr que ses clients ne se précipitent pas tous chez Netflix, Rogers a eu la bonne idée de baisser la limite de téléchargement de ses clients résidentiels, tout juste trois jours après que Netflix ait démontré son intérêt pour le pays à la feuille d’érable. Concrètement, Rogers a diminué de 90 à 80 GB / mois les hauts forfaits, et de 25 à 15 GB / mois les forfaits de base.

Depuis, Videotron / Quebecor a mis en ligne Illico Web, son service de «magnétoscope numérique» consultable en ligne, uniquement pour ses abonnés à Internet ET télévision par câble. Le catalogue vidéo est toujours aussi limité et cher, mais vous avez le plaisir de le consulter sur le Web (Wouhou!). En fait, c’est une version enrichie de Canoë.tv, qui n’a jamais réellement décollé.

Quel que soit le fournisseur d’accès Internet au Canada, il compte sur la limitation de bande passante pour garder ses clients fidèle/prisonnier de ses offres TV et vidéo à la demande. Pour vous donner une idée de ce dont il est question, le GB de données se négocie au prix de gros à 1 cent ! Ce qui veut dire que sur les 75 $ de votre super abonnement «mega haute vitesse» à 100 GB / mois, seulement 1 $ est là pour payer la bande passante.

Qu’en pensent les concurrents de Netflix ?

Les services légaux de location et de vente de vidéo en ligne ne se bousculent pas au Canada. On retrouve d’une part Sony, avec son timide PlayStation Store pour les jeux vidéo, les films et les séries TV. Apple est également présent avec son désormais célèbre iTunes Store, qui essaye avec la vidéo de renouveller son succès de la vente de musique en ligne.

Le marché de la location de vidéo en ligne est tellement peu développé au Canada, que l’arrivée de Netflix devrait lui donner un grand bol d’air pur. Apple ne s’y trompe pas, car son nouveau Apple TV intègre directement Netflix.

Pour quelle raison aider un concurrent? Sur iTunes Store, Apple offre les «blockkbuster» les plus récents du cinéma et de la télévision, alors que Netflix sur la vague de la longue traîne – Long Tail – avec un catalogue qui fait la part belle a des productions de qualité, mais qui ne sont pas forcément en tête de gondole. Par exemple, Netflix propose la série Heroes, mais seulement la saison 1. Pour les derniers épisodes, il faut se retourner vers Apple.

Does Netflix speak white?

La grande faiblesse de l’ensemble des services de location de vidéo en ligne est le peu de contenu francophone disponible au Canada. Je ne parle même pas des productions québécoises, qui sont quasi inexistantes. Les films en français ne sont arrivés qu’en août 2010 sur iTunes Store canadien.

Netflix a indiqué que le contenu en français serait accessible dans le futur, sans trop de précision. Pour utiliser le service depuis hier au Canada, je suis malgré tout content de retrouver des films français en version originale (sous-titrés en anglais), comme les mithyques Nikita, 8 femmes ou le plus récent Joyeux Noël.

Diffusion vidéo multisupport

Si je ne devais retenir qu’une chose de lancement de Netflix au Canada, c’est sa stratégie multisupport. Consultables sur le Web, les vidéos de Netflix peuvent être reprises sur son iPhone, son iPad, sa PlayStation 3 et son Apple TV. À 7,99 $, je peux vous dire que je ne me vais pas me priver (le 1er mois est gratuit pour essayer).

NB: Ceci n’est pas un article commandité par Netflix 😉

Published by

Laurent Maisonnave

CEO @ Seevibes — leading Provider of Performance Marketing for Social Media Advertising. I'm a geek entrepreneur who lives his passion.

8 thoughts on “Netflix: Le blockbuster de la location de vidéo déboule en ligne au Canada”

  1. 1 cent le GB… Je suis sans mot!

    Je comprends parfaitement le principe de faire du profit, mais ici, je crois qu’on étire lamentablement l’élastique encore une fois! Je salive à chaque fois que je baisse les yeux (É.-U.) ou que je tourne mon regard sur la droite (France). Des plans avec tous les services compris pour une fraction du prix d’un seul service au Québec / Canada.

    Il serait temps de revenir à plus de décence et d’arrêter cette arnaque qui est de baser les prix sur la capacité de payer des gens. Que les vannes s’ouvrent, que le bon sens revienne et tout le monde sera gagnant!

    Que cesse l’esclavage technologique de l’Empire Bleu et de l’Empire Jaune. (petite inspiration poétique ici…haha)

    1. Je n’ai volontairement pas parlé des services de livraison de DVD. Comme les clubs vidéo, je pense que leurs beaux jours sont passés. Mais, il faut reconnaître que c’est un marché qui existe toujours. Par contre, je dois t’avouer que tu es la seule personne que je connais qui utilise ce type de service.

  2. Article trés intéressant, je viens de France et j’ai effectivement été surpris par les tarifs des abonnements aux services Web et a la téléphonie mobile.
    Par contre j’avoue être pas mal surpris par les différentes réactions que j’ai pu lire sur le web concernant Netflix et les limites de téléchargement des principaux opérateurs du pays (ces limites n’existant pas, en tout cas sur le web en France). Il me semble que la meilleure façon de protester contre cet état de fait est d’aller a la concurrence, il existe, a ma connaissance, au moins deux fournisseurs d’accès n’imposant pas ces restrictions. Si tout le monde allait chez eux, les gros opérateurs adapteraient leurs offres, ne serait-ce pas plus efficace que d’aller chialer sur le net? 🙂

    1. Pour le grand public, il existe justement peu de concurrence pour l’accès à Internet si tu veux une connexion de qualité (Bell ou Videotron à Montréal). Les petits fournisseurs qui offrent de la bande passante en illimité sous-traitent le réseau de Bell en ADSL avec des débits qui ne sont pas extraordinaires. À ce niveau, le CRTC devrait aider l’entrée de nouveaux joueurs pour dynamiser le marché. Hélas, ils semblent penser que le marché va se dynamiser tout seul ;(

  3. Effectivement pour le très haut débit, il y a peu de concurrence et pas vraiment de choix même la fibre optique est limitée en terme de transfert de données ce qui est une aberration.

    Ceci étant dit a quoi sert réellement le trés haut-débit? Pour le streaming cela ne change pas grand chose. Pour le téléchargement, oui, on doit pouvoir gagner quelques minutes. Pour le jeu, on réduit certainement le ping mais pas de façon drastique. Pour la navigation web, la vitesse de connexion est déterminée par le plus petit dénominateur commun, autrement dit si le site sur lequel vous surfez a une bande passante pourrie, que vous soyez a 5kb/s ou 5000kb/s ne changera rien du tout.

    Je préfère franchement être “limité” a 5kb/s et avoir réellement de l’illimité que d’être limité a 20kb/s. Ce n’est que mon avis mais le très haut-débit rapporté au prix et aux limitations qu’il implique ne me semble pas valoir le coup.

  4. Bonjour Laurent,

    NetFlix est une très grosse entreprise et il n’y a pas à dire qu’elle va gagner beaucoup de terrain au Canada lors des prochaines années.

    Mais je crois que la prochaine “big” thing est Google TV. Ça s’en vient, faites attention!

Comments are closed.