Top 16 des logiciels libres ou gratuits pour l’édition vidéo

Des amis me demandent régulièrement s’il existe des solutions gratuites pour travailler la vidéo et la diffuser sur Internet. Je pense immédiatement aux logiciels libres (open source), qui ont souvent le mérite d’être multiplateformes (Windows, Mac et Linux), et autres graticiels. Voici donc ma sélection des 16 22 logiciels libres et/ou gratuits les plus utiles pour éditer et encoder la vidéo.

Logiciels d’édition de vidéo

  • JahShaka (Mac/PC/Linux) : C’est certainement le logiciel libre d’édition vidéo le plus complet. La version 3 est sortie en janvier dernier et profite pleinement des dernières avancées matérielles.
  • Viva (Mac/PC) : C’est un éditeur de vidéo qui offre des fonctions d’édition faciles à utiliser pour les vidéos au format DV.
  • HyperEngine-AV (Mac) : Anciennement connu sous le nom de Montage, ce logiciel propose une ligne d’édition audio et vidéo complète.
  • CinelerraCinelerra (Linux) : Ce logiciel est réservé aux linuxiens. Efficace, il nécessite cependant une machine assez puissante.
  • KDEnLive (Linux) : Les trois premières lettres de ce logiciel donnent un indice sur la plateforme qui l’héberge. Framasoft indique qu’il s’agit d’un excellent compromis pour ceux qui ne voudraient pas se compliquer la vie avec Cinelerra.
  • Avidemux (Mac/PC/Linux) : Comme Jashaka, ce logiciel est multiplateforme. Par contre, ses fonctionnalités sont réduites au strict minimum.
  • LiVES (Linux) : LIVES est un éditeur vidéo pouvant également servir d’outil pour les soirées VJ puisqu’il comprend un mixeur de vidéos en temps réel.
  • iMovie Apple (Mac) : Ce logiciel n’est pas libre, mais il est fourni gratuitement pour tout achat d’un Mac. Il fera très bien l’affaire pour la vidéo de tous les jours. La dernière version à l’avantage de reconnaître tous les formats HD, même les plus récents, comme l’AVCHD et ses dérivés.
  • Windows Movie Maker Microsoft (PC) : Autre logiciel gratuit, mais fourni avec Windows. Ses fonctions sont très limitées et il ne gère qu’un seul format (Windows Media) ce qui nous force à le déconseiller pour tout usage professionnel et toute publication en ligne.

Convertir et encoder la vidéo au bon format

  • MPEGStreamClipMPEGStreamClip (Mac/PC) : C’est certainement mon logiciel favori. Il m’a rendu bien des services pour encoder des vidéos. Il est particulièrement facile à appréhender et possède des options très riches. À avoir absolument !
  • Virtualdub (PC) : Il peut servir d’éditeur vidéo, mais je le trouve plus utile pour la capture et la transformation de vidéo. Contrairement à MPEGStreamClip, il est un peu compliqué à manipuler.
  • t@b Media Converter (Mac/PC/Linux) : C’est le seul convertisseur vraiment multiplateforme. Il a l’avantage de produire du Real Media pour ceux que cela intéresse encore.
  • FFmpeg (Mac/PC/Linux) : FFmpeg est une collection de logiciels libres dédiés au traitement d’un flux numérique. L’installation de ce logiciel est plus délicate que celle de ces confrères, puisqu’elle oblige à installer 3 composants externes (mpeg2enc, mencoder et mplayer).
  • Riva FLV Encoder (PC) : Comme son nom l’indique, RIVA FLV Encoder sert à préparer des vidéos au format FLV (Flash), l’idéal pour la diffusion Web.
  • SUPER (PC) : SUPER est super (!), mais il reconnaît surtout un grand nombre de formats vidéo et audio. Comme Riva FLV Encoder, il a l’avantage d’encoder en FLV.

Analyseur de fichiers vidéo

  • VideoSpec (Mac) : C’est un logiciel conçu sous AppleScript Studio utilisant les exécutables unix open source MPlayer, FFmpeg et MediaInfo CLI.
  • MediaInfo (Mac/PC/Linux) : I peut lire une pléiade de fichier audio et vidéo, avec la particularité de présenter l’information sous différents formats (texte, tableau, HTML, etc.)
  • MPEGStreamClip (Mac/PC) : En plus de convertir des vidéos, MPEGStreamClip donne beaucoup de détails sur la composition du fichier (format, débit, taille, etc.).
  • GSpot (PC) : Petit logiciel utile pour récupérer les spécifications d’un fichier audio ou vidéo (merci Manuel).

Gestion de projet vidéo

  • CeltxCeltx (Mac/PC/Linux) : Pour réaliser un film, Celtx est le logiciel libre le plus complet. De manière collaborative, Celtex permet de travailler et organiser ses idées, de rédiger un story-board, de planifier son tournage, etc.
  • StoryBoard Pro Software (Mac/PC) : La société Atomic Learning offre ce logiciel gratuitement. Il est destiné au grand public, professeurs et élèves qui veulent avoir un logiciel simple pour réaliser un story-board.

Pour pour des effets vidéo très spéciaux

  • Blender : C’est la référence en matière de de création 3D. Il est idéal pour mettre un peu de volume dans vos productions.
  • Wax (PC) : Il peut exécuter des effets spéciaux en 2D et 3D. Il ne déplaira pas aux novices. Il peut-être intégrer comme plugin aux logiciels d’édition vidéo Sony Vegas, Pure Motion EditStudio et Adobe Premiere.

Divers logiciels utiles pour la vidéo

  • aspecRatio (Mac) : On ne peut pas faire plus simple pour changer la taille d’une vidéo (4/3 ou 16/9, 1080i/p, 720i/p, etc.)
  • QT Sync (Mac) : Lecteur QuickTime, ce logiciel offre des fonctions similaires à aspectRatio, plus quelques paramétrages plus détaillés comme la re-synchronisation d’une vidéo (merci Julien pour les 2 références).
  • DVDStyler (PC) : logiciel libre de production de DVD. Comme le souligne Egroc, “il constitue en fait la finalité de la chaine“.

Ressources complémentaires :

Quand on sait que les logiciels professionnels d’édition vidéo, tels Adobe Premiere ou Final Cut Pro, coûtent entre 1000 et 1500 $, ça fait du bien d’avoir une alternative moins onéreuse et qui fait le travail pour de la diffusion Web. Si vous pensez que je suis passé à côté du logiciel gratuit/libre pour la vidéo qu’il faut absolument connaître, merci de le partager en commentaire 😉

Comme Google, VideoPresse se concentre sur sa job

Se définir n’est jamais un exercice facile. Tout d’abord, parcequ’il y a souvent une différence entre la perception qu’on a de soi, et celle qu’ont de nous les autres. Ensuite, rien n’est figé, on évolue et on s’enrichit au fil des rencontres et opportunités. Mais, quel rapport entre Google et VideoPresse ?

Prétentieux comme Google

Google a commencé comme un moteur de recherche. Il s’est mis ensuite à faire de la gestion de courriels, de photos, de vidéos, de documents, etc. Pour devenir le géant que l’on connaît aujourd’hui. Malgré une diversification des plus vaste, le métier de Google n’a pas changé depuis le départ : vendre de la publicité. Pour ça, il utilise le plus grand nombre de canaux possible.

Euro GoogleL’allégorie entre Google et VideoPresse est particulièrement prétentieuse. Je ne dirais pas le contraire. Mais, c’est ce que j’ai trouvé de plus parlant. Pour être honnête, c’est le titre qui marchait le mieux pour le référencent 😉

Professionnel comme VideoPresse

Les nouveaux clients me demandent de définir VideoPresse et ses services, c’est ce qu’on appelle faire le “pitch”. Les mots clés sont “Web Vidéo Communication”. Le Web est le média, la vidéo l’outil et la communication notre métier.

Je ne fais pas de cinéma, de télévision, ni même de publicité. Je parle de la vidéo comme outil performant pour faire passer un message transparent à travers un média à la fois global et de niche qui bénéficie d’un retour sur investissement imbattable. Tous ces mots clés marketing veulent dire simplement qu’utilisé à bon escient, la Web vidéo a un impact très fort. Elle est capable de faire passer des informations et des émotions qu’on ne retrouve pas dans du texte ou des photos.

Une vision globale de la Web vidéo

Logo VideoPresseSi VideoPresse n’a pas la prétention de tout faire, nous avons l’assurance de pouvoir conseiller sur l’ensemble des aspects liés à l’utilisation de la vidéo pour la communication électronique des compagnies.

VideoPresse n’est pas un spécialiste du référencement, mais nous sommes capables de comprendre son impact et de l’intégrer dans notre stratégie de Web vidéo communication. VideoPresse n’est pas un spécialiste en relations publiques, mais notre compréhension du métier permet d’adapter le discours en conséquence. VideoPresse n’est pas un spécialiste en publicité, mais nos vidéos ont pour objectif de vendre l’expertise de nos clients. Pour tous ces aspects, et bien d’autre, Christian et moi travaillons aux côtés de spécialistes qui se font une joie de mettre en pratique avec réussite leur métier.

Montréal, ville de collaboration

Pour diffuser ses annonces largement sur Internet, Google aurait pu mettre en place un partenariat avec Youtube ou Picassa. Mais, Google a trouvé plus opportun de les acheter pour intégrer leur savoir-faire. VieoPresse n’a pas autant d’argent d’ambition sur la Web vidéo. Je suis personnellement ravi de collaborer avec des experts qui sont passionnés par leur métier.

J’étais hier au Café Meliés pour discuter avec Jean et Richard sur l’utilisation de la vidéo pour le site de quelques-uns de leur client. Notre rencontre a finalement débouché sur la création de nouveaux concepts originaux. C’est le genre d’échange que j’adore et qui me fait dire que Montréal et le Québec regorgent de tellement de compétences que se serait un gâchis de ne pas les utiliser.

Aaron’s Papernet at The StationPour conclure sur les effets bénéfiques de la collaboration, je voudrais simplement souligner l’initiative de Patrick Tanguay et Daniel Mireault qui ont créé Station C, un espace de travail collaboratif. Je n’ai même pas besoin de leur faire de la publicité, puisque les locaux sont déjà pleins. Félicitations les gars !

API Youtube : Pourquoi Google rend-il si simple la distribution de Web vidéo ?

Youtube a publié récemment une nouvelle version de son API. Les premières utilisations commencent à voir le jour et on peut se demander ce qui motive tant Google à donner aussi facilement accès aux codes de la première plateforme de distribution de vidéo sur Internet. Peut-être l’argent ?

C’est quoi une API Youtube ?

API Youtube : Pourquoi Google rend-il si simple la distribution de Web vidéo ?Sans me lancer dans une dissertation technique, j’en suis bien incapable, je peux juste expliquer qu’une API sert d’interface entre deux programmes (en gros résumé). Dans le cas qui nous intéresse, l’API permet à un développeur tiers de faire parler son logiciel avec celui de Youtube.

La dernière version de l’API de Youtube permet entre autres de :

  • envoyer des vidéos sur Youtube
  • ajouter et éditer les informations sur les vidéos (titre, descriptions, commentaires, notation, contact, etc.)
  • accéder à des fils RSS Youtube dans 18 langues (vidéos les plus vues, les mieux noté, etc.)
  • exécuter des recherches de vidéos dans 18 langues
  • personnaliser le lecteur vidéo Flash de Youtube avec les différentes fonctions de lecture

Voici un exemple d’utilisation de l’API de Youtube avec le widget gratuit VidyUp, qui permet d’envoyer une vidéo directement sur son compte Youtube

Youtube everywhere

Youtube engage la même stratégie de son patron Google : être partout ! Si Steve Chen ouvre le coeur Youtube aux étrangers, ce n’est pas par simple bonté d’âme. Il possède la plateforme vidéo numéro un au monde. Pour rester incontournable, il se doit d’être présent partout. Le plus simple est pour ça de permettre aux développeurs d’utiliser Youtube comme bon leur semble. De diffuseur, Youtube devient finalement un hébergeur de vidéos Internet.

Qu’est-ce que Youtube y gagne ?

Youtube n’est qu’un canal de distribution supplémentaire pour les publicités de Google. En s’assurant la présence de Youtube aux quatre coins du monde, le géant de Mountain View s’assure dans le même temps que personne ne puisse passer à côté de ses annonces. Les 34 milliards de vidéos qui seront vus en 2008 rien qu’aux États-Unis sont là pour convaincre les plus réticents qui ne croient pas encore au potentiel publicitaire de la Web vidéo.

Cette ouverte de Youtube annonce une monétisation des vidéos plus généralisée, alors qu’elle est actuellement limitée à un nombre restreint de partenaires. Youtube était la plateforme centralisée de toutes les vidéos. Il devrait devenir plus transparent pour laisser place aux producteurs de contenu, et finalement se consacrer sur ce qui fait la richesse de Google, la diffusion de publicités.

Quel avenir pour les plateformes vidéo ?

Les femmes veulent de la TV et les hommes veulent des vidéos YoutubeIl doit sortir une nouvelle plateforme vidéo en ligne par jour. Le potentiel de la vidéo sur le Net est énorme. C’est donc normal que ce marché attire beaucoup de monde. Y a-t-il pour autant de la place pour tous ? J’ai du mal à le croire.

Face à l’hégémonie de Youtube et Dailymotion, il semble plus intelligent d’intégrer directement ces plateformes dans sa stratégie de développement et de se concentrer sur les services qui font notre vraie valeur ajoutée.

VideoPresse partenaire vidéo du CRIM pour la retransmission de la Boule de Cristal

La Boule de Cristal, l’événement annuel des décideurs en technologies de l’information (TI), se tient au Palais des Congrés de Montréal le 26 et 27 février 2008. VideoPresse est le partenaire du CRIM pour le conseil et soutien technique de la retransmission vidéo sur le Web des deux jours de conférences.

La Boule de Cristal est sans aucun doute le rendez-vous à ne pas manquer dans le domaine des affaires en TI. L’édition 2007 avait vu l’intervention de Steve Wozniak, père créateur d’Apple. Cette année, Thierry Vandal, président-directeur général, Hydro-Québec, et Julie Payette, astronaute de l’Agence spatiale canadienne, auront la co-présidence d’honneur. Pour cause de préparation d’une nouvelle mission spatiale, Julie nous a envoyé un message vidéo à partir de la base de Houston.

VideoPresse partenaire vidéo du CRIM pour la retransmission de la Boule de CristalLa journée a commencé sous le signe du développement durable avec une conférence de David Suzuki, animateur de l’émission «The Nature of Things» sur CBC. On peut dire qu’il a brassé la cage pour sensibiliser son auditoire aux problèmes d’environnement. Les applaudissements qui ont suivi ont prouvé que son message a été bien reçu.

La conférence de David Suzuki fut diffusée en direct sur le Web pour les heureuses personnes qui avaient réservé leur ticket virtuel sur le site du CRIM. La conférence de Serge Ravet sur l’Entreprise 2.0 et la conférence de Michel Kabay sur la sécurité de l’information seront également au programme de diffusion. En plus de ces streaming, VideoPresse a participé à la captation vidéo des ateliers qui ont enrichi les deux journées de conférence.

Si retrouver les vidéos des conférences est particulièrement pratique, je ne saurais vous conseiller de vous déplacer pour être au contact de la fine fleur des TI au Québec 😉

VidéoPresse : 3,2,1… Action !

Êtes vous prêt ?Hello World! Cet article couronne le travail accompli, lors de ces derniers mois, par les deux compères à l’initiative de VidéoPresse, Laurent Maisonnave et Christian Aubry. Il est le premier d’une série que nous espérons longue et fructueuse.

Comme son nom l’indique, VidéoPresse est un projet portant sur les images animées. Mais pas n’importe lesquelles ! VidéoPresse (« VP » pour les intimes) se propose d’aider les entreprises et organisations publiques ou privées à mieux appréhender la communication vidéo en ligne et ses multiples applications.

Sur VidéoPresse, nous allons notamment démystifier deux idées reçues. La première concerne les difficultés de mise en oeuvre de la vidéo dans une stratégie de communication électronique intégrée. La seconde prétend que la vidéo serait financièrement hors de portée de la majorité des entreprises. Ce qui était vrai il y a peu ne l’est en effet plus aujourd’hui.

Nous vous invitons donc à découvrir sur ce site les différentes solutions qui s’offrent aux entreprises en matière de vidéo communication en ligne. Merci de votre visite et à bientôt !