Retour sur 10 ans d’experts marketing en médias sociaux

Les titres à la mode dans la sphère des experts en médias sociaux entre 2004 et 2014.

2014
SnapChat Marketing Expert“.
Vine, c’est tellement 2013

2013
Vine Marketing Expert“.
Instagram, c’est tellement 2012

2012
Instagram Marketing Expert“.
Pinterest, c’est tellement 2011

2011
Tumblr Marketing Expert“.
Linkedin, c’est tellement 2010

2010
Linkedin Marketing Expert“.
Twitter, c’est tellement 2009

2009
Twitter Marketing Expert“.
Facebook, c’est tellement 2008

2008
Facebook Marketing Expert“.
Flickr, c’est tellement 2007

2007
Digg Marketing Expert“.
YouTube, c’est tellement 2006

2006
YouTube Marketing Expert“.
MySpace, c’est tellement 2005

2005
MySpace Marketing Expert“.
Blogger, c’est tellement 2004

Je suis impatient de voir ce dont nous allons avoir droit pour les 10 prochaines années. Avez-vous quelques propositions de titres croustillants en médias sociaux?


Pourquoi encore bloguer en 2012 ?

jeudi 29 décembre 2011 à 12:52Marketing Internet

Pourquoi encore bloguer en 2012 ?

Cette question, je vous la pose et en même temps je me la pose. Comme le souligne Bruno Guglielminetti, la mort du blogue est souvent annoncée, à l’image d’un marronnier qui fleurit chaque printemps. Attaqué par Facebook, Twitter et maintenant Google+, le blogue se retranche et parfois s’oublie. C’est un peu un mea culpa que je fais pour avoir délaissé si longtemps mon blogue — trois longs mois.

Hier, Hugh MacLeod a publié un article sur la mort du blogue, qui reprenait lui-même un article de Jeremiah Owyang publié la veille « End of an Era : The Golden Age of Tech Blogging is Over ». Les blogueurs sont comme ça. Ils aiment se reprendre l’un l’autre pour créer un tout plus grand.

On publie, on ne discute plus!

Je retiens deux tendances — pas vraiment nouvelles. Tout d’abord, le blogue n’est plus le lieu de la discussion. Twitter et Facebook ont remplacé l’espace commentaire des blogues.

J’ai toujours aimé recevoir des commentaires à la suite de mes articles. L’objectif n’est pas de recevoir des lauriers, mais plus de déclencher une réflexion et la voir grandir au fur et à mesure des contributions. Les choses changent. Aujoud’hui, une photo publiée sur Instagram, Pinterest ou Tumblr avec un titre de quatre mots attire plus l’attention qu’un article de 3000 caractères.

Une affaire de professionnels

Ensuite, le blogue s’est professionnalisé. Les blogueurs sont courtisés par les médias qui mettent maintenant quelques $$$ sur le clavier afin de les publier. Dans le même temps, Arianna crée un empire médiatique autour de la contribution bénévole — comprendre non rémunérée — de blogueurs et vedettes de tout bord au profit du Huffington Post. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre numérique au Québec et je ne saurais dire si c’est une bonne chose pour les blogues et pour les médias.

Si je fais le point sur mon année 2011 de blogueur, j’ai publié 17 articles en français et 4 en anglais sur ZeLaurent.com, 28 articles sur le blogue de Seevibes — tous traduit en français/anglais, et 4 articles sur Infopresse — pour le compte de Seevibes. Pour moi, le blogue reste clairement un outil marketing incontournable, tout autant qu’un support pour structurer et enrichir ma réflexion sur des sujets qui me tiennent à coeur : télévision sociale, vidéo et marketing en ligne.

En 2012, le blogue n’aura jamais eu autant de pertinence. Il doit juste s’intégrer dans une palette de médias sociaux de plus en plus large. En terme de retour sur investissement, je vous mets au défi de trouver un outil marketing qui apporte autant — référencement, notoriété, crédibilité… fun!

Je vous souhaite d’avoir autant de plaisir que moi à bloguer et j’en profite pour vous envoyer mes meilleurs voeux numériques et terrestres pour la nouvelle année.

Mots-clés :

Joignez-vous à la discussion :6 commentaires


Second Life est-il le futur du marketing musical ?

Est-ce l’effet Avatar de James Cameron, mais Second Life semble reprendre vie. En tout cas, le chanteur Christopher Ross, aka Legrand, veut croire à cette résurrection. Avec l’aide d’étudiants de l’Université Temple de Philadelphie, Legrand s’est projeté dans un univers hyper connecté où Second Life serait le nouveau centre de gravité.

Où est passé Second Life ?

Il y a bien longtemps, l’amie Michelle Blanc m’avait bien alléché, pourtant je n’ai jamais réussi à passer plus que quelques heures dans Second Life. Comme de nombreuses innovations, je pense que Second Life est arrivé trop tôt.

J’avais un peu plus d’espoir pour l’espace virtuel Home de Sony. Mais comme pour Second Life, mis à part l’aspect communication entre avatars, ce sont des mondes fermés qui n’ont pas de lien avec les communautés avec qui nous vivons dans le réel. En ce sens, Facebook est une plus belle réussite, puisqu’a aboli l’avatar anonyme en 3D pour offrir un espace de confiance où se construisent des continents d’interactions.

Imaginons la musique du futur

J’aime l’initiative de Jean-Julien Aucouturier, à l’origine du projet “Legrand in SL“, car elle dans le cadre de travaux universitaires il explore le futur de la musique à travers les technologies qui sont déjà à notre portée. Dans ces bagages, on peut trouver “Live Music Recommendation in Real-Time” et “The science of Nine Inch Nails“. Ce dernier reprend les 450 Gb de données de la tournée “Lights in The Sky” que Nine Inch Nails a offert à la communauté en 2009.

Parfois, j’ai déjà l’impression de vivre le futur de la musique en créant une radio à mon goût avec Deezer sur mon iPhone, en partageant avec mes amis sur Blip.fm, en téléchargeant le dernier podcast de Laurent LaSalle et en regardant ma chaîne musicale personnalisée grâce à YouTube et sa fonction Autoplay. Finalement, je pense que c’est là qu’il faut chercher si l’on veut apercevoir le futur du marketing musical.

Mots-clés :

Joignez-vous à la discussion :7 commentaires