Google fait un Ad Blitz sur les publicités du Super Bowl 2010

Ad Blitz: Google accapare la publicité du Super Bowl 2010

Alors que 7 Américains sur 10 seront être devant leur écran de télévision ce soir pour regarder le Super Bowl 2010, les annonceurs se battent à coup de millions de dollars pour pousser leur publicité pendant quelques secondes. Google en profite pour faire sa première apparition au Super Bowl afin de promouvoir Ad Blitz, la plateforme publicitaire de Youtube créée spécialement pour l’événement sportif.

À la fin du match de football, le public est invité à se rendre sur youtube.com/adblitz pour voter pour la meilleure publicité du Super Bowl 2010. La vidéo qui recueillera le plus de votes sera promue gratuitement sur la page d’accueil de Youtube la journée du 18 février 2010.

La grande surprise vient de Google qui apparaît pour la première fois dans un 30 secondes au Super Bowl (Merci Éric Schmidt pour l’info). Derrière Ad Blitz, le géant de Mountain View cherche à promouvoir Youtube comme plateforme publicitaire de référence. Google souhaite que les annonceurs développent le réflexe pub TV + Youtube.

Si toutes les annonces diffusées pendant le Super Bowl sont présentées sur Ad Blitz, Kia a payé le prix fort pour avoir une place de choix pour le millésime 2010 de sa Sorento. Les millions d’Américains qui vont se précipiter sur Youtube devraient donner raison à Kia. L’objectif pour Google est d’amener l’eau à la bouche aux Bud Light, Coca Cola, Doritos et autres marques présentes au Super Bowl.

En attendant de savoir qui aura reçu le plus de votes au Ad Blitz, je peux dors et déjà vous apprendre que Google sera le grand gagnant de ce match !

Regarder des films du Web au cinéma

Upload Cinema

Vous avez bien lu, je ne me suis pas trompé de titre. Il s’agit de regarder confortablement au cinéma des films provenant du Web. Upload Cinema est une idée originale de l’agence hollandaise DraftFCB pour faire la promotion du cinéma de quartier De Uitkijk.

La problématique de Uitkijk était simple : Comment faire face à la concurrence des complexes de cinéma multisalle qui pullulent à Amsterdam ? Alors que l’on accuse le Web de tuer toute forme artistique, c’est par lui que le cinéma de quartier devrait être sauvé.

Avec Upload Cinema, Uitkijk veut offrir à ses clients les moyens de regarder des films diffusés sur Internet, mais qui n’ont pas encore la chance de passer au cinéma. Sur uploadcinema.nl, vous pouvez inscrire le film qui vous intéresse. Celui-ci pourra être sélectionné pour une diffusion le premier lundi de chaque mois à 9h30.

Alors que toutes les grandes majors du disque et du cinéma tapent à bâton rompu sur le Web et les internautes, et alors que la loi Hadopi 2 revient aujourd’hui avec un nom de mauvais film, une nouvelle société du divertissement se développe en s’affranchissant des règles établies.

Je trouve le projet Upload Cinema de Uitkijk particulièrement d’actualité. C’est en même temps très ironique qu’il a gagné un Lion d’argent au Festival de Cannes de la publicité, mère patrie du cinéma.

Tam-Tam TBWA cherche encore son camp sur le Web

Depuis quelques jours, l’agence Tam-Tam TBWA diffuse une campagne publicitaire télévisée pour vendre ses services. Au début, je me suis dit “Wow, une grande agence de communication qui utilise une campagne de pub à la TV pour récupérer des clients sur son site Internet. Quelle intelligence !”. Quelle ne fut pas ma déception en arrivant sur le site ChoisissezVotreQuand.ca.

ChoisissezVotreQuand.ca nous acceuil avec une simple animation Flash qui présente 3 pauvres vidéos de publicités réalisées par l’agence. So What ! Ce sont de belles images, mais pourquoi une compagnie devrait vous confier un mandat de communication ? Particulièrement en tant de récession, quel sera son retour sur investissement (ROI) ?

Adieu les paillettes, bonjour la réalité

Flash et PDF font la “richesse” du site de Tam-Tam TBWA, qui est à l’image de sa communication, 100% créatif et 0% marketing. C’est certain que «Oser, rêver et inspirer» sont des termes qui font voyager loin dans les nuages. Je ne vais pas jouer ma Michelle Blanc, mais franchement, n’y a-t-il personne chez eux pour se rendre compte que le temps des paillettes est terminé. En période de crise, il faut revenir aux dures réalités du marché. En clair, je mets 1$, ça me rapporte quoi ?

Je me tire peut-être une balle dans le pied en clouant au pilori cette agence, mais je ne peux définitivement pas soutenir ce type de communication, qui fait plus de mal à la profession qu’autre chose.

C’est promis, si j’ai un client qui veut une campagne super flyée, je vous appelle. Par contre, si mon client recherche quelque chose de plus concret ($$$), je vais peut-être penser à quelqu’un d’autre. No hard feelings 😉

Pour conclure sur une note positive (happy end), je dois reconnaître que j’adore le style créatif de ces vidéos. C’est simple et percutant. Dommage que Tam-Tam TBWA n’est pas fait aussi bien sur le Web.


TAMTAM Creatifs

La Chine vous souhaite un Joyeux Noël en vidéo – ????

Parfois, une vidéo vaut plus que de grands mots. Le magazine GOOD en a fait sa spécialité. Il publie régulièrement les chiffres clés d’un secteur à travers une vidéo et quelques animations percutantes. Ce soir, quand minuit sera passé et que vous déballerez vos cadeaux, ayez une pensée pour ceux qui travaillent fort de l’autre côté de la Terre. Joyeux Noël – ???? – Merry Christmas – Feliz Navidad – Buon Natale – Frohe Weihnachten – Feliz Natal – ???????? – ? ?????????? ????????? – ?a???µe?a ???st???e??a – Vrolijke Kerstmis.

Pourquoi bannir les bannières vidéo ?

Suite à ma conférence au Webcom Montréal, Guillaume Brunet m’a invité à donner un cours au DESS de HEC sur le thème de la vidéo en ligne et de ses applications marketing. J’ai apprécié la discussion avec mes élèves d’un jour. Une question m’a particulièrement marqué : Comment bien utiliser la vidéo dans les bannières publicitaires Web ?

Fils de pub de Jacques SéguelaJe déteste les bannières vidéo ! La réponse fut apparemment un peu déstabilisante pour mon public. Comprenez-moi, j’ai étudié dans la pub au milieu des années 90, et je suis de la génération qui a vécu et étudié l’oeuvre de Jacques Séguéla, pape du pop-art publicitaire. Depuis, j’en suis revenu et j’ai évolué avec mon temps.

Comme je répète régulièrement mon dégout pour la publicité en pre-roll dans les vidéos en ligne, je crie haut et fort l’inadéquation des bannières vidéo dans leur forme actuelle. Elles apparaissent habituellement comme un furoncle sur une page qu’on est en train de consulter. Le pus jaillit à la moindre maladresse du curseur, pour nous déverser un flot de platitudes coloré sur un produit qu’on déteste avant même de le connaître.

La bannière publicitaire vidéo est à l’opposé de l’effet de longue traine et de tout ce que permet le Web moderne. Ce format fait appel à la mémoire instantanée, celle que vous avez déjà oubliée. Pour preuve, qui peut me donner 2 exemples de bannières vidéo qui l’ont réellement marqué et incité à aller vers le produit en question ?

Le client est celui qui se fait le plus floué, car la bannière vidéo a certainement le pire retour sur investissement du Web. Entre les frais de production et de diffusion, je n’imagine pas une campagne à moins de 100 à 500 K$. Pour le même montant, vous pourriez vous offrir une WebTV qui diffusera un épisode par semaine pendant un an. Ces vidéos seront vues, échangées et discutées pendant des années après leur diffusion. Ça, c’est du retour sur investissement !

Youtube gagne de l’argent grâce à iTunes et Amazon

Youtube gagne de l'argent grâce à iTunes et AmazonAprès avoir déboursé 1,6 Md de dollars pour acquérir Youtube, Google est toujours à la recherche d’un moyen pour gagner de l’argent avec cette plateforme massive de partage vidéo. C’est peut-être les revenus publicitaires offerts par Amazon et l’iTunes Store d’Apple qui vont enfin permettre à Youtube d’être une machine à cash.

Google vient d’annoncer un accord avec Amazon et Apple pour afficher des liens d’achat direct à côté de chaque vidéo diffusée sur Youtube. Les chansons d’EMI Music et les jeux vidéo Electronic Arts sont les premiers produits mis en avant sur Youtube. Aujourd’hui limités aux États-Unis, ces “YouTube Adds Click-to-Buy Links” devraient se généraliser à l’international avec la signature de nouveaux partenariats.

Alors qu’une grande partie du catalogue des vidéos de Youtube enfreint les droits d’auteurs, avec des copies illégales de films, séries TV…  ce serait assez ironique de retrouver juste à côté un lien pour acheter la version DVD ou Blue-Ray du même produit. Finalement, ce serait surtout un bon coup de la part des producteurs qui profiteraient d’une plateforme de promotion qui ne leur coute rien.

Depuis 3 ans, je conseille à qui veut bien l’entendre d’utiliser la vidéo sur le Web pour faire la promotion de son entreprise ou de ses produits. L’adoption de cet outil marketing se fait lentement, mais surement. En apportant les produits sur son site, Youtube renverse la problématique et devient une place de marché où le premier argument de vente est la vidéo. Ebay devrait peut-être se faire du souci.