Retour sur 10 ans d’experts marketing en médias sociaux

Les titres à la mode dans la sphère des experts en médias sociaux entre 2004 et 2014.

2014
SnapChat Marketing Expert“.
Vine, c’est tellement 2013

2013
Vine Marketing Expert“.
Instagram, c’est tellement 2012

2012
Instagram Marketing Expert“.
Pinterest, c’est tellement 2011

2011
Tumblr Marketing Expert“.
Linkedin, c’est tellement 2010

2010
Linkedin Marketing Expert“.
Twitter, c’est tellement 2009

2009
Twitter Marketing Expert“.
Facebook, c’est tellement 2008

2008
Facebook Marketing Expert“.
Flickr, c’est tellement 2007

2007
Digg Marketing Expert“.
YouTube, c’est tellement 2006

2006
YouTube Marketing Expert“.
MySpace, c’est tellement 2005

2005
MySpace Marketing Expert“.
Blogger, c’est tellement 2004

Je suis impatient de voir ce dont nous allons avoir droit pour les 10 prochaines années. Avez-vous quelques propositions de titres croustillants en médias sociaux?

La Maison de Radio-Canada devient « La Maison iti »

Radio-Canada engage une vaste transformation de son image de marque autour de son célèbre « ici » qui devient la dénomination unique pour toutes les plateformes de l’entreprise d’État : ici Radio-Canada, ici Télé, ici Première, ici.ca, ici RDI, Ici ARTV, ici Explora, ici TOU.TV, ici Musique, ici.mu., ici Alberta, ici Québec…

Pour fêter le 40e anniversaire de la construction de son édifice, le radiodiffuseur canadien a décidé de rénover également l’image de la Maison de Radio-Canada qui s’appellera désormais « La Maison iti ».

Pour Pierre Fisherman, directeur des communications transversales, « il était important d’harmoniser l’image des services français de la société d’État pour les rendre plus lisibles du public. Ce changement dans la continuité est l’occasion de souligner notre stratégie multiplateforme ambitieuse qui rayonne aux quatre coins de la planète et plus encore… ».

La Maison « iti » continuera d’être accessible au public pour les visites du Centre de l’information, du musée « ici », des ateliers de décors et de peinture et le Service des accessoires. Ce 40e anniversaire sera marqué par une rétrospective sur les médias à travers le temps et l’espace qui mettra à l’honneur les travaux du chercheur Henry Thomas.

[Poisson d’avril ;)]

La Maison de Radio-Canada devient « La Maison iti » pour son 40e anniversaire

La télévision déclare la guerre à Google

Le mot est donné chez RTL ” Tout sauf Google”. Le télédiffuseur luxembourgeois interdit l’accès à son contenu par l’intermédiaire de la Google TV. Pourquoi? Tout simplement parce que Google a la capacité de l’argent sur cette audience en vendant de la publicité… et ne reverse rien aux diffuseurs, qui sont pourtant propriétaires du contenu.

Après la déroute de Google TV Ads Networks, le géant de la publicité essaye encore une fois de s’attaquer à la mine d’or de la télévision – qui reçoit toujours plus de 50% des budgets publicitaires des annonceurs.

Je pense que Google est finalement la compagnie la plus mal placée pour convaincre les grands groupes médias. Chaque initiative dans le domaine des journaux et de la télévision est reçu froidement par les professionnels concernés qui ne veulent pas perdre la maîtrise de leur contenu, et surtout des revenus publicitaires.

Pour bien connaître le secteur avec Seevibes, ce n’est pas en 2013 que l’on verra de grands bouleversements. Les enjeux sont trop importants pour que la télévision laisse le loup rentrer dans la bergerie sans rien dire.

Christian Blachas, je suis ton fils de pub

Christian Blachas est parti le 5 février 2012. Créateur des magazines Stratégie et CB News, et de l’émission Culture Pub, Christian est celui qui a fait aimer la publicité à toute une génération. Je suis fier aujourd’hui de faire mon coming out pour dire que je suis un vrai fils de pub!

Je me souviens des pubs dans les années 80 où pour vendre une voiture on la faisait sauter sur un sous-marin — et je parle d’un vrai sous-marin nucléaire en pleine mer, et pas d’une maquette en 3D. Ah, la grande époque des pubs délirantes de Perrier et d’Orangina!

J’ai connu mes premiers émois publicitaires les dimanches soir en deuxième partie de soirée sur la chaîne française M6. Culture Pub était l’émission de référence qui décodait la publicité pour les néophytes que nous étions tous à l’époque. Christian Blachas a rendu les consommateurs plus clairvoyants en décryptant pour eux les codes de la pub.

Lors de mes études en communication, je feuilletais avec envie les larges pages de CB News pour découvrir les belles images des derniers concepts publicitaires. J’ai toujours aimé la recherche esthétique de certaines publicités, même s’il faut avouer que ce ne sont pas toujours celles qui sont les plus efficaces au niveau des ventes.

Alors que la diffusion télévisée de Culture Pub s’est arrêtée en 2005, Christian Blachas a offert son héritage au Web en créant en 2007 le site culturepub.fr, véritable bible de la publicité à travers les âges et les continents.

Christian Blachas était un journaliste de publicité, comme il y a des journalistes sur la politique, des journalistes sur le sport ou l’automobile. Il a rendu ses lettres de noblesse à cet art mal aimé et souvent malmené. Comme un clin d’oeil à la profession, Christian Blachas s’en est allé au moment du Super Bowl, le jour de l’année où la publicité reçoit certainement le plus d’éloges.

Merci Christian. Je suis ton fils de pub.

Pourquoi encore bloguer en 2012 ?

Cette question, je vous la pose et en même temps je me la pose. Comme le souligne Bruno Guglielminetti, la mort du blogue est souvent annoncée, à l’image d’un marronnier qui fleurit chaque printemps. Attaqué par Facebook, Twitter et maintenant Google+, le blogue se retranche et parfois s’oublie. C’est un peu un mea culpa que je fais pour avoir délaissé si longtemps mon blogue — trois longs mois.

Hier, Hugh MacLeod a publié un article sur la mort du blogue, qui reprenait lui-même un article de Jeremiah Owyang publié la veille « End of an Era: The Golden Age of Tech Blogging is Over ». Les blogueurs sont comme ça. Ils aiment se reprendre l’un l’autre pour créer un tout plus grand.

On publie, on ne discute plus!

Je retiens deux tendances — pas vraiment nouvelles. Tout d’abord, le blogue n’est plus le lieu de la discussion. Twitter et Facebook ont remplacé l’espace commentaire des blogues.

J’ai toujours aimé recevoir des commentaires à la suite de mes articles. L’objectif n’est pas de recevoir des lauriers, mais plus de déclencher une réflexion et la voir grandir au fur et à mesure des contributions. Les choses changent. Aujoud’hui, une photo publiée sur Instagram, Pinterest ou Tumblr avec un titre de quatre mots attire plus l’attention qu’un article de 3000 caractères.

Une affaire de professionnels

Ensuite, le blogue s’est professionnalisé. Les blogueurs sont courtisés par les médias qui mettent maintenant quelques $$$ sur le clavier afin de les publier. Dans le même temps, Arianna crée un empire médiatique autour de la contribution bénévole — comprendre non rémunérée — de blogueurs et vedettes de tout bord au profit du Huffington Post. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre numérique au Québec et je ne saurais dire si c’est une bonne chose pour les blogues et pour les médias.

Si je fais le point sur mon année 2011 de blogueur, j’ai publié 17 articles en français et 4 en anglais sur ZeLaurent.com, 28 articles sur le blogue de Seevibes — tous traduit en français/anglais, et 4 articles sur Infopresse — pour le compte de Seevibes. Pour moi, le blogue reste clairement un outil marketing incontournable, tout autant qu’un support pour structurer et enrichir ma réflexion sur des sujets qui me tiennent à coeur: télévision sociale, vidéo et marketing en ligne.

En 2012, le blogue n’aura jamais eu autant de pertinence. Il doit juste s’intégrer dans une palette de médias sociaux de plus en plus large. En terme de retour sur investissement, je vous mets au défi de trouver un outil marketing qui apporte autant — référencement, notoriété, crédibilité… fun!

Je vous souhaite d’avoir autant de plaisir que moi à bloguer et j’en profite pour vous envoyer mes meilleurs voeux numériques et terrestres pour la nouvelle année.

Ce soir, on ouvre la télé et on déballe tout sur les médias sociaux

Pour participer à la première de l’émission Opentélé, je vous donne RDV ce soir à 20h sur le canal Vox — Videotron only — et à partir de 19h30 sur l’espace Facebook créé spécialement: Web diffusion, questions, échange…

Le sujet du jour porte sur la télévision et média sociaux. Font-ils bon ménage? Le petit écran peut-il se passer de Twitter? Oui, non, pourquoi, comment? J’essayerais de réponde au mieux aux questions aux côtés de Michelle Blanc, Bruno Guglielminetti, Geoffroi Garon et Fred Savard. Je prendrais aussi l’opportunité de parler de Seevibes – mesure et valorisation de l’audience sociale de la télévision.

Le spectacle se passera autant à l’écran de télé, qu’avec le public présent et en ligne avec les téléspectateurs. Nous allons assisté à un concept d’émission 360°.

J’avoue trouver l’expérience assez audacieuse, avec une campagne de teasing qui a effectivement piqué ma curiosité pendant quelques semaines. Tout s’est passé sur la page Facebook de Opentélé avec la diffusion de capsule vidéo sur YouTube où il était à chaque fois question d’un(e) blogueur/euse charismatique du Québec. Voici ma vidéo préférée:


http://www.youtube.com/watch?v=anDWW0oE5vo