Alain McKenna : Show vidéo sur la Flip Mino HD

Alain McKenna (via Branchez Vous)

Alain McKenna, journaliste techno pour plusieurs médias, vient d’envoyer sur Twitter un lien vers son dernier article. Que d’étonnements en voyant une petite ligne d’introduction avec une vidéo en dessous. Il s’agit d’un reportage sur la caméra vidéo Flip Mino HD, qui arrivera officiellement fin mai au Québec. On y voit Alain dans les rues de Montréal, accompagné d’un cameraman et d’un preneur de son. Je voulais juste féliciter Cyberpress et Alain pour cette nouvelle formule vidéo.

Je me félicite également de voir des journalistes aussi multidisciplinaires. J’attends de voir les nouvelles capsules, et j’attends également une version partageable “un peu plus simple” 😉


Vinvin revient sur les ondes avec Hellotipi.TV

HellotipiAvec le premier épisode de l’émission “OFF AIR” sur Hellotipi.TV, je suis heureux de retrouver l’ami Cyrille de Lasteyrie, aka Vinvin, avec une nouvelle production vidéo sur le Web. Depuis son départ de Seesmic en novembre 2008, je me demandais ce que la star de Bonjour America allait devenir. Aujourd’hui CEO de Hellotipi, Vinvin met tout son talent d’entrepreneur et de comédien au service d’un site communautaire dédié à 100% à la famille. Attention, ce show est réservé à un auditoire averti.


OFF AIR N°1 : HADOPI et la Ministre Christine Albanel

MaBlonde fait sa WebTV

Je n’ai l’habitude de pluguer des WebTV québécoise, même s’il y en a beaucoup de qualité, mais c’est surtout que mon ami Dominic Arpin fait tellement mieux ça que moi. Je vais quand même faire une exception avec MaBlonde.TV que je viens de découvrir (en regardant mes stats Google Analytics. Leur blogroll m’apporte quelques visiteurs). Tout ça pour dire que j’aime bien cette blonde, qui me fait penser à la blonde de Un gars une fille (version made in France). WebtvHebdo m’apprend que le producteur, Emmanuel Marian Tremblay, a tourné cette série avec une caméra RED HD, un petit bijou de technologie qui n’a rien à envier au matériel de la télévision.

MaBlonde.TV

Le Club social de TV5 découvre la WebTV

Club Social TV5J’aurais pu également titrer “Le Club social de TV5 découvre la WebTV, cet animal étrange qui ne rapporte pas une cent“. Entre les boissons énergisantes Redbul et le DJ Ghislain Poirier, la Webtélé fait une drôle d’apparition au Club Social.

Les professionnels de la télévision qui animent le Club Social sur TV5 ont traité avec sérieux leur sujet. Pour parler de WebTV, ils ont rencontré Annie Bélanger et Anne-Marie Bergeron de Urler.TV, le projet collectif que j’adore. L’auteur-compositeur/interprète/producteur/humoriste Ghislain Taschereau présente sa TVPT.TV. Enfin, Martin Lessard traite avec justesse la problématique de la survivance de la WebTV québécoise.

To be or to do be broadcasted

L’ami Martin, qui intervient notamment à l’INIS, note les trois pouvoirs de la vidéo
Produire
Diffuser
Rejoindre

Si les deux premiers sont aujourd’hui offerts à tout le monde, caméra numérique dans la main droite et Youtube dans la main gauche, le pouvoir de rejoindre reste plus difficile à acquérir. Pour Martin, “Le pouvoir de rejoindre a été créé dans la TV traditionnelle par un effet de rendez-vous“. Heureusement, ceux qui contrôlent ou accèdent aux réseaux sociaux pourraient recréer artificiellement ce pouvoir.

Être ou ne pas être crédible

Je sors d’une fort instructive rencontre avec une jeune productrice qui se lance dans la jungle télévisuelle. Sans même parler de TV Internet, l’idée de diffuser son contenu sur la toile paraissait être limite incongrue. Pour la majorité des professionnels de l’image, une vidéo de qualité ne peut être diffusée qu’à la télévision ou au cinéma.

Cette notion d’amateurisme est soulignée avec humour dans le reportage du Club Social. Les interludes de Dave sont là pour rappeler que la WebTV, ce n’est pas du sérieux. Il faut lire le commentaire de Martin sur son propre article pour comprendre le fossé qui existe encore entre le monde de l’Internet et celui de la télévision.

Pour conclure, je reprendrais les mots de Sieur Martin, pour lequel il est possible de diffuser n’importe quoi sur le Web, mais “Ce n’est pas en faisant n’importe quoi que l’on va s’attirer n’importe quelle audience“.


Le Club social de TV5 fait sa Webtele

Allons Urler au Yulblog ce soir

Un petit mot pour partager avec mes lecteurs mon plaisir à retrouver 2 de mes rendez-vous les plus excitants du mois. L’équipe de Urler.tv, la WebTV québécoise la plus créative de la place, a eu la bonne idée de marier sa diffusion publique au Yulblog, la rencontre de blogueur la plus célèbre de la planète (si, si). Je ne sais pas encore si je vais venir en toge, je peux déjà vous assurer que je vais profiter à plein de cette épicurienne soirée. Rendez-vous à 18h00 à la Quincaillerie, 980 Rachel Est à Montréal.


Urler.tv #7: Épicurisme (à la Quincaillerie) from Vero.b on Vimeo.

Le grand public au secours de la Webtélé québécoise

Suite à une belle discussion sur la WebTV québécoise avec Alain Mckenna, ce dernier a publié à un article aujourd’hui dans le journal La Presse. Au côté de Martin Lessard, j’ai essayé de répondre à l’épineuse question du modèle d’affaires de la Webtélé et de sa percée auprès du grand public.

En direct du studio MoJo de CanoeLe problème de la WebTV au Québec et de son modèle d’affaires n’est pas nouveau. Avec un groupe de producteurs locaux, nous nous étions retrouvés il y a un an pour étudier la question. La question majeure est celle de la taille du marché et du volume de publicité que nous étions capables d’attirer. Clairement, la diffusion dans la seule langue de Molière n’était pas suffisante, en l’état actuel du marché et de sa faible maturité.

Aujourd’hui, les acteurs sont plus nombreux, et surtout la qualité des productions est grandissante. Dans le même temps, les technologies pour accéder à ses contenus en ligne sont plus nombreux et meilleur marché. Au-delà des iPhone, médias center et des boites comme l’Apple TV, des téléviseurs commencent à se connecter directement à Internet pour récupérer des vidéos de Youtube ou d’autres plateformes.

Il faudra attendre que le grand public adopte plus massivement ce type de consommation vidéo en ligne pour que les commanditaires s’intéressent réellement à la WebTV. Car le nerf de la guerre est bien l’argent. Si on produit une série vidéo en ligne, c’est pour le plaisir, mais c’est aussi pour en vivre un jour ou l’autre.

La porte de sortie honorable de la WebTV viendra peut-être d’Internet ! En effet, Internet est bien plus large que le Web. Internet est disponible sur de multiples plateformes. Le mobile est certainement celle qui va offrir les débouchés les plus rapides et les plus lucratifs pour la production vidéo en ligne. Encore une fois, il suffit de jeter un regard sur les usages en Asie et en Europe pour constater que le mobile permet déjà une source de revenus importante pour les créateurs de contenu.

Maintenant, il reste à savoir si l’effort doit venir des producteurs eux-mêmes, des diffuseurs, des commanditaires ou des fournisseurs d’accès Internet et mobile.